Ouvrir le menu principal

Richard Seymour-Conway

collectionneur d'art et francophile anglais
Richard Seymour-Conway
Fonction
Membre du 7e Parlement du Royaume-Uni (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Britannique, royaume de Grande-Bretagne (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Collège d'Exeter (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Francis Seymour-Conway (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Maria Seymour-Conway (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Sir Richard Wallace, 1st and last Bt. (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
7e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Shield of arms of Francis Seymour-Conway, 3rd Marquess of Hertford, KG, GCH, PC.png
blason
Le château de Bagatelle, demeure de Lord Hertford à partir de 1848.
Manchester House, ou Hertford House, qui abrite la Wallace Collection
Tombeau au cimetière du Père-Lachaise

Richard Seymour-Conway, 4e marquis d'Hertford, aussi connu sous le nom de Lord Hertford, est un collectionneur d'art et francophile anglais né le et mort le , fils de Francis Seymour-Conway, 3e marquis d'Hertford (en) et de Maria Fagnani (en).

BiographieModifier

Richard Seymour-Conway vécut principalement à Paris, au 2 rue Laffitte et, à partir de 1848 au château de Bagatelle, dans le bois de Boulogne.

Dans le périodique Paris Guide, en 1867, le critique d'art Théophile Thoré-Burger le place en tête des 300 grands collectionneurs de Paris et le plus grand d'Europe avec « à peu près 250 tableaux accrochés dans la galerie et les appartements du premier étage »[1] ; il avait considérablement accru la collection reçue de ses aïeux, en peintures, sculptures, objets d'art, miniatures, armes, etc.

Richard Seymour-Conway fut sans doute père à l'âge de 18 ans : c'est pourquoi la famille décida d'élever son fils naturel, Richard, et de prendre en charge la mère de cet enfant, Agnes Jackson-Wallace. C'est la propre mère du marquis, Maria, qui éleva le jeune Richard à Paris. Par la suite, Richard prit soin du marquis quand celui-ci tomba gravement malade à partir de la fin des années 1850 (il souffrait des reins). Jamais le marquis ne reconnut officiellement Richard comme étant son fils.

Mort célibataire et sans descendance directe en août 1870, les titre et fief des Hertford, Ragley Hall (en) passèrent, en vertu de la loi anglaise, à son plus proche parent, Francis Seymour, 5e marquis d'Hertford (en), tandis que sa fortune et ses collections, allèrent par testament à son secrétaire et - présumé - fils naturel, Richard Wallace, lequel empêcha le nouveau tenant du titre de récupérer dans la maison londonienne des Herford à Manchester Square divers actes juridiques, tableaux, vaisselles et linge qu'il revendiquait comme biens familiaux : trois procès successifs eurent lieu, le dernier gagné par Wallace ; le marquis, qui ne pouvait assumer l'entretien de Sudbourne Hall, lui céda ensuite pour 200 000 livres que Wallace fit réaménager luxueusement.

Un héritage transmis en partie à la nation britanniqueModifier

En février 1871 Richard Wallace épouse sa compagne Amélie-Julie-Charlotte Castelnau (1819-1897) et légitima son fils naturel, baptisé désormais Edmond Wallace[2]. Richard Wallace est ensuite anobli par la reine Victoria (1871) puis fait chevalier de l'Ordre du Bain (1878).

Edmond meurt en 1887 après avoir épousé Amélie Gall contre l'avis de sa famille. Quand Richard Wallace meurt en 1890, il est sans enfant : veuve, Amélie-Julie-Charlotte devient « Lady Wallace » et hérite de la quasi-intégralité de la fortune de son époux, estimée en 1870 à plus de 60 millions de francs-or.

Richard Wallace avait donné en 1880 à son fils un immeuble de rapport situé 29 boulevard des Italiens à Paris : les deux s'étant brouillés, les Wallace jamais ne reconnurent leurs quatre petits enfants.

En 1894, peut-être inspirée par l'ancien secrétaire de son mari, John Murray Scott (1847-1912), Lady Wallace offrit à la nation anglaise Hertford House et les très importantes collections d'art qui y avaient été placées à partir de 1872 par son époux, à condition que le musée ainsi créé prenne son nom et que la collection reste intacte ; l'ensemble est devenu the Wallace Collection[3], et fut inauguré en 1900.

La partie française du patrimoine Hertford, à savoir le château de Bagatelle et l'immeuble du 2 rue Laffitte, ainsi que leur contenu, revinrent à John Murray Scott, qui fut également anobli par la reine Victoria[4]. Scott vendit les statues et ornements de Bagatelle, puis il voulut lotir le grand parc, mais la Ville de Paris s'y opposa et lui racheta en 1904 pour une somme estimée à 6 millions de francs-or.

Mort sans descendance, Scott souhaita léguer à son amie intime Victoria Sackville-West la somme de 150 000 livres et le reliquat de la collection Hertford conservé rue Laffitte, qui lui fut acheté - sans qu'il l'ait vu dit-on - 350 000 livres sterling par le marchand d'art Jacques Seligmann, qui le dispersa à travers plusieurs ventes.

Titres et récompensesModifier

Richard Seymour-Conway était chevalier de l'ordre de la Jarretière (19 janvier 1846) et commandeur de l'ordre de la Légion d'honneur.

BibliographieModifier

  • A. G. Temple, The Wallace Collection at Hertford House (Londres ; Paris ; New York : Manzi, Joyant & Co., 1902);
  • E. Molinier, La Collection Wallace : meubles et objets d'art français des XVIIe et XVIIIe siècles (Paris, E.Lévy, 1902);
  • B. Falk, Old Q's daughter : the history of a strange family, Londres, Hutchinson & co., 1931.
  • Wallace Collection Catalogue (London, Trustees of the Wallace Collection, 1976-1996);
  • D. Mallett, The Greatest Collector : Lord Hertford and the founding of the Wallace collection (Londres, Basingstoke, Macmillan, 1979);
  • The Hertford Mawson letters : the 4th Marquess of Hertford to his agent Samuel Mawson, J. Ingamells (éd.) (London, Trustees of the Wallace Collection, 1981);
  • R. Montebianco, Sir Richard Wallace (Paris, Éd. D.Carpentier, 2007);
  • Jo Hedley, "Le 4e marquis d'Hertford (1800-1870), Paris et le docteur Louis La Caze (1798-1869)", La Collection La Caze, chefs-d'œuvre des peintures des XVIIe et XVIIIe siècles (Paris, Hazan-Musée du Louvre Éditions, 2007);
  • L. Perreau, La Fortune de Richard Wallace (Paris, Lattès, 2009).

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier