Richard Martel

personnalité politique canadienne
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Martel.
Richard Martel
Description de l'image Richard Martel - octobre 2014.jpg.
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance ,
Chicoutimi (Canada)
Entraîneur chef retraité
A entraîné Ligue Magnus
Grenoble
Activité 1990-2017

Poste
Titre Commissaire de la LNAH
Activité Depuis 2017

Richard Martel
Illustration.
Richard Martel en 2018
Fonctions
Député à la Chambre des communes
pour Chicoutimi—Le Fjord
En fonction depuis le
Élection 2015
Réélection 2019
Législature 42e et 43e législature du Canada
Prédécesseur Denis Lemieux
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Chicoutimi (Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti conservateur du Canada
Profession Entraîneur de hockey sur glace

Richard Martel, né le , est un entraîneur de hockey sur glace et homme politique canadien. Il a passé la majeure partie de sa carrière comme entraîneur pour divers clubs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il a ensuite fait le saut en politique en étant élu député conservateur à la Chambre des communes du Canada.

Carrière au hockey sur glaceModifier

Richard Martel est entraîneur adjoint, entraîneur-chef et directeur-gérant pendant 21 saisons dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, soit de 1990 à 2011. Il débute dans la LHJMQ comme adjoint de Joe Canale chez les Saguenéens de Chicoutimi[1], puis est adjoint d'Alain Rajotte avec le Collège français de Verdun en 1992. Il obtient son premier poste d'entraîneur-chef chez le Laser de Saint-Hyacinthe en 1993, et remporte cette année-là son premier trophée Ron Lapointe comme meilleur entraîneur de la ligue[1].

En 1995 Richard Martel passe aux Foreurs de Val-d'Or mais est congédié en cours de saison en février 1998[2], peu de temps avant que les Foreurs ne gagnent la coupe du Président. Il se joint alors au Drakkar de Baie-Comeau où il ajoute la fonction de directeur-gérant à celle d'entraîneur-chef. Il reste à Baie-Comeau jusqu'en novembre 2003, alors que les Saguenéens de Chicoutimi l'engagent comme entraîneur-chef et directeur-gérant après de difficiles négociations avec le Drakkar[3]. Le 28 février 2010, il devient l’entraîneur ayant remporté le plus de matchs en LHJMQ lors de la victoire des Saguenéens de Chicoutimi face aux Drakkar de Baie-Comeau (3-1) avec 570 matchs remportés. Il dépasse ainsi le record de Guy Chouinard.

Richard Martel est congédié par les Saguenéens au cours de la saison 2010-2011[4]. Après plus d'un an d'inactivité, il se tourne vers l'Europe et devient en juillet 2012 entraîneur-chef du club Visby Roma Hockey en Suède[5]. Puis après deux saisons à Visby il est engagé par les Brûleurs de Loups de Grenoble en France[6]. Il remporte avec le club le championnat de la saison régulière 2014-2015 ainsi que la coupe de la Ligue. Cependant sa carrière prend brusquement fin quand il est congédié durant les séries éliminatoires à la suite d'un incident le 4 mars où il commande à un de ses joueurs d'attaquer le gardien adverse[7]. Cette action est largement décriée en France où, selon le président de la Fédération française de hockey sur glace Luc Tardif, la culture de violence au hockey sur glace n'est pas présente comme en Amérique du Nord[8]. Ses propres joueurs se rebellent contre lui et lui interdisent l'accès au vestiaire. La présidente du club annonce dès le lendemain que l'entraîneur a perdu son poste[9].

Le 13 avril 2016, Richard Martel devient entraineur-chef des Marquis de Jonquière en pleine demi-finale de la LNAH. [10] Richard Martel reste derrière le banc des Marquis pour la saison 2016-2017 en plus d'assumer la fonction de directeur-général. Pour la saison 2017-2018, il quitte ses fonctions avec les Marquis de Jonquière et devient commissaire de la Ligue nord-américaine de hockey.

Trophées et honneurs personnelsModifier

Carrière politiqueModifier

Après l'annonce de la démission du député libéral Denis Lemieux dans Chicoutimi—Le Fjord, Richard Martel annonce en décembre 2017 qu'il se lance en politique avec le Parti conservateur du Canada[13]. Il est rapidement donné favori, ce alors que les conservateurs étaient arrivés quatrième dans la circonscription lors des élections fédérales de 2015[14].

Le il est largement élu député, obtenant 52,7 % des suffrages et plus de 5500 voix d'avance sur sa plus proche concurrente, la libérale Lina Boivin[15]. Il est réélu lors des élections de 2019, quoique avec une majorité réduite à 834 voix face à la candidate du Bloc québécois[16].

En septembre 2018, Richard Martel est nommé porte-parole associé de l'opposition officielle pour la défense nationale[17].

Résultats électorauxModifier

Élection partielle de 2018
À la suite de la démission de Denis Lemieux
Candidat Parti # %
Richard Martel Conservateur 12580 52,7 %
Lina Boivin Libéral 7032 29,5 %
Éric Dubois Néo-Démocrate 2065 8,7 %
Catherine Bouchard-Tremblay Bloc québécois 1337 5,6 %
Linda Youde Vert 736 3,1 %
John Turmel Indépendant 104 0,6 %
Total 19384 100 %

RéférencesModifier

  1. a et b « Richard Martel », sur EliteProspects (consulté le 10 février 2020)
  2. La Presse canadienne, « Les Foreurs congédient Martel », Le Soleil,
  3. Steeve Paradis, « La saga prend fin - Le Drakkar libère Martel », Le Soleil, (consulté le 12 février 2020)
  4. « Richard Martel congédié », sur Radio-Canada Sports, (consulté le 12 février 2020)
  5. Kathleen Lavoie, « Richard Martel se réinventera en Suède », Le Soleil, (consulté le 12 février 2020)
  6. Serge Émond, « Martel, nouveau chef des Brûleurs de Loups », Le Soleil, (consulté le 12 février 2020)
  7. Florine Ebbhah et Didier Albrand, « Hockey sur glace. Le départ de Richard Martel, l'entraîneur des Brûleurs de Loups de Grenoble, confirmé », sur France Info 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le 12 février 2020)
  8. Gabriel Béland, « Richard Martel désavoué par ses propres joueurs », La Presse, (consulté le 12 février 2020)
  9. Éric Clert, « Brûleurs de Loups : Richard Martel débarqué ! », Le Dauphiné libéré, (consulté le 12 février 2020)
  10. Roby St-Gelais, « Richard Martel dirigera les Marquis de Jonquière », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2017)
  11. « Découvrez nos records - Plus de victoires en carrière », sur Ligue de hockey junior majeur du Québec (consulté le 10 février 2020)
  12. « Les Marquis de Jonquiere champions de la LNAH », sur ici.radiocanada.ca, (consulté en 7 mais 2017)
  13. « Le Parti conservateur du Canada confirme la candidature de Richard Martel », Radio-Canada, 20 décembre 2017, consulté le 19 juin 2018.
  14. « Richard Martel en tête dans les intentions de vote dans Chicoutimi-Le Fjord », Radio-Canada, 13 juin 2017, consulté le 19 juin 2018.
  15. « Le conservateur Richard Martel élu dans Chicoutimi-Le Fjord », Radio-Canada, 18 juin 2017, consulté le 19 juin 2018.
  16. Laura Lévesque, « Une course épique selon Valérie Tremblay », Le Quotidien, (consulté le 13 février 2020). La majorité de Richard Martel était de 614 selon les résultats préliminaires, mais a été ajustée à 834 dans les résultats définitifs disponibles à Élections Canada.
  17. « Richard Martel — Fiche de parlementaire », Parlement du Canada

Lien externeModifier