Richard Martel

entraîneur de hockey sur glace et homme politique canadien

Richard Martel
Illustration.
Richard Martel en 2018.
Fonctions
Député à la Chambre des communes
En fonction depuis le
(5 ans, 8 mois et 7 jours)
Élection 18 juin 2018
Réélection 21 octobre 2019
20 septembre 2021
Circonscription Chicoutimi—Le Fjord
Législature 42e, 43e et 44e
Groupe politique Conservateur
Prédécesseur Denis Lemieux
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Chicoutimi (Québec, Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti conservateur du Canada
Profession Entraîneur de hockey sur glace
Richard Martel
Description de l'image Richard Martel - octobre 2014.jpg.
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance ,
Chicoutimi (Canada)
Entraîneur chef retraité
A entraîné Ligue Magnus
Grenoble
Activité 1990-2017
Poste
Titre Commissaire de la LNAH
Activité Depuis 2017

Richard Martel, né le à Chicoutimi (Québec), est un entraîneur de hockey sur glace et homme politique canadien. Il passe la majeure partie de sa carrière comme entraîneur pour divers clubs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il fait ensuite le saut en politique en étant élu député à la Chambre des communes pour le Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Chicoutimi—Le Fjord lors de l'élection partielle du . Il est réélu en 2019 et 2021.

Carrière au hockey sur glace modifier

Richard Martel est entraîneur adjoint, entraîneur-chef et directeur-gérant pendant 21 saisons dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, soit de 1990 à 2011. Il débute dans la LHJMQ comme adjoint de Joe Canale chez les Saguenéens de Chicoutimi[1], puis est adjoint d'Alain Rajotte avec le Collège français de Verdun en 1992. Il obtient son premier poste d'entraîneur-chef chez le Laser de Saint-Hyacinthe en 1993, et remporte cette année-là son premier trophée Ron-Lapointe comme meilleur entraîneur de la ligue[1].

En 1995, Richard Martel passe aux Foreurs de Val-d'Or mais est congédié en cours de saison en février 1998[2], peu de temps avant que les Foreurs ne gagnent la Coupe du président. Il se joint alors au Drakkar de Baie-Comeau où il ajoute la fonction de directeur-gérant à celle d'entraîneur-chef. Il reste à Baie-Comeau jusqu'en , alors que les Saguenéens de Chicoutimi l'engagent comme entraîneur-chef et directeur-gérant après de difficiles négociations avec le Drakkar[3]. Le 28 février 2010, il devient l’entraîneur ayant remporté le plus de matchs en LHJMQ lors de la victoire des Saguenéens de Chicoutimi face aux Drakkar de Baie-Comeau (3-1) avec 570 matchs remportés. Il dépasse ainsi le record de Guy Chouinard.

Richard Martel est congédié par les Saguenéens au cours de la saison 2010-2011[4]. Après plus d'un an d'inactivité, il se tourne vers l'Europe et devient en juillet 2012 entraîneur-chef du club Visby Roma Hockey en Suède[5]. Puis après deux saisons à Visby il est engagé par les Brûleurs de loups de Grenoble en France[6]. Il remporte avec le club le championnat de la saison régulière 2014-2015 ainsi que la coupe de la Ligue. Cependant, sa carrière prend brusquement fin quand il est congédié durant les séries éliminatoires à la suite d'un incident le où il commande à un de ses joueurs d'attaquer le gardien adverse[7]. Cette action est largement décriée en France où, selon le président de la Fédération française de hockey sur glace Luc Tardif, la culture de violence au hockey sur glace n'est pas présente comme en Amérique du Nord[8]. Ses propres joueurs se rebellent contre lui et lui interdisent l'accès au vestiaire. La présidente du club annonce dès le lendemain que l'entraîneur a perdu son poste[9].

Cependant, ces allégations de joueurs se rebellant contre leur entraîneur étaient fausses, selon Martel [10]. En réponse à ces rumeurs, il a déclaré que les histoires avaient été amplifiées au Québec, et que les difficultés de l'équipe étaient peut-être liées à la gestion et à la négociation de son prochain contrat[10].Les dirigeants de l'équipe, qui géraient l'équipe pendant une période de difficultés financières, ont peut-être utilisé l'intensité de Martel comme un moyen de le pousser vers la sortie. Bien que Martel ait reconnu sa part de faute dans l'incident, il estime que son style intense, qui avait relativement bien fonctionné au Québec et en Suède, n'était peut-être pas approprié pour la France[10].

Le , Richard Martel devient entraineur-chef des Marquis de Jonquière en pleine demi-finale de la LNAH[11]. Richard Martel reste derrière le banc des Marquis pour la saison 2016-2017 en plus d'assumer la fonction de directeur-général. Pour la saison 2017-2018, il quitte ses fonctions avec les Marquis de Jonquière et devient commissaire de la Ligue nord-américaine de hockey.

Record d'entraînement

(LHJMQ)

Équipe Année Saison régulière Post-saison
MJ V D N DP V-D% Finition Résultat
Saint-Hyacinthe 1993-1994 72 35 30 7 0 .535 4ème à Lebel Éliminés - Round 1
Saint-Hyacinthe 1994-1995 72 26 42 4 0 .389 5e à Lebel Éliminés - Round 1
Val-d'Or 1995-1996 70 39 24 7 0 .607 3ème à Lebel Éliminés - Round 2
Val-d'Or 1996-1997 70 40 28 2 0 .586 3ème à Lebel Éliminés - Demi-finales
Val-d'Or 1997-1998 58 29 23 6 0 .552 (remplacé à la mi-saison)
Baie-Comeau 1998-1999 53 17 32 4 0 .358 7ème à Dilio Manqué les playoffs
Baie-Comeau 1999-2000 72 31 31 5 5 .500 3ème dans l'Est Éliminés - Round 1
Baie-Comeau 2000-2001 72 41 23 8 0 .625 1er dans l'Est Éliminés - Demi-finales
Baie-Comeau 2001-2002 72 38 25 7 2 .590 2e dans l'Est Éliminés - Round 1
Baie-Comeau 2002-2003 72 50 14 6 2 .750 1er dans l'Est Éliminés - Demi-finales
Chicoutimi 2003-2004 42 23 13 5 1 .619 2e dans l'Est Éliminés - Demi-finales
Chicoutimi 2004-2005 70 38 19 6 7 .636 2e dans l'Est Éliminés - Demi-finales
Chicoutimi 2005-2006 70 51 15 0 4 .757 2e dans l'Ouest Éliminés - Round 2
Chicoutimi 2006-2007 70 34 28 0 8 .543 8e chez Telus Éliminés - Round 1
Chicoutimi 2007-2008 70 37 25 0 8 .585 4ème chez Telus Éliminés - Round 1
Chicoutimi 2008-2009 68 24 32 0 12 .441 3e dans l'Est de Telus Éliminés - Round 1
Chicoutimi 2009-2010 68 26 33 0 9 .449 3e dans l'Est de Telus Éliminés - Round 1
Chicoutimi 2009-2010 50 18 22 0 10 .460 (remplacé à la mi-saison)
Total 1191 597 459 67 68 % de victoires : .501

Source : Career profile

Trophées et honneurs personnels modifier

Carrière politique modifier

Après l'annonce de la démission du député libéral Denis Lemieux dans Chicoutimi—Le Fjord, Richard Martel annonce en qu'il se lance en politique avec le Parti conservateur du Canada[14]. Il est rapidement donné favori, ce alors que les conservateurs étaient arrivés quatrième dans la circonscription lors des élections fédérales de 2015[15]. Martel a été recruté par un ancien joueur, Antoine Tardif, qui a été l'organisateur en chef du parti au Québec. Martel avait déjà été courtisé pour se présenter à la mairie de Saguenay ainsi qu'à l'Assemblée nationale du Québec.

Le il est largement élu député, obtenant 52,7 % des suffrages et plus de 5500 voix d'avance sur sa plus proche concurrente, la libérale Lina Boivin[16]. Il est réélu lors des élections de 2019, quoique avec une majorité réduite à 834 voix face à la candidate du Bloc québécois[17].

En , Richard Martel est nommé porte-parole associé de l'opposition officielle pour la défense nationale[18].

En 2020, Martel a soutenu Erin O'Toole lors des élections à la chefferie du Parti conservateur du Canada. Citant « son aplomb, son assurance, sa vivacité d’esprit et sa capacité à convaincre et à débattre »[19], Martel a déclaré qu'Erin s'intéressait aux questions importantes pour le Québec et sa région en particulier, comme le GNL Québec, et que ces facteurs clés l'ont motivé à soutenir O'Toole. Il a fini par faire extrêmement bien au Québec et par remporter la chefferie du parti[20].

Le , le chef conservateur Erin O'Toole a annoncé que Martel serait le lieutenant du parti au Québec, succédant à Alain Rayes[21]. Martel travaille en étroite collaboration avec O'Toole et a également participé avec lui à des tournées dans la région. Cependant, après une performance décevante aux élections de 2021 où le parti n'est pas arrivé à faire élire de nouveau député au Québec, il perd ce rôle au profit du député de Richmond-Athabaska Alain Rayes[22].

Richard Martel est réélu lors des élections de 2021 avec plus de 2 800 voix d'avance sur la candidate bloquiste Julie Bouchard[23].

Controverses modifier

Refus d'aide pour les réfugiés modifier

Au mois de , le député a fait les manchettes pour avoir refusé catégoriquement d'aider une famille de réfugiés salvadoriens menacée d'expulsion malgré qu'ils étaient établis dans son comté. Le député a défendu sa décision en les qualifiant de réfugiés illégaux comme selon lui ils étaient entrés au pays par le chemin Roxham. Alors que ses propos étaient dénoncés à travers le reste de la classe politique, le député a choisi de maintenir sa position, affirmant qu'il referait la même chose si un nouveau cas similaire lui était présenté. La famille a finalement trouvé de l'aide chez le député bloquiste Mario Simard de la circonscription voisine de Jonquière, et a pu rester au pays[24].

Résultats électoraux modifier

Références modifier

  1. a et b « Richard Martel », sur EliteProspects (consulté le )
  2. La Presse canadienne, « Les Foreurs congédient Martel », Le Soleil,
  3. Steeve Paradis, « La saga prend fin - Le Drakkar libère Martel », Le Soleil, (consulté le )
  4. « Richard Martel congédié », sur Radio-Canada Sports, (consulté le )
  5. Kathleen Lavoie, « Richard Martel se réinventera en Suède », Le Soleil, (consulté le )
  6. Serge Émond, « Martel, nouveau chef des Brûleurs de Loups », Le Soleil, (consulté le )
  7. Florine Ebbhah et Didier Albrand, « Hockey sur glace. Le départ de Richard Martel, l'entraîneur des Brûleurs de loups de Grenoble, confirmé », sur France Info 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le )
  8. Gabriel Béland, « Richard Martel désavoué par ses propres joueurs », La Presse, (consulté le )
  9. Éric Clert, « Brûleurs de Loups : Richard Martel débarqué ! », Le Dauphiné libéré, (consulté le )
  10. a b et c « Les sept vies d’un entraîneur », sur La Presse+, (consulté le )
  11. Roby St-Gelais, « Richard Martel dirigera les Marquis de Jonquière », Le Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Découvrez nos records - Plus de victoires en carrière », sur Ligue de hockey junior majeur du Québec (consulté le )
  13. « Les Marquis de Jonquiere champions de la LNAH », sur ici.radiocanada.ca, (consulté le )
  14. « Le Parti conservateur du Canada confirme la candidature de Richard Martel », Radio-Canada, 20 décembre 2017, consulté le 19 juin 2018.
  15. « Richard Martel en tête dans les intentions de vote dans Chicoutimi-Le Fjord », Radio-Canada, 13 juin 2017, consulté le 19 juin 2018.
  16. « Le conservateur Richard Martel élu dans Chicoutimi-Le Fjord », Radio-Canada, 18 juin 2017, consulté le 19 juin 2018.
  17. Laura Lévesque, « Une course épique selon Valérie Tremblay », Le Quotidien, (consulté le ). La majorité de Richard Martel était de 614 selon les résultats préliminaires, mais a été ajustée à 834 dans les résultats définitifs disponibles à Élections Canada.
  18. « Richard Martel — Fiche de parlementaire », Parlement du Canada
  19. « Richard Martel appuie Erin O'Toole », sur Le Quotidien, (consulté le )
  20. Kathleen Harris, « Erin O'Toole wins Conservative leadership race, reaches out to broaden blue tent », sur CBC
  21. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Richard Martel deviendra lieutenant québécois du Parti conservateur », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  22. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Richard Martel perd son titre de lieutenant québécois pour le PCC », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  23. Jean-Francois Desbiens, « Richard Martel réélu, tout comme Alexis Brunelle-Duceppe et Mario Simard | Saguenay-Lac-St-Jean - Néomedia », sur Saguenay-Lac-Saint-Jean, (consulté le )
  24. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « « Réfugiés illégaux » : Poilievre évite de critiquer les propos de Richard Martel », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  25. Élections Canada, « Résultats Élection fédérale canadienne de 2021 », sur enr.elections.ca (consulté le ).

Liens externes modifier