Riccobaldo da Ferrara

historien italien
Riccobaldo da Ferrara
Biographie
Naissance
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Religion

Riccobaldo de Ferrare (1246 - après 1320) est un notaire italien et écrivain latin du Moyen Âge, chroniqueur, géographe et encyclopédiste. Il est parfois connu dans la littérature comme Riccobaldo da Ferrara, Riccobaldo Ferrarese ou encore Riccolbaldo

BiographieModifier

Riccobaldo est né à Ferrare ou dans les environs, très probablement en 1246[1]. Le , en tant que puer ( garçon ), il est témoin du passage à Ferrare du pape Innocent IV ; le , adulescens ( adolescent ), il assiste aux funérailles à Ferrare d' Azzo VII d'Este ; il a comparu comme témoin à Ferrare sur un document du  ; en mai 1282, il se trouve à Faenza ; en 1290, il apposa son sceau sur trois documents à Reggio d'Émilie où il exerce comme notaire auprès du vicaire (député) d' Obizzo II d'Este, le podestà de la ville. Il est connu pour avoir été à Padoue en 1293, à Ravenne en 1297-1300, exerçant sa profession à Ferrare en 1308, à nouveau à Padoue entre 1308 et 1313 et à Ferrare en 1310. Il est mort après 1318[1].

Les affirmations selon lesquelles son vrai nom serait Gervasio (Gervase), qu'il appartenait à la famille Mainardi et qu'il était pendant un temps chanoine à Ravenne, sont sans aucun doute le produit d'une érudition quelque peu approximative des XVIe et XVIIe siècles[1].

Une chose qui est certaine, parce qu'il nous l'écrit, c'est qu'il portait les titres de dominus ( seigneur ) et de magister (maître). Puisque Riccobaldo se considère comme un exilé, des recherches ont été faites pour voir si l'exil fait suite à son soutien à Aldobrandino II d'Este lors de l'affrontement de celui-ci avec son frère Azzo VIII, seigneur de Ferrare. Cette hypothèse ne trouve aucune preuve pour l'étayer. Le fait qu'il n'avait aucune sympathie pour la famille Este transparait dans certaines de ses œuvres. Riccobaldo était notaire auprès du vicaire (député) d' Obizzo II d'Este et à Ravenne, il semble avoir vécu à l'ombre d' Obizzo Sanvitale, archevêque de Ravenne, un partisan de la famille Este. Pourtant, en 1308, immédiatement après l'expulsion de la famille Este de la seigneurie de la ville, Riccobaldo se trouve à Ferrare, jurant fidélité à l'Église de Rome[1].

L'histoire culturelle de Riccobaldo est clairement établie. Il a été témoin, des événements politiques de sa ville, et parfois de l'histoire de l'Italie dans son ensemble. Ce n'est que récemment qu'il a été possible de lui attribuer un « carmen » (chanson) politique en latin qui célèbre la liberté nouvellement acquise de Ferrare. Dans ce texte, il fait paraître , pour l'époque, une culture personnelle aboutie[1].

De son propre aveu, sa première émulation pour l'écriture provient de son contact avec les archives de Nonantola et de Ravenne. À Ravenne, il connut, le Chronicon, c'est-à-dire l' Historia Ecclesiastica d' Eusèbe de Césarée, le Chronicon ( Chronique ) de Saint Jérôme, et selon toute probabilité aussi la cosmographie de Ravenne ; à Nonantola il a certainement eu accès à la suite de l'œuvre de Jérôme, écrite par Saint Prosper d'Aquitaine [1].

Riccobaldo a écritdes compilations géographiques dont l'une, le De locis orbis, n'a été publiée pour la première fois qu'en 1986, tandis que l'autre, De origine urbium Italie, reste inédite. Il existe deux petits traités dont témoignent les manuscrits du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Iat. 2072, cc. 45-58 et Parme, Biblioteca Palatina, Parm. 331, cc. 45-67 (pour le premier) et Venise, Biblioteca. Nazionale Marciana, Lat. X, 169 (3847), cc. 2-31 (pour le second). Bien que ni l'un ni l'autre ne puisse être daté avec précision, le premier de ces travaux date de sa période de mariage et le second de ses dernières années[1].

Éditions de ses œuvresModifier

  • Riccobaldo da Ferrara, Chronica parva Ferrariensis, Introduzione, edizione e note di Gabriele Zanella, Ferrara 1983 (Delegazione provinciale ferrarese di storia patria, serie Monumenti, IX).
  • Ricobaldi Ferrariensis, Compendium Romanae Historiae, cur. À Hankey (FSI 108), Rome, 1984.
  • Riccobaldo da Ferrara, De locis orbis, Introduzione, edizione e note di Gabriele Zanella, Ferrara 1986 (Delegazione provinciale ferrarese di storia patria, serie Monumenti, X)[2].
  • Ricobaldi Ferrariensis, Compilatio chronologica, a cura di AT Hankey, Rome, 2000 (Istituto storico italiano per il Medio Evo, RIS 3, 4).

BibliographieModifier

  • (it) Gabriele Zanella, Riccobaldo et dintorni. Studi di storiografia medievale ferrarese, Ferrare, Bovolenta 1980.
  • (it) Gabriele Zanella, Il mondo e l'Italia nelle opere geografiche inedite di Riccobaldo da Ferrara: qualche paradigma di lettura, in "Imago mundi" La conoscenza scientifica nel pensiero bassomedioevale, Todi, Accademia tudertina 1983 (Convegni del Centro di studi sulla spiritualità medievale, 1983) XXII) p. 157–81.
  • (it) Gabriele Zanella, Cultura, scuola e storiografia a Ferrara tra XIII e XIV secolo in Storia di Ferrara 5 Il basso Medioevo XII-XIV Ferrare, Corbo 1987, p. 241–64.
  • (it) Gabriele Zanella, Equissimus tirannus, dans Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell'Università di Potenza 1987-1989 [1990], p. 187–97>.
  • (it) Gabriele Zanella, Riccobaldo e Livio dans Studi Petrarcheschi 6 (1989) [ma 1991], p. 53–69.
  • (it) Gabriele Zanella, note cronistiche del cremonese Gasapino Antegnati (sec. XIII-XIV) da un manoscritto del Pomerium Ravennatis Ecclesie di Riccobaldo da Ferrara, Cremone, Turris, 1991.
  • (it) Gabriele Zanella, Gli Estensi nella storiografia coeva (secoli XIII-XIV) dans Terra d'Este 2,4 (1992) [1993], p. 59–74.
  • (en) Ann Teresa Hankey, Riccobaldo of Ferrara: his life, works and influence, Vol. 2 di Fonti per la storia dell'Italia medievale: Subsidia, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 1996.
  • (it) AF Massera, L'autenticità della Chronica parva Ferrariensis, in Archivio Muratoriano, volume I, fascicolo 10, 1911, p. 549–565.
  • (it) AF Massera, Note per la biografia di Riccobaldo da Ferrara, in Archivio Muratoriano, fascicoli 19-20, 1917, p. 449–459.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g (it) Augusto Campana, « Riccobaldo da Ferrara in "Enciclopedia Dantesca" », sur treccani.it, (consulté le ).
  2. Libro I, Libro II

Liens externesModifier

Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes  :