Ouvrir le menu principal

Ricardo Costa Climent

personnalité politique espagnole
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ricardo Costa et Climent.

Ricardo Costa Climent
Illustration.
Ricardo Costa, en 2009.
Fonctions
Porte-parole du groupe Populaire
au Parlement valencien
Prédécesseur Esteban González Pons
Successeur Rafael Maluenda
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Castellón de la Plana
(Espagne)
Parti politique PP
Profession Économiste

Ricardo Costa Climent, né le à Castellón de la Plana, est un homme politique espagnol de la Communauté valencienne, membre du Parti populaire.

Sommaire

Éléments biographiquesModifier

Il est titulaire d'une licence de sciences économiques, et économiste de formation. Il est le frère de Juan Costa, ancien ministre de José María Aznar.

Vie politiqueModifier

Élu président des Nouvelles générations du Parti populaire (NNGG) de Castellón de la Plana en , il en devient président dans la province de Castellón entre et .

Le , Ricardo Costa est élu député de Castellón au Parlement valencien à 23 ans.

Nommé en vice-secrétaire général du Parti populaire de la Communauté valencienne (PPCV), il en devient secrétaire général en . Il se trouve reconduit après le congrès régional de [1].

Le , Ricardo Costa est choisi à l'unanimité des députés régionaux du PPCV pour devenir le nouveau porte-parole du groupe parlementaire régional[2], en remplacement d'Esteban González Pons, élu huit jours plus tôt représentant de Valence au Congrès des députés.

Crise de l'affaire GürtelModifier

Article détaillé : Affaire Gürtel.

Mis en cause dans le cadre de l'affaire Gürtel, un réseau de corruption entre le Parti populaire et des entreprises spécialisées dans l'événementiel, le président de la Généralité valencienne, Francisco Camps annonce la destitution de Costa le [3]. Toutefois, ce dernier annonce quatre jours plus tard, lors d'une conférence de presse, qu'il conserve ses postes de secrétaire général et porte-parole parlementaire du PPCV[4]. Le lendemain, suite aux menaces de la secrétaire générale nationale du PP, María Dolores de Cospedal, Costa est finalement destitué par Camps[5].

Il est remplacé au Parlement valencien par Rafael Maluenda, et dans l'appareil du parti par César Augusto Ascencio[6].

Le , il est suspendu de toute activité militante au sein de son parti pour un an pour son implication dans l'affaire Gürtel[7]. Le 2 mars suivant, il est désigné porte-parole du groupe PPCV au sein de la commission parlementaire pour le développement du statut d'autonomie[8].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier