Ri In-mo

journaliste nord-coréen

Ri In-mo (리인모, né le [1], décédé le ) est un ancien prisonnier nord-coréen en Corée du Sud. C'est l'un des « non-convertis » coréens les mieux connus ayant refusé de renier ses convictions socialistes. Il est emprisonné pendant trente-quatre ans, jusqu'à sa libération en 1988, avant d'être rapatrié en Corée du Nord le .

Ri In-mo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kimhyonggwon County (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
PyongyangVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Patriotic Martyrs' Cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
리인모Voir et modifier les données sur Wikidata
Romanisation révisée
Yi In-moVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Ri In-moVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activités
Autres informations
Conflit

BiographieModifier

Correspondant de guerre de l'Armée populaire de Corée pendant la guerre de Corée, Ri In-mo a accompagné la guérilla du mont Jiri, dans le sud de la péninsule. Blessé en , il est capturé puis est emprisonné en Corée du Sud, malgré la signature de l'armistice en et l'opération Big Switch de rapatriement des prisonniers de guerre.

Torturé, Ri In-mo a été emprisonné pendant trente-quatre ans, jusqu'à sa libération en 1988, dans le contexte nouveau de libéralisation politique en Corée du Sud[2].

Malgré le lancement par le régime militaire du général Park Chung-hee d'un programme de « conversion » forcée des prisonniers politiques, Ri In-mo a refusé d'abandonner ses idées communistes, comme il l'a expliqué dans ses mémoires publiées en 1997 :

« Nous ressentions un si profond ressentiment envers ces individus bestiaux qui ne nous traitaient pas comme des humains que nous avions décidé de ne pas nous rendre à eux. Mes camarades qui résistaient jusqu’au bout ont préservé leur honneur d’être humains face aux coups si durs à supporter et à la torture avec l’eau[3]. »

Après sa libération le , Ri In-mo est assigné à résidence dans un foyer de l'Armée du salut, où il commence à rédiger ses mémoires, publiées pour la première fois en 1989 dans le mensuel Mal et le quotidien Hangyore Sinmun.

À la suite d'une campagne lancée en Corée du Nord, Ri In-mo est rapatrié le auprès de sa famille, à Pyongyang, après avoir traversé la zone coréenne démilitarisée à Panmunjeom. Le , jour de son anniversaire, il reçoit la visite du président Kim Il-sung.

Un film de la série cinématographique nord-coréenne La Nation et le Destin a été consacré à la vie de Ri In-mo.

Notes et référencesModifier

  1. Source : bibliographie sur le site Abes
  2. Voir l'article détaillé Histoire de la Corée du Sud
  3. Incarnation de la foi et de la volonté : mémoires de Ri In Mo, ex-correspondant de guerre de l'Armée populaire de Corée, éditions en langues étrangères, Pyongyang, 1997, disponible à l'adresse suivante