Ouvrir le menu principal

Revolut

Société britannique

Revolut
logo de Revolut

Création 23 juin 2014
Fondateurs Nikolay Storonsky et Vlad Yatsenko
Forme juridique Limited companyVoir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Simply Revolutionary[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Londres
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni
Activité Finance, moyen de paiement, banque
Produits MasterCard, Visa
Site web Site officiel ouvert depuis le 1er juillet 2015

Revolut est une société britannique de la Fintech proposant des services financiers et bancaires. Fondée le 23 juin 2014 par Nikolay Storonsky et Vlad Yatsenko, Revolut propose via une application mobile de nombreux services bancaires spécialement adaptés pour des paiements en devises étrangères au taux de change interbancaire avec la carte associée ou virtuelle. Si une transaction est effectuée le week-end, Revolut ajoutera une majoration entre 0,5% et 2% en fonction de la devise afin de se protéger d’éventuelle fluctuation[2].

HistoriqueModifier

En , une offre premium est lancée. La carte bancaire de l'offre premium propose au client toutes les assurances incluses à l'étranger via le réseau Mastercard (rapatriement, couvertures de risques, vol, etc. pour 82 € par an)[3].

En juillet 2017, Revolut annonce une levée de fonds de 66 millions de dollars[4] pour son développement en Amérique du Nord et en Asie, la mise à disposition d'un IBAN personnel en euro pour les utilisateurs de Revolut, et enfin d'introduire les cryptomonnaies comme le Bitcoin.

Depuis le 1er octobre 2017, l'application et le site Revolut sont entièrement en français[5].

En novembre 2017, Revolut annonce avoir entamé les démarches nécessaires à l'obtention d'une licence bancaire européenne, dans le but de pouvoir proposer prochainement des services d’épargne et de crédit. Et enfin, anticiper les conséquences du Brexit[6].

Le 7 décembre 2017, Revolut[7] ouvre son porte-monnaie aux cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum et Litecoin) en accès anticipé pour ses membres premium.

En , Revolut est valorisée à 1,7 milliard de dollars américains et obtient ainsi le statut de première licorne britannique dans le domaine bancaire[8].

ServicesModifier

Revolut propose à ses utilisateurs des services bancaires en ligne, sans frais de tenue de compte ni de carte bancaire, et d'achats à l'étranger. Les échanges en livres, dollars, euros ou autres monnaies sont totalement gratuits. Revolut propose une carte prépayée du réseau Mastercard gratuite et utilisable dans le monde entier.

Cependant, à l'inverse d'une banque traditionnelle, Revolut n'offre pas la possibilité d'avoir un découvert, et ne propose pas de services complémentaires comme l'emprunt, l'assurance ou encore l'ouverture de compte épargne comme le Livret A. Revolut propose deux choix à l'inscription, soit une carte bancaire Mastercard et Visa physique ou virtuelle dans son compte utilisateur en ligne. Via son application mobile, Revolut permet également de transférer de l’argent entre comptes bancaires ou entre utilisateurs sans aucuns frais[9]. Révolut propose des virements internationaux totalement gratuits dans 23 devises différentes.

Notes et référencesModifier

  1. « https://revolut.com/about »
  2. (en-GB) « Quel taux de change vais-je avoir ? - Revolut Aide », sur www.revolut.com (consulté le 16 novembre 2018)
  3. [1] La disruption dans la finance continue, letemps.ch, 19 mars 2017
  4. [2] Revolut lève 66 millions de dollars pour exporter sa banque mobile en Asie et en Amérique du Nord, frenchweb.fr, 12 juillet 2017
  5. [3] Banque digitale : quasi-gratuite, Revolut voit grand, leparisien.fr, 7 octobre 2017
  6. [4] Revolut ambitionne de devenir une banque européenne, lesechos.fr, 9 novembre 2017
  7. « Revolut adopte les crypto-monnaies (BTC, ETH et LTC), pour quoi faire ? - FrAndroid », FrAndroid,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2017)
  8. (en-US) Emma Rumney, « Revolut becomes Britain's first digital bank unicorn », U.S.,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juin 2018)
  9. [5] On a testé Revolut, la banque 3.0 sans aucuns frais, Le journal du geek, 17 février 2016

Voir aussiModifier