Repentance

manifestation publique du sentiment personnel pour une faute que l'on affirme avoir commise et dont on demande le pardon

Le terme repentance[1] (de l'italien : pentimento) désigne une volonté personnelle et sincère d'assumer de manière responsable les conséquences d'actes considérés comme moralement condamnables commis le passé et de s'engager à ne pas les perpétuer. Il peut également désigner la manifestation publique du sentiment personnel qu'est le repentir pour une faute que l'on affirme avoir commise et dont on demande le pardon.

Il semble se confondre en un seul concept trois notions que l'on trouve :

Les mots repentir et repentance sont parfois employés de manière synonyme, le mot « repentance » permettant de faire la différence avec le verbe « se repentir ». Cependant, en langue anglaise, ce mot (repentance) ne fait pas la différence entre repentir et repentance. Le terme anglais repentance[2] a aussi le sens de « rechercher le pardon de quelqu'un ». Cela peut être alors un faux-ami.

Repentance et religionModifier

La repentance est reconnue par le judaïsme et l'islam. La repentance est vue de manière négative notamment parce qu'elle peut être précédée d'une punition. En effet, dans certaines sociétés du passé et d'aujourd'hui, on commence par châtier le désigné fautif, puis on ne le réhabilite que s'il se repent sans égard pour la souffrance physique et morale endurée par l'innocent injustement châtié.

En 1994, la lettre du pape Jean-Paul II faisant état d'un regret relatif à des actes commis dans le passé par des membres de l'Église et reconnus publiquement comme des fautes (voir l'article Péché) avec le recul de l'Histoire a donné au concept de repentance un sens nouveau. L'Église parle de la repentance bien que d'un point de vue théologique seul le repentir puisse être stricto sensu nécessaire; la repentance, par son côté public, peut cependant être vue comme une demande de réconciliation avec les hommes en plus de Dieu.

Dans certains cas, la repentance peut être imposée comme pénitence comme l'imposa l'évêque de Soissons au roi Louis XV de France à Metz en 1744.

Cependant, d'un point de vue politique, une repentance publique peut ne pas être une repentance sincère (c'est-à-dire accompagné d'un repentir) mais une manœuvre ou une simple recherche de paix en mettant fin à un conflit. Cela peut être d'autant plus compréhensible s'il n'y a pas de quoi se repentir.

Repentance dans le judaïsmeModifier

Les « Asseret Yemei Techouva » (hébreu : עשרת ימי תשובה dix jours de repentance) désignent dans le judaïsme la période entre Roch Hachana et Yom Kippour. Ces dix jours de pénitence perpétuent et accentuent l'esprit de repentance du mois de Eloul.

Repentance dans le christianismeModifier

Dans le christianisme, la repentance est la reconnaissance, la confession et le renoncement au péché.

 
La Repentance de Saint Pierre, Gerard Seghers (entre 1625 et 1629), musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, Russie.

Repentance individuelle dans le catholicismeModifier

Dans l'Église catholique, la Commission théologique internationale distingue trois modèles de gestes de contrition[3] :

  • la prière liturgique collective du Confiteor (« Je confesse à Dieu »), et celle, individuelle, de lActe de contrition conclusion de la confession;
  • les psaumes pénitentiels, repris dans l'Ancien Testament, avec la profondeur de la souffrance d'Israël, de sa misère, les péchés de son histoire, les péchés de ses Pères, sa rébellion permanente depuis les débuts de l’histoire jusqu’au moment actuel ;
  • les avertissements prophétiques de l’Apocalypse adressés aux sept Églises.

Elle voit également des critères de compréhension de la repentance :

  • la reconnaissance des péchés,
  • la vérité : confesser, cela signifie, selon saint Augustin, « faire la vérité », et implique donc surtout la discipline et l’humilité de la vérité.
  • la purification : toujours selon saint Augustin, une confessio peccati chrétienne s’accompagnera toujours d’une confessio laudis.

Concernant l'Église par rapport à l'histoire :

  • Le premier critère implique que l’Église du présent ne peut pas se constituer en tribunal qui condamne les générations passées ;
  • Le deuxième critère implique de ne nier en aucune manière le mal commis dans l’Église, mais aussi de ne pas s’attribuer par une fausse humilité des péchés qui n’ont pas été commis, ou bien ceux pour lesquels il n’existe pas encore de certitude historique.
  • Le troisième critère signifie que Dieu purifie et renouvelle toujours l’Église, malgré nos péchés, et fait ainsi de grandes choses en se servant de vases d’argile

Repentance des autorités de l'Église catholiqueModifier

La repentance fait suite à un renouvellement de la théologie catholique intervenu lors du concile Vatican II, notamment sur les questions d'œcuménisme et de dialogue interreligieux. Le dialogue interreligieux a notamment fait l'objet d'une déclaration de Paul VI lors du concile en 1965, Nostra Ætate, qui fixe les principes en matière de relations entre le christianisme et les autres religions.

Les principaux points ayant fait l'objet de repentances à la demande du pape Jean-Paul II sont :

Voir aussi :

Quelques-uns, autour du théologien Hans Küng, considèrent la repentance de l'an 2000 comme un geste médiatique qui n'a pas été suivi d'actes majeurs tendant à la concrétiser, à l'exception de l'abandon de la théologie du Vetus Israel / Verus Israel déjà initiée par Marcel Simon, et portée à la connaissance du grand public par la déclaration conciliaire Nostra Ætate ().

Christianisme évangéliqueModifier

Dans le christianisme évangélique, la repentance est nécessaire au salut et à la nouvelle naissance[4]. Elle fait l’objet d’invitation spéciale lors des prédications et des cultes[4]. Elle fait aussi partie de la vie chrétienne et du processus de sanctification[5].

Repentance dans l'islamModifier

L'islam définit la repentance :

  • Cessation du mal commis et intention sincère de se repentir : Oubay Ibn Ka’b posa la question à Mahomet : Qu’est-ce qu’un repentir sincère ? Il lui répondit : « C’est la cessation tout acte infâme commis avec excès suivi de sincères prières de pardon à Dieu en t’engageant à ne plus y revenir ». (Ibn Abi Hatim)
  • Nadam : manifester du regret sur les actes commis par le passé
  • Résolution ferme de ne plus retourner aux péchés regrettés
  • Rendre justice à celui à qui tu as fait du tort s’il s’agit de péchés commis envers nos semblables.

Repentance nationale : les excuses d'ÉtatModifier

Le terme de repentance est utilisé aussi dans le vocabulaire laïque, pour désigner des excuses nationales officielles exprimées par des représentants d'un Etat à la suite de violences de masse[6].

Repentance en Allemagne concernant le génocide juifModifier

La génuflexion de Willy Brandt à Varsovie en 1970 est le premier acte d'une série «de gestes et de discours de repentance effectués surtout par les chanceliers et les présidents ouest-allemands», qui ont favorisé l'élucidation publique des crimes et des responsabilités de l'Allemagne nazie[7].

Repentance en Belgique concernant le génocide rwandaisModifier

EN 2000 la Belgique demande pardon au Rwanda[6]. Guy Verhofstadt, le premier ministre belge, déclare : « Au nom de mon pays, au nom de mon peuple, je vous demande pardon. La communauté internationale tout entière porte une immense et lourde responsabilité. Un dramatique cortège de négligences, d’insouciances, d’incompétences, d’hésitations et d’erreurs a créé les conditions d’une tragédie sans nom. J’assume ici les responsabilités de mon pays, des autorités politiques et militaires belges. »[8]

Repentance en Australie concernant les traitements infligés aux peuples autochtonesModifier

En 2008 Kevin Rudd présente des excuses officielles aux Autochtones d'Australie pour «deux siècles d'atteinte à la dignité»[9] et particulièrement pour les enlèvements forcés d'enfants autochtones australiens à leurs familles. Ces enfants victimes des agences gouvernementales fédérales et étatiques australiennes sont souvent désignés comme «les générations volées».

Repentance coloniale au JaponModifier

En 2010 le Japon présente des excuses pour les exactions commises en Corée du Sud[6] à l'époque de colonisation nippone, de la fin du XIXe siècle à la première moitié du 20e [10]

Repentance en Allemagne concernant les crimes en PologneModifier

EN 2019 l'Allemagne demande pardon[6] « aux victimes de l’agression allemande de 1939 »[11]

Repentance coloniale en FranceModifier

Le Livre noir du colonialisme (2003)Modifier

Le terme apparaît dans le débat sur la colonisation française en quand Le Livre noir du colonialisme est publié sous la direction de l'historien Marc Ferro, qui signe lui-même trois chapitres sur une quarantaine, dans le sillage du « retentissement phénoménal » du Livre noir du communisme (1997), suivi par Le Livre noir de la guerre d'Algérie, publié par Philippe Bourdrel. Selon Marc Ferro, ce livre noir, travail de synthèse, incluant la dimension colonisatrice de la domination arabe en Afrique, ne prétend rien révéler car il s'écrit au grand jour depuis le premier mémoire de Bartolomé de Las Casas remontant à 1540[12]. Le livre souligne qu'à « la grande époque des empires musulmans, des millions de Noirs furent déportés vers le monde méditerranéen et l'océan Indien[12]. »

Une vingtaine d'historiens, spécialistes des différentes époques coloniales, y écrivent, chacun sur ses recherches[13]. Le sous-titre du livre « XVIe – XXIe siècle : de l'extermination à la repentance » ne suscite aucune contestation particulière, lors de sa publication, car son sens chronologique est explicité par l'épilogue du livre, titré « Qui demande des réparations et pour quels crimes ? » et rédigé, par Nadia Vuckovic.

Cet épilogue évoque une actualité alors récente, la troisième conférence mondiale contre le racisme, après celles de 1978 et 1981[14], tenue du 2 au à Durban[15], où la délégation française a présenté la loi française du tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crimes contre l’humanité, tandis que de nombreux États africains y ont réclamé des réparations matérielles et morales aux États pour l’esclavage et la traite des Noirs, en général, pas seulement transatlantique[16], et demandé de mettre un terme au trafic d’êtres humains.

La conférence a été marquée par le retrait, au bout de trois jours, des États-Unis et d’Israël et par les critiques contre les ONG les plus radicales, soupçonnées d'avoir conspués des participants israélien[14]. Dans son épilogue, Nadia Vuckovic développe « les contradictions insolubles qu’implique, en politique, le couple indissociable “repentance/réparation” », selon l'historien Guy Pervillé[17].

Les déclarations de Chirac, Sarkoy et Giscard en 2005Modifier

C'est en 2005 qu'émerge dans les médias l'expression de « repentance », dans un climat mémoriel qui venait d'être durci par les débats sur la loi du 23 février 2005, avec son article 4 demandant d'enseigner les aspects positifs de la colonisation, finalement abandonné début 2006, et par l'affaire Olivier Grenouilleau, qui éclate au même moment.

Enfin le , le quotidien du soir souligne que « plusieurs semaines d'introspection ont fait resurgir à droite, sous la pression de l'extrême droite, une allergie à la “repentance” qui était déjà apparue lors du procès Papon, à l'automne 1997 »[18].

Le livre de 2006Modifier

Trois ans et demi après le livre de Marc Ferro, le terme de « repentance » émerge à nouveau mais dans un sens complètement différent, celui d'un « anglicisme revenu tardivement en français » et contesté par l'historienne Catherine Coquery-Vidrovitch, car désignant « la manifestation publique du sentiment personnel qu’est le repentir pour une faute qu’on estime avoir commise et pour laquelle on demande le pardon », donc différent de celui maladroitement choisi en 2003 pour évoquer dans l'épilogue du livre dirigé par Marc Ferro, les réparations d’État à État demandées lors de la Conférence de Durban.

La polémique sur l'usage du mot « repentance » reprend aussi avec le pamphlet Pour en finir avec la repentance coloniale de Daniel Lefeuvre, en dans lequel l'historien prend fait et cause pour Olivier Pétré-Grenouilleau et dénonce une « nébuleuse repentante » « plus mise en avant que présentée », comme le reconnaîtra ce dernier[19] dans un article du Monde présentant le livre sous un jour flatteur[19].

L'auteur ne cite nommément aucun historien associé à ce qu'il appelle « repentance coloniale » mais accuse cette nébuleuse mise en avant d'absence de recul critique dans la reprise de citations isolées, d'anachronisme, de généralisation abusive, d'absence de comparaison et de censure[20].

Dans un compte rendu de cet ouvrage, Catherine Coquery-Vidrovitch indique que contrairement à ce que laisse pense Daniel Lefeuvre, la notion de « repentance » n’a « été utilisée par aucun historien », et que les critiques de Lefeuvre dirigées contre certains historiens de la colonisation obéissent en réalité à des motivations «essentiellement politiques»[21].

La spécialiste de géographie sociale Sarah Mekdjian considère que le livre, dans lequel elle identifie des «provocations», ainsi que des erreurs dans les propos sur l'islam, est un «pamphlet politique réactionnaire» plutôt qu'un livre d'histoire[22].

Points de vue dans Le FigaroModifier

Pour l'essayiste Denis Tillinac, dans Le Figaro Magazine : « Triste avenir pour un pays [la France] qui, selon la vulgate, se réduit à avoir été tortionnaire en Algérie, collabo pendant la guerre, colonialiste et exploiteur au XIXe siècle, esclavagiste au XVIIIe siècle. Sous prétexte de devoir de mémoire, la France se voit intimer l'ordre de se haïr et de faire acte de repentance »[23].

Le rédacteur en chef du Figaro Yves Thréard reprend le terme de repentance mais pour dénoncer la responsabilité des politiques comme Jacques Chirac et Christiane Taubira, sans donner beaucoup de précisions.

En Yves Thréard : « Comme tous les ans à la Toussaint, date qui marque le début en 1954 de la guerre d’indépendance, des officiels algériens ont exigé que la France fasse repentance pour la période coloniale. […] Il y en a assez de cette mode de la repentance, de cette haine de soi, née dans les années 1990 et encouragée par Jacques Chirac. Cette tendance nationale à l’autoflagellation a conduit le parlement français à s’ériger en tribunal de l’histoire, et nos responsables politiques, de droite comme de gauche, en redresseurs de torts du passé »[24].

Repentance forcée dans les dictaturesModifier

Dans les pays communistes — notamment en URSS et en Chine —, ceux qui étaient condamnés pour leur opinion politique étaient obligés de faire une repentance publique dans laquelle ils développaient ce dont on les accusait, montrant que ces fautes étaient inexcusables et que leur condamnation était méritée : sabotage, déviationnisme, complot, trahison, trotskisme, jdanovisme, etc.

Au Viêt Nam, dans les camps de prisonniers communistes, en particulier celui où était Georges Boudarel, le programme de rééducation idéologique comportait l'obligation pour les prisonniers français de faire repentance pour les crimes commis par leur pays.

Notes et référencesModifier

  1. Attesté en français depuis le début du XIIe siècle avec le sens de « regret de ses fautes ». Informations lexicographiques et étymologiques de « repentance » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  2. Développé dans la Wikipédia anglophone.
  3. Commission théologique internationale, Mémoire et repentance.
  4. a et b Robert H. Krapohl, Charles H. Lippy, The Evangelicals: A Historical, Thematic, and Biographical Guide, Greenwood Publishing Group, USA, 1999, p. 169.
  5. Gordon T. Smith, Transforming Conversion: Rethinking the Language and Contours of Christian Initiation, Baker Academic, USA, 2010, p. 74-75.
  6. a b c et d Jacques Sémelin, « Les excuses d’État en politique étrangère après des crimes de masse – RAISON PUBLIQUE » (consulté le )
  7. Joëlle Hecker, « Les temps et les modes des politiques réparatrices », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 10 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.3038
  8. « En 2000, la Belgique a demandé pardon aux Rwandais », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  9. « L'Australie présente des excuses historiques aux Aborigènes "humiliés" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Le Japon présente ses excuses au peuple de Corée pour les souffrances infligées », sur RFI, (consulté le )
  11. « Les excuses du président allemand à la Pologne, 80 ans après le début de la Guerre », sur Le HuffPost, (consulté le )
  12. a et b « Autopsie de l'idéologie coloniale » par Philippe-Jean Catinchi dans Le Monde du 23 janvier 2003.
  13. Sommaire détaillé du livre.
  14. a et b « La conférence de Durban : un témoignage » par Patrick Henault, dans Relations internationales 2007 sur cairn.info.
  15. Crimes et réparations. L’Occident face à son passé colonial par Bouda Etemad, Bruxelles, André Versaille, 2008.
  16. Texte final sur un.org.
  17. « Réponse au livre de Catherine Coquery-Vidrovitch : Enjeux politiques de l’histoire coloniale, éditions Agone, Marseille, et Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire, 2009 » par Guy Pervillé, sur son blog.
  18. « Mémoire et histoire, examen critique ou repentance : le débat fait désormais rage » par Jean-Baptiste de Montvalon, Le Monde du 13 décembre 2005.
  19. a et b Tribune d'Olivier Pétré-Grenouilleau le 28 septembre 2006 dans Le Monde.
  20. « Pour en finir avec la repentance coloniale - Le passé colonial revisité », sur herodote.net (consulté le ).
  21. BANCEL Nicolas, BLANCHARD Pascal, « La Fracture coloniale : retour sur une réaction », Mouvements, 2007/3 (n° 51), p. 40-51. DOI : 10.3917/mouv.051.0040. URL : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2007-3-page-40.htm
  22. aggiornamento, « IEP | Aggiornamento hist-geo » (consulté le )
  23. Denis Tillinac, interviewé par Patrice de Méritens, « Bazardez les fausses valeurs de la gauche et… libérez-vous ! », Le Figaro Magazine, semaine du 21 février 2014, p. 46-49.
  24. « Entre la France et l’Algérie, l'éternelle haine », sur blog.lefigaro.fr (consulté le ).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Daniel Lefeuvre, Pour en finir avec la repentance coloniale, 2006
  • (de) Hans Wißmann, Peter Welten, Louis Jacobs u.a., Buße I. Religionsgeschichtlich II. Altes Testament III. Judentum IV. Neues Testament V. Historisch VI. Dogmatisch VII. Ethisch VIII. Kirchliche Buß- und Bettage, Theologische Realenzyklopädie, 7 (1981), pp. 430–496
  • (it) Nico Perrone, Il truglio. Infami, delatori e pentiti nel Regno di Napoli, Palermo, Sellerio, 2000 (ISBN 8-83891-623-3)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier