Ouvrir le menu principal

Rentrez chez vous, les singes !

film sorti en 1967
Rentrez chez vous, les singes !
Titre original Monkeys, Go Home!
Réalisation Andrew McLaglen
Scénario Maurice Tombragel
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 101 min
Sortie 1967

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rentrez chez vous, les singes ! (Monkeys, Go Home!) est un film américain de Andrew McLaglen sorti en 1967.

Sommaire

SynopsisModifier

Hank Dussard est le nouveau propriétaire d'une oliveraie. Il décide d'employer des chimpanzés pour la récolte ce qui provoque la colère des autres travailleurs. Hank parvient à gagner la confiance de la ville avec l'aide du Père Sylvain et de sa voisine Maria Riserau.

Fiche techniqueModifier

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources concordantes suivantes : Leonard Maltin[1] et IMDb[2]

DistributionModifier

Source : Leonard Maltin[3], Dave Smith[4] et IMDb[2]

Sorties cinémaModifier

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[5].

  • États-Unis : 2 février 1967 (première), 8 février 1967
  • Royaume-Uni : 28 mai 1967
  • Finlande :
  • Danemark : 15 mars 1969
  • Suède : 16 mai 1969

Origine et productionModifier

Rentrez chez vous, les singes ! est un film qui tente de poursuivre sur le succès de Tommy Kirk et des singes comme dans Les Mésaventures de Merlin Jones (1964) et sa suite Un neveu studieux (1965) mais avec comme avec en vedette un autre acteur du studio Disney, Dean Jones[1]. Le scénario est basé sur The Monkeys de G. K. Wilkinson[4]. Le réalisateur Andrew McLaglen réalise ici son premier film après des séries pour la télévision et quelques westerns comme Le Grand McLintock (1963) ou Les Prairies de l'honneur (1965)[1]. Le scénario de Maurice Tombragel, à l'œuvre sur Un pilote dans la Lune (1962) a inspiré McLaglen qui a filmé des scènes où de nombreux singes mangent une énorme quantité de bananes, déguisés en fantômes ou brandissant des pancartes[1].

Le film a été tourné dans les studios Disney à Burbank dans la zone nommée Zorro Backlot où avait été tournée à la fin des années 1950 la série télévisée Zorro, rethématisée pour l'occasion[1],[6]. Une oliveraie a été plantée à proximité de l'Animation Building pour le tournage et supprimée plusieurs années plus tard lors d'un agrandissement du studio[4]. Cette zone fut détruite et remplacée en 1997 par le Frank Wells Building.

Pour le rôle du père Sylvain, Walt Disney persuade Maurice Chevalier de sortir de sa retraite cinématographique et l'acteur français accepte[7]. Lors du tournage, la jeune actrice Darlene Carr chantonnait dans le studio et est remarquée par les frères Sherman qui lui proposent d'enregistrer une version de démonstration de la chanson My Own Home de Shanti pour Le Livre de la jungle (1967)[8]. Sa prestation impressionne Walt Disney qui la prend pour le rôle de la jeune fille[8].

Sortie et accueilModifier

Le film sort en salles le 2 février 1967[4]. Vincent Canby du New York Times qui a assisté au film avec un public composé d'enfants écrit que plus il y avait de singes à l'écran plus les jeunes étaient contents[1]. William Pepper du World Journal Tribune écrit lui que « les producteurs et réalisateurs du film sont partis avec l'idée que si un singe à l'écran est mignon alors un quartet de singes devrait l'être quatre fois plus. Ils devaient être convaincus de cela[1]. » Pepper indique qu'en raison du tournage en Californie, il est inutile de s'attendre à voir des décors français, seulement des singes au premier plan[1].

Le film a été diffusé en deux épisodes dans l'émission The Wonderful World of Disney les 15 et 22 novembre 1970 sur NBC[9]. Le film a été édité en vidéo en 1987[4].

AnalyseModifier

Pour Leonard Maltin, le scénario a été conçu « pour faire apparaître le plus de singes possible et tant pis pour l'histoire[1]. » Maltin ajoute que si on n'aime pas les singes autant passer son chemin car même la chanson des frères Sherman chantée par Maurice Chevalier n'est pas mémorable[1].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier