Renée Lebas

chanteuse française

Renée Lebas, née le à Paris 11e et morte le à Paris 16e, est une chanteuse et productrice française.

Renée Lebas
Aankondiging van de bekendmaking van de Koningin van het Huis door de actrice, Bestanddeelnr 254-0163.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Renée Lieben
Nationalité
Activités
Renée Lebas en 1948 (photo studio Harcourt)

BiographieModifier

Née le dans le 11e arrondissement de Paris[1], Renée Lebas (née Lieben) habite dans son enfance le quartier de la Bastille, avec ses parents, Juifs roumains immigrés en France, et sa sœur cadette. À la fin des années 1930, elle se lie d'amitié avec Nathan Korb, futur Francis Lemarque.

Renée Lebas exerce plusieurs métiers, dactylo, danseuse, journaliste, avant de remporter en 1937 un radio-crochet organisé par Radio-Cité. Elle commence comme interprète au cabaret La Conga, rue de la Fontaine et y rencontre Raymond Asso. Elle enregistre son premier disque en 1939 et signe un contrat avec Pathé en .

En , les Allemands sont à Paris. Interdite par l'occupant, elle se rend en zone libre. Elle se produit à Cannes en 1941, accompagnée sur scène par le pianiste Michel Emer qui lui compose et écrit D'l'autre côté de la rue. Paul Misraki lui propose de créer Insensiblement. Toujours en Juin 1940, elle interprète Sur la Route Bleue, paroles et la musique sont du compositeur André Grassi (1911-1972) Elle reprendra cette chanson en 1947.

En , sa sœur cadette et son père sont emportés dans la rafle du Vel' d'hiv', puis sont déportés à Auschwitz[2]. Sur les conseils de Francis Carco, elle décide de se réfugier en Suisse à Lausanne.

Elle enregistre en 1942 Insensiblement et D'l'autre côté de la rue qu'elle interprète sur les ondes de la Radio suisse romande en pensant à la situation en France. En 1943, elle enregistre : 14 juillet du célèbre antinazi Gilles (Jean Villard) et la chanson Exil écrite par François Reichenbach qui est lui aussi exilé en Suisse.

À la Libération, elle revient en France. Elle est la première à enregistrer un disque dans des studios parisiens. Elle décide de se produire sur scène : à l'ABC et au théâtre de l'Étoile en 1946. On la retrouve ensuite à L'Européen, à l'Alhambra et à Bobino.

Elle s'entoure d'auteurs et de musiciens d'exception, notamment Norbert Glanzberg et Wal-Berg. Emil Stern lui compose en 1946 Où es-tu mon amour ? sur des paroles d'Eddy Marnay. En 1956, ce même duo écrit pour elle La Fontaine endormie ayant pour thème la Shoah, théme qu'elle est la première à évoquer en chanson[3].

Elle crée La Mer de Charles Trenet[4],[5]. De Léo Ferré, encore inconnu en 1948, elle enregistre Elle tourne… la Terre. Elle chante Charles Aznavour, Jacques Brel, Francis Carco, Francis Lemarque, Boris Vian. Elle enregistre Trois fois merci sans succès, alors que Jacqueline François en fait un tube peu après. Elle donne son dernier concert en 1963 et décide de se consacrer à la production de chanteurs et musiciens, notamment Régine, Serge Lama, Tereza Kesovija et Maurice Vander (sous le nom de Steve Anderson, accompagné de Pierre Michelot et Kenny Clarke).

Dans les années 1960, elle crée la société de production et de distribution de films Cap Films. Cette société distribue notamment en France les séries télévisées Super Bug et Les Bubblies. L'acteur Pierre Brice sera un temps son associé pour des coproductions avec l'Allemagne.

Elle meurt le , à l'hôpital Michel-Ange, dans le 16e arrondissement de Paris[6], et elle est inhumée le au cimetière du Montparnasse (30e division)[7].

DiscographieModifier

Chansons emblématiquesModifier

  • 1940 : L'Accordéoniste
  • 1942 : D'l'autre côté de la rue
  • 1942 : Insensiblement
  • 1942 : Je suis seule ce soir
  • 1943 : Exil
  • 1943 : 14 juillet
  • 1943 : Un petit bouquet de violettes
  • 1946 : La Mer
  • 1946 : Où es-tu mon amour ?
  • 1946 : Ils ont foutu ça dans le journal
  • 1948 : Elle tourne… la Terre
  • 1949 : L'Île Saint-Louis
  • 1951 : Si tu partais pour la guerre paroles de René Paul-Dil (pseudonyme de René David)
  • 1951 : Les Serments d'amour paroles de René Paul-Dil
  • 1952 : Paris canaille
  • 1952 : Tire l'aiguille
  • 1955 : La Valse des lilas
  • 1955 : Moi mon Paris
  • 1955 : Sans blague
  • 1956 : La Complainte de la Butte
  • 1956 : La Fontaine endormie
  • 1956 : Mon ami réveille-toi
  • 1957 : La Marie-Vison
  • 1957 : Mets deux thunes dans l'bastringue

Notes et référencesModifier

  1. Mairie de Paris 11e, Acte de naissance no 964 avec mention marginale du décès, sur Archives de Paris, (consulté le 23 mai 2020), vue 24.
  2. Véronique Mortaigne, « Renée Lebas », sur Le Monde, Paris, (consulté le 23 mai 2020).
  3. Claire Zalamansky et Séverine Cassar, « Femmes artistes : épisode 4 – Renée Lebas, la chanson française qui vient de loin », sur France Culture, (consulté le 22 mai 2020).
  4. « Hommage de la Sacem - Renée Lebas »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) : Charles Trenet lui donne le titre de « La mère de la Mer ». Seule une archive de la radio suisse garde une trace de cette interprétation jamais gravée en 78 tours.
  5. Renée Lebas, 30 avril 2006, France Musique
  6. Décès de Renée Lebas, interprète de « Tire, tire l'aiguille » et « Paris Canaille », AFP sur Lematin.ch, 18 décembre 2009
  7. Philippe Landru, « Lebas Renée (Renée Leiba : 1917-2009) », sur Cimetières de France et d'ailleurs, (consulté le 23 mai 2020).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :