Ouvrir le menu principal

René Lochu

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lochu.

René Lochu
Naissance
Vannes (Morbihan, France)
Décès (à 89 ans)
Vannes (Morbihan, France)
Origine Français
Type de militance activisme
Cause défendue libertaire
antimilitarisme
syndicalisme

René Lochu, né le à Vannes (Morbihan) et mort dans la même ville le , est un ouvrier tailleur, militant syndicaliste et anarchiste[1].

En 1968, il rencontre Léo Ferré et lui inspire la chanson Les Étrangers éditée sur l'album L'Espoir en 1974.

BiographieModifier

Fils d'un maréchal-ferrant et d'une cantinière, né dans une caserne, il devient ouvrier tailleur dans la confection après l'obtention de son certificat d'études primaires.

En 1918, il est mobilisé et affecté dans la Marine. Il prend part en avril 1919, en Mer Noire, à l'évacuation d'Odessa, puis au convoyage des troupes contre-révolutionnaires du général tsariste Anton Dénikine. C'est l'époque des mutineries de la mer Noire.

Démobilisé en janvier 1921, il reprend son métier de tailleur qu'il exerce à l'Arsenal de Brest.

En 1923, c'est à la Maison du Peuple de Brest qu'il rencontre le groupe anarchiste local et commence à militer, en 1924, au syndicat CGT de l'habillement.

Trésorier du Comité de défense sociale de Brest, il participe à la campagne internationale de soutien à Sacco et Vanzetti et aide des libertaires italiens fuyant le fascisme.

En 1927, il rencontre Nestor Makhno de passage en Bretagne.

Au début des années 1930, il est membre de la Ligue internationale des combattants de la paix[2].

En août 1936, il participe au Comité pour l'Espagne libre de la Solidarité internationale antifasciste créée par Louis Lecoin pour soutenir la révolution espagnole puis aider les réfugiés républicains[3].

En 1939, il diffuse le tract de Louis Lecoin « Paix immédiate », ce qui lui vaut une perquisition policière.

Pendant l'occupation allemande, il remarque que « tout militant ayant exercé une certaine activité à la Maison du Peuple avait tout à craindre. De temps à autre nous apprenions l'arrestation d'un ou plusieurs copains. Lorsque, tôt le matin, j'entendais dans l'escalier des pas inconnus, je pensais : Gestapo ! »[4]

Il est contraint de fuir les bombardements intensifs sur Brest pour Lorient puis Vannes où il reprend ses activités militantes à partir de 1944.

Rencontre avec Léo FerréModifier

Fin avril 1968, il organise en Bretagne, une mini-tournée de Léo Ferré[5]. Marqué par la gentillesse et la générosité de Lochu, cette rencontre inspire à Ferré la chanson Les Étrangers (L'Espoir, 1974) marquée par la solitude et l'amitié. À travers la figure de Lochu, à la fois réelle et symbolique, Ferré rend hommage au don de soi, qui permet parfois de tisser un lien éphémère entre des hommes « étrangers » les uns aux autres[6].

ŒuvresModifier

PostéritéModifier

Un groupe libertaire René Lochu, membre de la Fédération anarchiste, est actif à Vannes en 2015[7],[8].

BibliographieModifier

NoticesModifier

IconographieModifier

AudiovisuelModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Olivier Dumoulin, Françoise Thelamon, Autour des morts : mémoire et identité, Actes du Ve colloque international sur la sociabilité, Rouen, 19-21 novembre 1998, Université de Rouen, 2001, page 430.
  2. Nicolas Offenstadt, Le pacifisme extrême à la conquête des masses : la Ligue Internationale des Combattants de la Paix (1931-1939) et la propagande, Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1993, no 30, page 36, DOI:10.3406/mat.1993.404090.
  3. Jean Sagnes, Sylvie Caucanas (éd.), Les Français et la guerre d'Espagne, actes du colloque tenu à Perpignan les 28, 29, et 30 septembre 1989, Centre de recherche sur les problèmes de la frontière, Université de Perpignan, 1990, page 80.
  4. Michel Sahuc, Un Regard noir : La mouvance anarchiste française au seuil de la Seconde Guerre mondiale et sous l'occupation nazie (1936-1945), Éditions du Monde Libertaire, 2008, page 75.
  5. Dominique Lacout, Léo Ferré, Éditions Sévigny, 1991, page 44.
  6. Émission Avec le temps, de Louis-Jean Calvet et Marc Legras, France Culture, 1er janvier 1988.
  7. Groupe libertaire Lochu. Un hommage à Clément Méric samedi au port, Le Télégramme, 3 juin 2015, lire en ligne.
  8. Isabelle Johancik, Clément Méric est mort, ils clament la tolérance, Ouest-France, 6 juin 2015, lire en ligne.