René Haas

militaire français

René Haas
René Haas
Lieutenant René Haas

Naissance
Paris 10e
Décès (à 59 ans)
Paris 17e
Origine Drapeau de la France France
Arme Armée de terre 119e régiment d'infanterie territoriale
Grade Lieutenant
Commandement Sections d'Équipages Canins d'Alaska (SECA)
Conflits Première Guerre mondiale
Faits d'armes Mise en place des SECA
Distinctions Cité à l'ordre du régiment
Autres fonctions Ingénieur et exploitant minier en Alaska

René Haas, (René Robert) (Paris 10e, [1] - Paris 17e, [2]) est un militaire français. Pendant la Première Guerre mondiale, il participe à la mise sur pied les Sections d'équipages canins d'Alaska (SECA) sur le front des Vosges.

BiographieModifier

Début de carrièreModifier

René Haas est né à Paris le . Il est célibataire. Il est bachelier et possède un diplôme d'ingénieur. Il parle couramment quatre langues. C'est un militaire au 119e régiment d'infanterie territoriale.

 
Ville de Nome

Il travaille à Nome en Alaska et gère une exploitation minière pour le compte de Louis Moufflet[3].

Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, en , il revient en France.

Genèse des SECAModifier

Pendant l'hiver 1914, les ravitaillements sur le front des Vosges sont considérablement perturbés par la neige. Les chevaux et les mulets ne sont pas adaptés pour des transports dans ces conditions. Le capitaine Moufflet, ayant séjourné au Canada, imagine une section de chiens de traîneau pour pallier ce problème.

 
René Haas et les traîneaux, en Alaska

Le capitaine Moufflet et le lieutenant Haas déploieront avec succès à partir de des équipages de chiens de traîneau sur le front des Vosges en soutien logistique et approvisionnement des postes avancés[4],[5].

En , le Général Maud'huy commandant la 7e armée approuve le projet.

Officialisée le par Alexandre Millerand, alors Ministre de la guerre, une mission, classée « secret » et « très urgent », est confiée à Louis Moufflet : acheter 400 chiens et le matériel nécessaires aux SECA, en Amérique.

Dès réception de l'ordre officiel, le lieutenant Haas envoie un message à Scotty Allan, son ami.

Mission en AmériqueModifier

 
Scotty Allan

Le capitaine Moufflet se charge de la recherche des chiens de meute dans la région de Québec. Le lieutenant Haas est chargé de trouver les chiens de tête en Alaska. Aidé par Allan Alexander Allan dit Scotty Allan, musher qu'il a connu lors de son séjour de chercheur d'or en Alaska, il rassemble 104 chiens et deux tonnes de saumon séché. Quittant l'Alaska, territoire américain alors pays neutre et pour partie germanophile, le convoi traverse le Canada en train et arrive à Montréal où ils retrouvent le capitaine Moufflet, qui a quant à lui réuni 336 chiens d'attelage. La meute est constituée et regroupe 440 chiens.

 
Le Pomeranian

Ils quittent Montréal le à cinq heures du matin, embarquant à bord du dernier bateau quittant l'estuaire du Saint-Laurent avant qu'il ne soit pris par les glaces de l'hiver, le Pomeranian, affrété par la compagnie Allan Line. La traversée se déroule dans les tempêtes des hauts latitudes pour éviter les attaques des sous-marins allemands. Quatre chiens sont morts écrasés durant les tempêtes.

Arrivée en FranceModifier

Le vaisseau arrive au Havre le , avec ses 436 chiens, 70 traîneaux et de 440 harnachements. Ils sont acheminés vers les Vosges[3],[5],[6],[7],[8],[9].

Deux Sections d'équipages de chiens d'Alaska (dites SECA) sont créées :

Missions des SECAModifier

 
Un attelage des SÉCA

Les sections ont effectué des missions de ravitaillement, d'appuis logistiques mais aussi d'évacuations des blessés. Ils seront des auxiliaires irremplaçables sur le front vosgien jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale.

Le , les équipages canins furent rattachés à la 50e compagnie du 19e escadron du train des équipages militaires[4].

DistinctionsModifier

Citation à l'ordre du régiment.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Astouin (colonel) et Izard (chef d'escadron), Le Train des équipages et le service automobile pendant la grande guerre 1914-1918, éditions de l'ANACT (Association nationale des anciens combattants du train),  
  • Dominique Cellura, Les Voyageurs du froid : Chiens de traîneaux, Hoëbeke, (ISBN 978-2842300470)  
  • Daniel Duhand, La véritable histoire des poilus d’Alaska, autoédition,  
  • Paul Mégnin (préf. général de Maud'huy), Les Chiens de France, soldats de la Grande Guerre, Albin Michel,  
  • Deux bandes dessinées éditées chez Casterman titrées : "Les Poilus d'Alaska".

VidéographieModifier

  • [vidéo] Nom de code : Poilus d'Alaska, de Marc Jampolsky, de Bonne Pioche Productions et Ideacom, 2012 [présentation en ligne] ; pour Arte et Radio Canada  
  • [vidéo] La guerre de montagne (front des Vosges) : L'entraînement des chiens de traîneaux, de ECPAD, de la Section Cinématographique de l’Armée, coll. « 14.18 A 305 », 1916 [présentation en ligne]

Liens externesModifier