Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guilbaud.
René Guilbaud
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 37 ans)
MerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Pilote, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinctions

René Cyprien Guilbaud, né le à Mouchamps (Vendée) et mort le en mer de Barents, est un officier de marine et aviateur français disparu dans une tentative de recherche du ballon dirigeable Italia.

Sommaire

BiographieModifier

Il est le fils d'un pharmacien de 1re classe qui décédera en 1902. Élève boursier, il suit des études au lycée de la Roche-sur-Yon puis à celui de Nantes avant d'intégrer l'École navale de Brest en 1909. Il est nommé aspirant en octobre 1911. D'octobre 1912 à novembre 1916 il est enseigne de vaisseau dans la Marine nationale à bord du cuirassé République.

Puis il passe dans l’aviation maritime et obtient son brevet de pilote, à l'école d'aviation militaire de Chartres (future base aérienne 122 Chartres-Champhol). Il est affecté aux patrouilles aériennes de Gascogne, basées à La Pallice. Il est promu lieutenant de vaisseau en janvier 1919. En 1923, il sert à bord du Patrie.

En 1926, il tente une liaison France-Madagascar en hydravion CAMS 37 GR (Grand Raid). Il a pour co-pilote le premier maître Georges Bougault, et est accompagné du lieutenant de vaisseau Marc Bernard qui pilote le Lioré et Olivier LeO H-194. Son avion tombe en panne en cours de route, mais il parvient à rentrer en France après réparations en parcourant 22 000 km, effectués en 38 étapes et 240 heures de vol. Promu capitaine de corvette en février 1927, René Guilbaud devient la même année officier d'ordonnance du ministre de la Marine Georges Leygues. En 1928, il prépare un raid transatlantique sur New-York.

Le , René Guilbaud est appelé à participer aux côtés de Roald Amundsen aux recherches de l'équipage du ballon dirigeable Italia d'Umberto Nobile. Il quitte 4 jours plus tard les côtes de Norvège aux commandes de l'hydravion prototype Latham 47 en compagnie de 3 équipiers français, d'Amundsen et d'un autre norvégien. On perdra la trace de l'aéronef, jusqu'à ce que, quelques mois plus tard, on en trouve des débris et ceux d'un radeau de fortune en mer de Barents. L'équipage ne fut jamais retrouvé. Le capitaine de corvette René Guilbaud fut promu capitaine de frégate à titre posthume.

DistinctionsModifier

HommagesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier