René-Antoine Houasse

peintre français
René-Antoine Houasse
François Jouvenet - Portrait de René-Antoine Houasse.jpg
François Jouvenet, Portrait de René-Antoine Houasse
(vers 1699), musée de Grenoble.
Fonction
Directeur
Académie de France à Rome
-
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Peintre, décorateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Nicolas Houasse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Membre de
Genre artistique
Œuvres principales
Antoine et Cléopâtre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

René-Antoine Houasse est un peintre français né vers 1645 et mort à Paris le [1].

BiographieModifier

Repéré, après son apprentissage chez Nicolas de Plattemontagne, par Charles Le Brun, dont il devint l'élève, et sous la direction de qui il travailla à la manufacture des Gobelins, René-Antoine Houasse participa avec lui à la décoration du château de Versailles.

Ce fut l’un des plus proches collaborateurs de Le Brun, qui l’employa, à partir de 1670, aux Tuileries et surtout à Versailles, où il joua un rôle important dans la décoration du grand appartement  : il travailla d’abord dans l’actuel salon de Mars, puis, vers 1680, au salon de Vénus et à celui de l’Abondance. À partir de 1688, il peint pour le Grand Trianon une série de tableaux mythologiques. On lui doit aussi un portrait équestre de Louis XIV qui est l’une des plus belles effigies du souverain et qui fut reproduit une dizaine de fois, en grand et petit format[2]. Son style, d’inspiration néo-classique, vaut surtout par le raffinement d’un coloris gris-bleu particulier[3].

Il est agréé à l'Académie royale de peinture le et est reçu le .

Il fut directeur de l'Académie de France à Rome de 1699 à 1704, et compta notamment Henri de Favanne parmi ses élèves.

Il épouse le Marie Le Bé, une parente de Charles Le Brun[4]. Il est le père de Michel-Ange Houasse (1680-1730), peintre de scènes de genre.

FamilleModifier

  • René-Antoine Houasse s'est marié le avec Marie Le Blé, cousine de Charles Le Brun. De cette union sont nés :

ŒuvresModifier

Notes et référencesModifier

  1. Henry Herluison, Actes d'état-civil d'artistes françcais, peintres, graveurs, architectes…, Paris, J. Baur, 1873, p. 181 (lire en ligne (vue 188)).
  2. Grands formats à Versailles, Arras, Besançon, Perpignan, Vaux-le Vicomte, Lisbonne... Petits formats à Troyes, Chantilly, Dijon, dans la collection Lastic au château de Parentignat...
  3. « Portrait équestre d'apparat de Louis XIV, atelier de Réné-Antoine Houasse, vers 1680 », sur AnticStore (consulté le )
  4. « Charles Lebrun », Revue de l'art français ancien et moderne, 1889, p. 261 (lire en ligne)
  5. Eugène Piot, Nicolas Coustou, p. 180, Le cabinet de l'amateur: années 1861 et 1862, Librairie Firmin Didot frères, Paris, 1863 (lire en ligne)
  6. a et b Renaissance du Musée de Brest, acquisitions récentes : [exposition], musée du Louvre, Aile de Flore, Département des Peintures, 25 octobre 1974-27 janvier 1975, Paris, , 80 p..
  7. https://webmuseo.com/ws/musees-narbonne/app/collection/record/240

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Édith Dauxerre, Recherches sur le peintre René-Antoine Houasse, Université de Paris IV Sorbonne, 1987, 143 p. — Mémoire de maîtrise.
  • Marquis de Granges de Surgères, Artistes français des XVIIe et XVIIIe siècles (1681-1787), Paris, Chavaray frères éditeurs, 1893, p. 105-107 (lire en ligne).

Liens externesModifier