Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Reliques de la Grotte du Lait

Grotte du Lait: « Et tout d'un coup la caverne fut remplie d'une clarté si vive que l'œil ne pouvait la contempler, et quand cette lumière se fut peu à peu dissipée, l'on vit l'enfant. Sa mère Marie lui donnait le sein. » (Protévangile de Jacques)

Les reliques de la grotte du Lait de la Vierge, dites autrefois « reliques du saint Laict[1] », abrégé de « reliques de la Grotte du Lait » (ex crypta B.M.V. lactis dicta, de lapide super quem sparsit Virgo Maria lac suum), furent importées durant des siècles dans toute l'Europe. Par leurs propriétés, elles correspondaient un peu à l'eau de la Grotte de Lourdes de nos jours, un « souvenir » ramené d'un lieu saint, aux vertus réputées curatives, d'une grotte autrefois universellement vénérée, avant celle de Lourdes. Un texte de Laurentius Surius témoigne de l'ancienneté de cette coutume concernant la grotte du lait, où venaient prier des femmes de toute confession, juives, musulmanes et chrétiennes,  d'envoyer dans toute l'Europe des tablettes et des petits pains de cette craie, terre blanche et friable, pour guérir les malades, de même qu'on les rapportait en tant que souvenir, curiosité, ou objet de dévotion.

«  Il ne faut donc point  s' émerveiller,   que les pèlerins  de ce temps distribuent avec grande révérence des pierrettes et pièces de terre qu'ils  apportent des Saints Lieux de la Palestine,  comme témoignent saint Augustin et saint   Grégoire, évêque de Tours, disant qu'en   mêlant ces pierrettes ou terre avec de   l'eau, on en soulait  faire des tablettes, qu'on  portait et envoyait par tout le monde pour  la guérison des malades.  »

— Laurentius Surius

Les reliques de la grotte du lait jadis vendues sous le nom de « lait de la Vierge » ne doivent pas être confondue avec le « lait de la Vierge », une substance blanche et laiteuse utilisée par les alchimistes voici des siècles. (homonymie)

Sommaire

Récits de pèlerinsModifier

Voici plusieurs siècles tout le monde ne pouvait aller en Terre Sainte, mais on connaissait des lieux par les récits de pèlerins et de voyageurs : le premier récit qui nous soit parvenu de la visite de la Grotte du Lait est celui de Philippe de Busseriis au XIIIe siècle. Le récit de François Quaresmius, gardien des lieux saints, est le plus connu, enfin on possède aussi celui de Marcel Ladoire, frère mineur de passage en Terre Sainte, ainsi que celui de très nombreux autres franciscains et pèlerins.

Vertu de cette grotteModifier

 
Grotte du Lait

La légendeModifier

La légende rapporte que la roche de la grotte a contracté cette vertu, depuis que la Vierge Marie, s'y étant un jour retirée, donna le sein à l'Enfant Jésus, et laissa tomber quelques gouttes de son lait sur une anfractuosité de la grotte : une source en aurait aussitôt jaillit, et la roche serait immédiatement devenue tendre et blanche comme une masse de lait, et la grotte serait alors devenue entièrement blanche : les gouttes de lait de la Vierge Marie se seraient mélangées à la poussière du sol. Depuis lors la terre calcaire blanche de la Grotte du lait s'appela « lait de la Vierge ». Les reliques du saint lait étaient donc des morceaux de pierre de la grotte du lait appelée par extrapolation « reliques du saint lait de la Vierge ».

« 
 
Ancienne image de la chapelle franciscaine de la Grotte du Lait (1872)
Non loin de l'église de la Bienheureuse Vierge Marie se trouve l'église Saint-Paule, noble dame romaine qui fit pénitence avec sa fille Eustochium, vierge consacrée et religieuse. Sous cette église se trouve une crypte et une chapelle. On raconte que la Vierge Marie quelquefois y demeura avec son fils unique Jésus-Christ Notre-Seigneur, et on raconte que la Madone laissa tomber de ses mamelles, en les pressant, un peu de lait sur la terre, et à cause de cela la terre devint si blanche, que l'on pouvait la prendre pour du lait. On raconte aussi que pour ce motif une femme ayant similairement perdu son lait, mit un peu de terre sur un peu d'eau, et la but, et immédiatement retrouva son lait. »

— Fr. Philippe de Busseris, OFM , Carnet de route (Liber Peregrinationum) (1285-1291)

[2]

«  On dit que tandis qu'on massacrait ces petits enfants, vous vous cachâtes en une grotte trois jours et trois nuits, lorsque vous eûtes une si grande abondance de lait en vos sacrées mamelles, que vous en répandîtes en cette grotte: à cause duquel la terre d'icelle porte médecine voire plus qu'une « terra sigillata », de sorte que si les nourrices, voire les brebis et autres animaux qui n'ont plus de lait, prennent de cette terre détrempée en eau, le lait leur vient en abondance. c'est pourquoi les Maures et les Turcs en portent vendre en Perse et en Éthiopie, lesquels sachant toutefois d'où vient cette vertu, ils l'attribuent au naturel du terroir.  »

— F.J. Benedicti, La somme des péchés et le remède d'iceux, 1587

La roche calcaireModifier

La roche de cette grotte est très friable, une craie blanche (tuf) qu'on réduisait en poudre : on en faisait de petits pains qu'on envoyait dans tout le pays. Cette roche, serait du lait de lune ou de microcristaux, composée de minéraux, principalement de carbonates, tels que le soufre, le calcium, la silice, le carbone, la craie et qui, au contact avec de l'eau, forme une substance épaisse et crémeuse blanche ou sèche, une poudre blanche de poussière calcaire. Un phénomène tout à fait naturel, dans certaines conditions géologiques, en la présence de cours d'eau souterrains, créa çà et là un peu partout, de véritables « rivières de lait », de l'Italie à l'Espagne au Canada et, plus précisément au Moyen-Orient, ce qui pourrait expliquer les nombreuses reliques du Saint Lait dispersées dans toute l'Europe par les anciens combattants de retour des Croisades. En plus de cette craie, on recueillait dans des fioles la substance liquide dont les murs de la grotte suintaient durant les temps humides, sous le nom de lait de la Vierge.

Ses vertus curativesModifier

La « terra sigillata » de la grotte du lait fut donc employée pour ses vertus pharmaceutiques sans doute bien avant le Moyen Âge jusqu'au XXe siècle,et aujourd'hui encore sans doute, par exemple comme complément nutritionnel, comprennent des oligo-éléments :potassium, zinc et magnesium[3] . La géophagie ou le fait de manger de la terre pour guérir, est une pratique courante dans le monde arabo-musulman[4]. Berthold Laufer (en) rapporte que Ibn-al-Baytar en décrivit cinq formes dans son traité pharmacologique : la terra sigillata, la terre égyptienne, la terre samienne, la terre de Chios, la terre « cimolite », l' « ampelitis » (Pline, XXXV, 56) ou pharmakitis de Séleucie en Syrie, la terre d'Arménie et la terre de Nishapur. Les Suisses connaissent le lait de lune, près du Lac de Pilate [5] Quaresmius mentionne un miracle [6] après que saint Paul a rejeté une vipère qui l'avait mordu à la main lorsqu'ils firent escale en l'île de Malte ( Actes des Apôtres. XXIX), il n'y avait plus sur l' île, ni serpents, ni animaux venimeux, et la terre de Malte elle-même, serait devenue un contre-poison ; puis remarque-t-il : « Si une telle vertu a été donnée à cette terre à cause de saint Paul, pourquoi refuserions-nous de croire que Dieu, pour honorer la Vierge mère, a communiqué une vertu semblable et encore plus grande de cette grotte, sanctifiée par la présence de Jésus et de Marie »[7] ! F. ; de Mély en 1880 assimile sans hésiter, cette pierre de la grotte du lait, aux pierres blanches réputées favoriser la lactation, ou de guérir les ophtalmies, en étudiant les anciens récits qui en font la description, et qui portaient différents noms selon les pays : Galactite en français, Lait de lune ou Milchstein en allemand, Lechar en espagnol, Zarocar en arabe, Lenelim et 'Azufaraquid en hébreu[8].

Article détaillé : Géophagie.
 
Repas dans une habitation modeste

Cette poudre aurait la vertu de favoriser la lactation, de rendre le lait aux femmes qui l'ont perdu par quelque maladie, ou de l'augmenter à celles qui en ont peu : selon la légende, grâce à la Vierge Marie qui retrouva là son lait. On la donnait à toutes les nourrices qui manquaient de lait et les témoignages de son efficacité étaient innombrables surtout chez les femmes et nourrices infidèles. Comme la poussière de cette roche empêchait les nourrices de perdre leur lait, mélangée la nourriture, ou bien dans la boisson, eau, bouillon ou vin blanc, les femmes et les pèlerins de toute religion et nationalité (grecques, arméniennes, russes, musulmanes, juives ou chrétiennes) venaient chaque jour en emporter un peu après avoir récité une prière dans la grotte, qui était continuellement creusée par les habitants et s'était agrandie au fil du temps.

 
Bethleem, en 1898.

Cette craie ressemblait mystérieusement à du lait coagulé et en certains endroits du monde comme Murcie ou Naples, se liquéfierait mystérieusement comme du vrai lait, les jours de fête. De plus tous les témoignages rapportent principalement, que ses propriétés de rendre de lait aux nourrices étaient réelles, et ces vertus continueraient peut-être dans les paroisses et cathédrales où ces reliques étaient rapportées, et là où on vénérait une statue : En France, à Nantes, la statue de la « Chapelle du Créé-Lait » (aujourd'hui Chapelle Notre-Dame-des-Champs) passait ainsi également pour avoir le pouvoir de favoriser une lactation abondante chez les nourrices et les femmes qui allaitent. On vénérait une fois par semaine solennellement cette relique dans la Chapelle du saint-Lait de Reims.

 
Calcaire blanc de la Grotte du lait à usage pharmaceutique
 
terra sigillata, reliques de la Grotte du lait [9]

C'était une relique royale : tous les pèlerins, en particulier les franciscains, racontaient au retour leur voyage et décrivaient cette grotte « blanche comme la neige » et la merveilleuse propriété de sa roche, liqueur favorisant une abondante lactation à toutes les femmes, turques, arabes, maures, ou chrétiennes. En 1612 au XVIIe siècle William Lithgow visita lui aussi la grotte du Lait, acheta alors pour un pound de cette terre, et en offrit à la reine Anne d'Angleterre avec d'autres reliques[4],[10].

Au XIXe siècle encore, les franciscains distribuaient des tablettes faites de terre de la grotte, moulées dans des petits moules et transformées en terra sigillata, en forme de pastilles de Vichy, demandant aux pèlerins auxquels ils les donnaient de la mélanger à de l'eau et de la boire, homme et femme ensemble et de réciter durant neuf jours le troisième mystère joyeux du rosaire, la Nativité : ces tablettes avec pilules de sainte Colette guérissant la stérilité, faisaient partie de la «pharmacie franciscaine ». Et de nos jours encore cette tradition se perpétue, mais les femmes viennent surtout chercher un bon remède à la stérilité[11]. De nombreuses photos de nourrissons, nés après la consommation de terre de la grotte par leurs parents, après le pèlerinage, ornent désormais ce lieu.

Les reliques de la grotte auraient également été bonnes pour l'ophtalmie.

Ses vertus spirituellesModifier

Voir Symbolisme

Des reliques : authentiques ou fausses?Modifier

C'étaient de « vraies » reliques de la terre de la grotte du lait, lieu de pèlerinage, mais, pas du lait de la Vierge... cependant les récits de miracles en quelques endroits, selon lesquels la relique se liquéfiait le jour des fêtes de la Madone, entretenait la confusion.

Ces reliques étaient, pour les croyants, le signe visible de l'incarnation du Verbe fait chair dans un petit enfant : Dieu venu sur la terre, but, comme tous les nourrissons, le lait de sa Mère, Marie. Les chrétiens découvrirent cette Grotte et ses parois avec le calcaire lors des croisades pour la délivrance des Lieux Saints, comme le montre le « miracle du pèlerin et de l'aubépine », faits prisonniers par les sarrasins, lors de l'acquisition de la Grotte par les franciscains, ou par les voyages et pèlerinages en Terre sainte : Ils rapportèrent alors en Europe, ces sachets de poudre blanche

 
Andrea Pisano : «La Vierge-Mère enfante le Fils saintement ; elle donne le lait à celui qui nourrit le genre humain ; elle soutient sur ses genoux celui qui soutient tout ; elle est vierge, et elle est mère ! Mais qu'est-ce donc qu'elle n'est pas ? » (saint Ephrem).

«  Les gens raclaient la poudre blanche de nitrate des parois et la latérite du sol. Ensuite ils égrugeaient cette dernière, la lavaient et l'exposaient au soleil jusqu'à ce qu'elles devienne blanche. Les croisés et les pèlerins la rapportaient tantôt en poudre dans des fioles, tantôt en tablettes en Europe  »

— Jure Mikuž

[12] .

Innombrables les récits de visite de la Grotte du lait et des mystérieuses reliques qu'on en rapportait :

«  Nous sommes allés à la Grotte du Lait, bien sûr, une caverne où Marie se cacha un certain temps avant la fuite en Égypte. Ses murs étaient noirs avant qu'elle y soit entrée, mais en allaitant l'Enfant, une goutte de son lait tomba sur le sol, et instantanément changea l'obscurité des parois en sa propre teinte neigeuse. Nous avons pris beaucoup de ces petits fragments de pierre avant de partir d'ici, car il est bien connu dans tout l'Orient qu'il suffit à une femme stérile de les toucher de ses lèvres et cette infirmité s'en ira. Nous avons pris beaucoup de spécimens en vue d' apporter du bonheur à bien de nos foyers. »

— Mark Twain, The Innocents Abroad; Or, The New Pilgrim's Progress

ÉtiquettesModifier

L'expression « lait de la Vierge » était le raccourci de « reliques de la grotte du lait de la Vierge » qu'on inscrivait sur les étiquettes : De terra dicta lac[te] Virginis ou encore Ex crypta B.M.V. lactis dicta .

Son commerceModifier

Les Turcs et Arabes en en faisaient grand commerce et en emportaient en Afrique, en Syrie, et en Turquie. On en envoyait dans tous les pays d'Europe, Russie, Portugal, Grèce (Lemnos), Arménie, dans de petits paquets ou sachets avec le sceau de Bethléem qu'on portait parfois sur la poitrine[13].

Article détaillé : Grotte du lait.

Les reliquairesModifier

On trouvait des reliques dans des coffres aux reliques, mélangées à d'autres reliques, du Christ, des saints, qui faisaient l'objet d'un inventaire détaillé les accompagnant, ou séparé : on trouve par exemple au XIe siècle trois inventaires de reliques. Elles étaient sinon, placées et mises en valeur dans des précieux reliquaires.

 
Jeanne d'Évreux, épouse du roi Charles IV le Bel, avait en 1339 offert à l'abbaye de Saint-Denis sa couronne, une châsse contenant un échantillonnage des reliques de la Sainte Chapelle et une statuette reliquaire de la Vierge à l'Enfant. La Vierge tient à la main une fleur de lys d'orfèvrerie et de cristal dans laquelle étaient enfermées les reliques : vêtements, cheveux et lait de la Vierge. (Musée du Louvre [14] )
 
Croix-reliquaire de l'église Saint-Hilaire d'Orval, comportant aux quatre extrémités, des capsules de cristal, pour abriter la relique de la poudre dite « du Lait de la Vierge » venue de la Grotte du lait, et au centre, une épine de la sainte Couronne d'épines du Christ donnée par Saint Louis [15]

Elles étaient conservées dans la chapelle des cathédrales, dite « chapelle du saint Lait », enchâssées dès le XIe siècle dans

  • des reliquaires,
  • des autels (Cîteaux, 1193),
  • des statuettes de la Vierge,
  • des croix-reliquaires, comme la Croix impériale d'Isaac II Ange empereur de Constantinople, au XIIe siècle, qu'il abandonna en prenant la fuite lors de la bataille contre Asen Ier, ou la Croix de l'église Saint-Hilaire d'Orval (Cher)
  • des colombes [16] , des ostensoirs, qui constituaient de véritables œuvres d'art, trésors d'orfèvrerie, faits d'or, d'argent, de cristal, de pierres précieuses (améthyste, diamants), de perles fines, rappelant que Marie et Joseph et l'enfant Jésus, le « roi des juifs » qui venait de naître, avaient alors reçu les présents des rois mages. Reliquaires dont en France on ne retrouve plus que de rares vestiges, tel le reliquaire du Saint-Lait de Sainte-Radegonde-des-Pommiers, découvert dans la paroi de l'église paroissiale [17]. En Belgique, la « croix reliquaire de Robermont », en argent repoussé et gravé, contenait six habitacles ovales, contenant des reliques dont celle du lait de la Vierge, et de sa chemise. En Espagne et en Italie, les reliquaires rivalisaient de splendeur. L'utilisation des pierres précieuses était courante au Moyen Âge et Hildegarde de Bingen leur attribuait de nombreuses vertus.

Emplacement des reliques du LaitModifier

Une évocation des « reliques du lait » est faite par Nicéphore Calliste : l'impératrice Pulchérie au Ve siècle en aurait obtenu pour le Monastère des Hodèges de Constantinople, avec le fuseau de la Vierge et les langes de l'Enfant Jésus[18]

On retrouve ensuite au Moyen Âge ces reliques du lait de la Vierge dans (au moins) soixante-neuf sanctuaires européens[19].

Mais nos reliquaires d'aujourd'hui ne sont pas représentatifs de la réalité : il y avait sans doute d'innombrables petits pains de terre de la grotte du lait dans toute l'Europe, -autant que de pèlerins-, comme les petites bouteilles d'eau de (la grotte de) Lourdes de nos jours.

En AllemagneModifier

  • Cologne, couvent des frères prêcheurs.

En AngleterreModifier

  • La plus ancienne liste de reliques faisant allusion au lait de la Vierge Marie, la « liste de Bath», conservée à Cambridge (Corpus Christi manuscript) , date de la seconde moitié XIe siècle[20].
  • Glastonbury.
  • Walsingham : première mention est faite sous Édouard Ier de la relique du lait de Marie ( « lac beate Mariae »), incluse dans le grand autel[21].
  • Westminster.

En ItalieModifier

 
Reliquaire, Musée de la Collégiale San Lorenzo de Montevarchi

On trouvait aussi des fioles en Italie à Rome dans plusieurs églises, au couvent de Saint-Damien des religieuses clarisses à Assise, à Saint-Nicolas in Carcere, à Sainte Marie in Campitelli, Sainte Marie du Peuple, Saint-Clément-du-Latran, saints Côme et Damien, Saint-Alexis et Saint Chrysogone; à Padoue, à Venise dans la Basilique Saint-Marc, pour les nourrices et à Gênes où elle guérissait les maux de seins, à Sainte Patricia [22] et Saint-Louis des Minimes de Naples (comme le sang de saint Janvier, il devenait liquide les jours de fêtes de la sainte Vierge et mais il restait caillé le reste du temps) et plusieurs autres églises de cette ville, enfin en Sicile à Agira [23], amenée de Palestine par les moines du couvent saint Philippe au XIIe siècle.

La collégiale San Lorenzo de MontevarchiModifier

 
Autour d'une relique du Lait de la Vierge.

Un sanctuaire très connu du Saint Lait (it) était la Collégiale San Lorenzo de Montevarchi (it) en Italie province de Arezzo dans la région Toscane, avec une fraternité du Saint Lait (it) érigée au XIIIe siècle à la suite du don de la relique par Charles frère de saint Louis, et encore aujourd'hui, une procession est organisée le 8 septembre. On peut aussi visiter le Musée de la Collégiale[24]. (article détaillé :Sacro Latte : Saint Lait de Montevarchi (it))

EspagneModifier

 
Musée de la cathédrale de Murcie, « Vierge du lait », retable de Modène
 
L' Arca Santa d'Oviedo, contenant une des plus anciennes reliques du Lait

Selon le témoignage de Mariano de Sicile [25] on trouvait ces reliques à Oviedo et Tolède mais aussi à Murcie, dans la cathédrale: la relique est conservée dans une fiole de verre ornée d'une étoile d'or, et protégée dans un ostensoir en argent et diamants. Le lait reste coagulé toute l'année, jusqu'à ce que le miracle de la liquéfaction se produise, devenant liquide tous les 15 août, durant la fête de l'Assomption[26]. Le musée de la Cathédrale de Palma de Majorque contient un magnifique reliquaire, ampoule de cristal enchâssée dans de l'or, avec deux anges[27].

À Oviedo [28] , on sait que dans son récit de l'ouverture solennelle du coffre aux reliques, l' Arca Santa, qui eut lieu le 13 mars 1075, l'évêque d'Oviedo Pelayo [29] mentionna avec la chasuble d'Ildefonse de Tolède et les autres reliques dont une très ancienne inscription faisait l'inventaire, le lait de la Vierge : « De lacte sancte Marie, de Cruce Domini, de Corona spinea, de lapide Sepulcri ... »[30].

La légende voulait qu'elle date d'un temps très ancien, rapportée de Terre-Sainte aux premiers siècles. À Tolède, les reliques furent également envoyées par le roi Louis IX comme on peut le lire dans cette Lettre au Clergé de Tolède ::

«  Louis par la grâce du Roi de France à nos chers amis en Jésus Christ les chanoines et tout le clergé de l' Église de Tolède, salut et dilection. Ayant le dessein d enrichir votre Église d'un excellent Trésor, en considération de notre très cher ami et vénérable D. Jean Archevêque de Tolède qui nous en a fait de très humbles et de très instantes prières, nous vous envoyons avec plaisir quelques parties considérables des saintes reliques que nous avons eues du Trésor de l 'Empire de Constantinople, tirées de nos sacrés et précieux Sanctuaire; ces reliques sont une partie du bois de la Croix de Notre Seigneur, une épine de sa sainte couronne, un peu de Lait de la sainte Vierge, des morceaux de la robe de pourpre dont le Seigneur fut couvert, du linge dont il se ceignit lorsqu' il lava les pieds de ses Apôtres, du Suaire avec lequel il fut enseveli, et mis dans le Sepulcre, et des langes de son Enfance. Nous prions donc votre charité, et nous vous demandons au nom de Notre Seigneur, que vous receviez et gardiez avec le respect qui est dû ces susdites saintes reliques, nous vous conjurons encore de vouloir bien vous souvenir de nous dans vos messes et dans vos prières. Donné à Étampes au mois de mai de l' année mil deux cent quarante huit.  »

[31]

PortugalModifier

Autrefois précieusement conservées à : Alcacer do Sal, Aviz, Belver, Coimbra, Constantim, Guimarães, Lisbonne [32]

En BelgiqueModifier

 
« Placard de Tongres », inventaire des reliques du trésor de Tongres
Sur le coin gauche inférieur (cliquer pour agrandir), une statuette de la Vierge dont l'inscription mentionne qu'elle contient une relique du lait de la Vierge[33].

En FranceModifier

On trouvait des reliques du précieux lait de la Vierge rapportées de Terre sainte, dans tout le monde chrétien, renfermées dans de précieux reliquaires, conservées dans les trésors, parfois une colombe d'or ou d'argent : dans les cathédrales et les grandes villes, Amiens, Saint-Maurille d'Angers, Arras, Aix-en-Provence, Besançon, Châlons, Chartres, Chelles, Compiègne, Coutances, Dombasle[35], Douai, Entremont [36] , Fécamp, Lille, Laon,

 
Reliques du saint Lait et des cheveux de la Vierge, Bonne-Fierté, Lille.

Le Puy, Loudun, Nantes, Noyon, Orcival, Orléans, Paris, Pouilly-en-Auxois, Reims, Remiremont, Rodez, Rocamadour, Saint-Omer, Sainte-Radegonde-de-Pommiers, Semur en Bourgogne, Sisco [37], Soissons, Tournay, Toulon, Verdun, Viviers [38],[39] : on en trouvait aussi dans les abbayes, comme l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, Avignon chez les Célestins, à Troyes au couvent des Jacobins, conservée dans un cristal tenu par l'Enfant Jésus de la statue de N.D. du Rosaire, aux monastères de Cîteaux, chez les carmes de la Place Maubert à Paris, et bien en d'autres endroits encore.

 
Paris, Sainte-Chapelle, chapelle basse, abside, côté nord
  • Paris : dans la Sainte Chapelle [40] se trouvait une relique du saint Lait, vendue avec la Couronne d'épines et un certain nombre d'autres reliques supposées par Baudouin II de Courtenay empereur de Constantinople, à Louis IX, dont un morceau fut donné en cadeau, par Charles, frère de saint Louis, et amenée en Italie où elle fut accueillie en grande pompe, dans la collégiale de San Lorenzo de Montevarchi[41].
  • Lors de l'ouverture de la châsse de sainte Geneviève de Paris[42], on trouva dans un ensemble de reliques ce qui était peut-être des reliques de la grotte du lait : mais ce n'est pas certain si ce n'est que cet ensemble de reliques pouvait être aussi ancien ou plus encore que le coffre aux reliques de Tolède.
« Ladite caisse contenue avec du coton, sur lequel nous avons trouvé une petite bourse en soie cramoisie, ayant d'un côté un aigle à double tête, et de l'autre deux aigles avec une fleur de lis au milieu, brodés en or; dans la bourse un petit morceau de voile de soie dans lequel est enveloppée une espèce de terre. Dans le cercueil, il s'est trouvé deux petites lanières en peau jaune. Dans une des extrémités, un paquet de toile blanche, attaché avec un lacet de fil, dans ce paquet, vingt-quatre autres petits paquets...Ces vingt-quatre paquets en contenaient beaucoup d'autres plus petits, renfermant de petites parties de terre, qu'il n'est pas possible de décrire  ».
  • Chartres : On vénérait à Chartres une fiole du lait de la Vierge recueilli en Judée pendant qu'elle allaitait l'Enfant Jésus et un autre vase de lait encore plus miraculeux ramassé sur les joues de saint Fulbert.

Cette église conserve une fiole de poussière de la grotte de la Nativité qui aurait contenu du lait de la Vierge Marie[43],[44]

« L'étymologie de ce mot cunault vient, à ce qu'on prétend, de cuna, cunarum, « berceau », parce qu'on y révère la sainte Vierge dans ses couches ; aussi garde-t-on dans cette église une relique précieuse du lait de la Sainte Vierge, dans une petite fiole de cristal de roche ; les nourrices et les mères sèches, qui n'ont point de lait, et celles qui en ont de trop, viennent invoquer la sainte Vierge, pour le leur faire venir ou pour le faire régler ; elles en reçoivent des secours merveilleux. »

[45] Comme à Bethleem, y viennent en pèlerinages les femmes et les nourrices n'ayant pas assez de lait, ou trop de lait.


  • Soulac possède la châsse de Sainte Véronique, qui serait morte à Soulac vers l'an 70, et quelques gouttes du lait de la Vierge rapportées de Terre Sainte. Une des significations du nom de la ville de Soulac est « le lait de la Vierge » (Solum lac en latin).

«  La chapelle de Soulac, érigée par Saint-Martial à la Vierge Marie, reçut son nom de ce que le lait de la Mère de Dieu était la seule relique que Véronique y déposa... véritable. On tient par tradition et selon quelques auteurs, que Sainte Véronique y estant décédée, y avoit laissé du lait de la Très-Sainte-Vierge, et qu'elle avoit coustume de dire que ce précieux trésor lui suffisent pour toute richesse. Sufficit mihi, disaitelle, Solum lac.  »

Chapelle du Saint-Lait de ReimsModifier

 
La Chapelle du saint Lait, autrefois dans la cathédrale de Reims

On trouvait jadis dans la cathédrale Notre-Dame de Reims un autel dit du Saint-Lait : la richesse de l'ornementation de l'autel et de la statue évoquait très mal la pauvreté de la naissance de Jésus mais autrefois en France et en Europe les pierreries décoraient les reliquaires et les évangéliaires. La pauvreté du calcaire contrastait avec la somptuosité de la chapelle.

«  Cette chapelle Saint-Lait (orthographe ancienne : saint Laict), détruite encore par le Chapitre dans le siècle dernier... devait son nom à une relique envoyée, suivant les uns en1155, par le pape Adrien IV, suivant d'autres en 1276, par le pape Adrien V ; c'était une pâte blanche qui passait pour contenir du lait de la Vierge. Elle était renfermée dans une statuette de la Vierge, faite en or en 1278, aux frais de Blanche, comtesse de Champagne. Elle coûta cinq marcs d'or ; la sainte figure portait une couronne enrichie de diamants et de perles. On la déposait dans un élégant coffre d'argent ciselé et doré, et chaque soir on la mettait à l'abri en la reportant dans le trésor. Avant la messe du matin on lui rendait sa place. L'autel du Saint-Lait était en outre décoré d'un tabernacle de cuivre sur lequel reposait une Vierge d'argent ; derrière était une niche aussi en cuivre dont le fond s'ouvrait et renfermait différentes reliques[46]. »

« Cette relique était un paquet renfermant une poudre blanche et fine et le papier qui l'accompagnait étaient écrits ces mots en caractères anciens : Reliques du Saint-Laict de la Très-Sainte Vierge[47] ». D'autres reliques l'accompagnant, comme la « Ceinture de la Vierge », pourraient indiquer comme dans l'histoire de Guillaume, rapportée par Érasme, un lien avec Constantinople.

« Auprès du dict tabernacle, est conservée une grande image[Note 1] de la Vierge, qui se met les jours solennels sur le grand-autel, et qui est portée en processions générales, laquelle est d'argent doré, comme aussi la couronne garnie de pierres et perles, à laquelle y a deux saphirs, et le reste sont des grenats; il y manque cinq perles et quatre pierres au pied; elle tient le petit Jésus dans son bras gauche, qui est d'argent doré, lequel tient une boule d'argent doré, au-dessus de laquelle est une croix de Lorraine[Note 2] ; de même la dite image tient un reliquaire sur sa main droite, dans lequel est du lait de la Vierge[Note 3] ;elle est posée sur un pied de cuivre doré; l'image avec le petit Jésus, le reliquaire et la couronne avec un priant, le tout d'argent doré, pèsent vingt-deux marcs, et le pied de cuivre doré pèse trente marcs. Elle a été donnée par Guillaume de Esternay, chanoine de Reims, comme il se voit par un écriteau qui est sur une lame d'argent émaillée, attachée au pied de la dite image, portant ces mots : Guillelmnes de Estanaye, canonicus Remensis quondàm prœpositus Laudunensis, dedit istam imaginem ecclesiæ Remensi. Orate pro eo.
Au-devant de la dicte Vierge est une croix d'or remplie de plusieurs diaments faux, donnée par M. Bailly, chanoine, en l'année 1617. Et le jaseret, ou chaine d'argent doré, pour la suspendre, a été fait aux dépens de la fabrique.
Monsieur Nicolas Colbert, chantre et chanoine de la dicte église et abbé de Saint Sauveur, a donné une rose de diaments, qui est attachée au devant de la dite image; elle est d'or, enrichie d'un gros saphir par le milieu, d'un gros diament et de plusieurs autres saphirs, rubis et diamants.
Au tabernacle, proche des dessus dits, se met l'image du saint Lait après que la grande messe est dite, laquelle, depuis la messe du jour iusqu'à la dite heure, est dans la chapelle du saint Lait[Note 4], à la garde du clerc d'icelle. En l'année 1278, Blanche[Note 5], comtesse de Champagne et de Troyes, donna cinq marcs d'or pour faire la dicte image de Nostre-Dame, dans laquelle est enchâssé le saint Lait de la Vierge, envoyé à l'église de Reims par le pape Adrien cinquième, élu pape en 1276, iadis cardinal Ottobon, neveu d'Innocent 4e, dernier chancelier de l'église de Reims, puis archidiacre et chanoine d'icelle. La dicte image est d'or, comme aussy la couronne, enrichie de plusieurs petits diaments et perles; le pied est d'argent doré, et le tout pèse huit marcs; elle se met dans une custode[Note 6] couverte d'argent doré. Dans la dite image, outre le saint Lait, il y a aussi de la robe de la sainte Vierge, du suaire et sandale de Notre-Seigneur; ladite image faite de neuf[Note 7], et les dites reliques remises dans icelle, le 10 février 1653, par ordre du Chapitre.
 »

— (fr1835) Prosper Tarbé, Trésors des eglises de Reims, 1843, chapitre VIII: Inventaire du trésor de Notre-Dame de Reims, fait en 1669, pp.50-51[48]

Témoignages historiquesModifier

Au Moyen ÂgeModifier

  • Guibert de Nogent, parlant du lait de la Vierge, conservé, de son temps, en l'église de Laon, dans une colombe de cristal, ne croyait pas qu'il pût être naturel et son argumentation ne manque point de vigueur il y fait allusion dans un traité intitulé De Pignoribus sanctorum (1124) [50] (On a retrouvé dans la cathédrale, un coffre à reliques avec une fiole, mais on ignore si elle contenait ce fameux lait de la Vierge rendu célèbre par Guibert de Nogent.)
  • Fulbert de Chartres fut guéri par le lait de la Très-Sainte Vierge, dont il s'était montré le fidèle disciple[51]. Cependant cette célèbre légende n'a rien à voir avec les reliques de la Grotte du lait, tout comme la lactatio de Saint Bernard. Au Moyen Âge, le lait de la Vierge était mentionné, durant l'élévation de la messe chaque jour.
 
Reliquaire du Saint Lait, Massimiliano Soldani-Benzi.
  • Les chrétiens s'en servirent au Moyen Âge pour se donner du courage au combat : « On arrête le jour du combat. Les chrétiens s'avancent au nombre de trois » mille au plus, tant cavaliers que piétons. Les princes marchent » à leur tête. Le patriarche portait la croix du Christ pour étendard ; Ponce, qui avait été abbé de Cluny, tenait la lance qui perça le flanc du Seigneur. L'évêque de Bethléem avait en main un vase où était renfermé du lait de la Sainte-Vierge : Episcopus Bethleemi in pixide « lac Sanctœ Mariœ Virginis ».
  • Cette croyance populaire de la guérison des femmes n'ayant pas de lait est mentionnée la première fois par Perdicas d'Ephèse en 1250 et c'est à partir de ce moment-là que les reliques du saint-lait de la Vierge connurent une très grande diffusion[49].

« Le pèlerin, l'aubépine, et le lait de Notre-Dame »Modifier

Une ancienne légende [53], sur le lait de la Vierge rendant le lait aux nourrices date du VIIe siècle du temps de Clovis II et montre que ces reliques existaient bien avant le Moyen Âge:

 
Fleur d'aubépine

«  Un pèlerin, allant visiter les saints lieux de la Judée, où le mystère de notre rédemption a été consommé, fut, en l'an 614, fait captif par un sarrasin, lequel, après 14 ou 15 ans de service, lui rendit la liberté, et, pour récompense, lui donna, quoique avec regret, une fiole de cristal, dans laquelle il assure qu'il y avait du lait de la Vierge, mère de son Dieu. Ce pèlerin, extrêmement joyeux d'un si rare présent, repassa la mer, et traversant la France, fatigué du chemin, s'endormit sur le bord d'une fontaine dans la forêt d'Évron, ayant pendu son sac dans lequel était la fiole à la branche d'une aubépine. À son réveil, il fut surpris de voir ce petit arbre grossi et haussé: il appelle un bûcheron pour l'abattre, mais inutilement, la cognée semblait retourner vers lui. Étant dans ce triste état, il apprit que le pieux Hardouin, 12e évêque du Mans, faisait la visite de son diocèse ; il va le trouver et lui conte son aventure. Ce prélat s'étant transporté sur le lieu et ayant dévotement imploré le secours du ciel, l'aubépine où était suspendu ce lait virginal reprit miraculeusement sa première forme, si bien qu'il reçut, avec vénération, cette fiole sacrée. L'évêque, par révélation divine, fit bâtir une église au même endroit, la dota de bons revenus, la dédia à la Vierge Marie, sub patronata bratae dei partane anno DCXXX et l'ayant érigée abbaye, Hardouin y établit des moines de l'ordre de St Benoît, pour vaquer à l'oraison et à la célébration du service divin. Cette église d'Évron fut ensuite visitée par un peuple nombreux, à cause des grands miracles que la main de Dieu y opérait en faveur de sa sainte mère. Ce sacré lait y a toujours été depuis révéré, par les merveilles spéciales que les femmes nourrices reçoivent en invoquant le nom et le secours de cette mère de Miséricorde.  »

HymnesModifier

À Évron on chantait :

« Lac gloriosœ Virginis,
Lac immensae dulcedinis,
Lac sanctum honoretur.

Lactis quo fuit alitus
Deus noster humanitus
Laus sancta frequentetur.
 »

« Honneur au lait de la glorieuse Vierge,
à ce lait saint et d'une douceur immense.
Qu'on redise souvent les louanges de ce lait
dont fut nourri notre Dieu dans son humanité[54]. »

À Paris en antienne des vêpres (Missel manuscrit de l'église Saint-Gervais) <left>

« Lac gloriosœ Virginis,
Lac immensae dulcedinis,
Lac sanctum honoretur.

necnon et pepli portio
Ut sit Mater cum Filio
Lux presens dedicetur
 »

BibliographieModifier

   : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  •   Pascal-Raphaël Ambrogi, Pascal Letourneau, Dictionnaire encyclopédique de Marie, Desclée de Brouwer, Artege Éditions, 2015, 1480 pages, (ISBN 2220076059), 9782220076058
  •  Xavier Barbier de Montault, auteur d'un inventaire des lieux conservant des reliques du Lait de la Vierge, Revue de l'Art Chrétien. [lire en ligne]
  •   Ministère de la Culture, Association C.O.R.D.A.E./La Talvera, « Espaces thérapeutiques, saints guérisseurs et autres intercesseurs » : inventaire des légendes françaises de la lactation : "Les « Notre-Dame de Bon Lait » : dévotions, rituels et antécédents préchrétiens, spécialement en Bretagne" , (pages 139-155) [lire en ligne]
  •   Jure Miku, Le sang et le lait dans l'imaginaire médiéval, Opera Instituti Artis Historiae , Založba ZRC, 1 sept. 2013

[lire en ligne]


Sur la légendeModifier

  •   Joseph-Épiphane Darras (en), La légende de Notre-Dame: histoire de la Sainte Vierge. [lire en ligne]
  •  [lire en ligne] André Jean Marie Hamon, Notre-Dame de France : Evron, page 316.
  •  [lire en ligne] Abbé Mezuret, Notre-Dame de Soulac ou de la Fin-des-Terres : Le tombeau et le culte, pages 123-130.
  •   [lire en ligne] Saint-Lait de la Vierge , La France pittoresque.
  • [lire en ligne] Paule-V. Beterous, À propos d'une des légendes mariales les plus répandues « le lait de la Vierge » Persée Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 1975, Volume 1, n° 3, pp. 403-411.

Sur les autres projets Wikimedia :

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  • Prosper Tarbé, Tresors des eglises de Reims, (lire en ligne), chapitre VIII: Inventaire du trésor de Notre-Dame de Reims, fait en 1669, pp.50-51 : (les notes suivantes sont de l'auteur)
  1. Elle avait 3 pieds de haut.
  2. On a remarqué cette croix de Lorraine au-dessus du globe terrestre. Ce fait a de l'importance: il ne s'agit pas ici d'un détail purement artistique. Au xvie siècle, époque de la confection du reliquaire, la maison de Lorraine faisait publier qu'elle était issue de Charles-de-Lorraine, le dernier descendant de Charlemagne. — Sans doute MM. de Guise et de Mayenne étaient de bons catholiques, mais ils étaient aussi de grands ambitieux.
  3. Suivant quelques traditions, ce saint lait n'aurait été qu'une pâte blanche bénie envoyée par Adrien V. Quelques auteurs attribuent ce don à Adrien IV et le datent de 1153.
  4. La chapelle du saint Lait était une des merveilles de notre cathédrale ; l'élégance de ses sculptures en avait fait un des chefs-d'œuvre de l'art gothique. Elle était détruite bien avant la révolution. M. Louis Paris en a retrouvé le dessin ; il doit en publier l'histoire et la description.
  5. Il s'agit ici de Blanche de France, femme de Henri, comte de Champagne et roi de Navarre. Jeanne, leur fille unique, épousa Philippe le Bel et apporta en dot à la France l'héritage de son père.
  6. Custode : on nommait ainsi un coffre ou un étui qui servait à renfermer un objet précieux.
  7. Cette statuette n'avait qu'un pied de haut. L'inventaire veut-il dire qu'elle fut refondue entièrement 1653.

RéférencesModifier

  1. « Laict », ancienne orthographe pour lait.
  2. Itinera Hierosolymitana Crucesignatorum, Vol IV Tempore Regni Latini Extremo (1245-1291) The End Times of the Latin Kingdom. Fr. Sabino de Sandoli OFM
  3. White chalky earth from Bethlehem, Palestine, 1920-1930, Science Museum London
  4. a et b Berthold Laufer, GEOPHAGY in: Publications of the Field Museum of Natural History. Anthropological Series, Vol. 18, No. 2, (1930), p. 99, 101-198 - cf.« Persians and Arabs », page 150. grotte du lait p. 154 pdf:http://www.rbedrosian.com
  5. « Le haut de cette caverne distillée continuellement une certaine eau qui se convertit en une matière blanche comme le lait. Cette liqueur est légère et poreuse, mais elle se sèche et se durcit au grand air. Elle est propre à la guérison de diverses maladies et les gens du pays appellent le lait de la lune » ( Jacques Auguste Simon Collin de Plancy , Dictionnaire critique des reliques et des images miraculeuses page 90.
  6. rapporté par Baronius, dans ses Annales (an 158
  7. Castro, dans la vie de Marie, Grotonus, dans la vie de saint Joseph, rapportent la même tradition d'après un vieil écrit arménien.Source citations : Catherine Emmerich, « Vie de Marie ». Chapitre 3.
  8. LES RELIQUES DU LAIT DE LA VIERGE ET LA GALACTITE, F. de Mély, Revue Archéologique , Troisième Série, T. 15 (Janvier-Juin 1890), pp. 103-116,Published by: Presses Universitaires de France Stable URL: https://www.jstor.org/stable/41729197 Page Count: 14
  9. sciencemuseum.org.uk/broughttolife/objects/display.aspx?id=4437 Science Museum London:White chalky earth from Bethlehem, Palestine, 1920-1930
  10. William Lithgow, Totall Discourse of the Rare Adventures and Painefull Peregrinations, p. 247 de l'édition de Glasgow, 1906 : « The earth of the cave is white as snow, and hath this miraculous operation, that a little of it drunke in any liquor, to a woman, that after her childbirth is barren of milke, shall forthwith give abundance: which is not onely availeable to Christians, but likewise to Turkish, Moorish, and Arabianish women, who will come from farre countries, to fetch of this earth. I have seene the nature of this dust practised, wherefore I may boldly affirme it, to have the force of a strange vertue: Of the which earth I brought with me a pound weight, and presented the halfe of it to our sometimes Gracious Queene Anne of blessed memory, with divers other rare relicts also, as a girdle, and a paire of garters of the Holy Grave, all richly wrought in silke and gold, hav? ing this inscription at every end of them in golden letters, Sancto Sepulchro, and the word Jerusalem, etc. »
  11. Sera L. Young, Craving Earth: Understanding Pica, the Urge to Eat Clay, Starch, Ice, and Chalk, page 47
  12. Jure Mikuž
  13. Dictionnaire... des pèlerinages anciens et modernes, L. de Sivry, et J.B.J. Champagnac, 1850
  14. Vierge à l'Enfant de Jeanne d'Évreux
  15. Berry médiéval : Olivier Trotignon, « La Croix reliquaire d'Orval »
  16. Fédération Wallonie-Bruxelles, Reliquaire du Saint Lait, image rotative et étude
  17. X. Barbier de Montault, Un reliquaire du XIIIe siècle à Radegonde-des-Pommiers, Bulletin monumental, publié sous les auspices de la Société française pour la conservation et la description des monuments historiques, 1893.
  18. Edina Bozóky, La politique des reliques de Constantin à Saint Louis page 92, note 65.
  19. Paule-V. Beterous À propos d'une des légendes mariales les plus répandues « le lait de la Vierge » , Bulletin de l'Association Guillaume Budé', 1975, p. 405.
  20. Mary ClaytonThe Cult of the Virgin Mary in Anglo-Saxon England p. 138 , Patrick W. Conner Anglo-Saxon Exeter: A Tenth-century Cultural History
  21. J. C. Dickinson, The Shrine of Our Lady of Walsingham, 1956. [lire en ligne]
  22. Cesare d' Engenio Caracciolo, Napoli Sacra: , Beltrano, 1624.
  23. La Chiesa ss Salvatore di Agira
  24. Claudio Rendina La santa casta della Chiesa - I peccati del Vaticano - L'oro del Vaticano, Newton Compton Editori, 2013, 1163 pages.
  25. Histoire d'Espagne, livre V.
  26. http://forosdelavirgen.org/73719/el-prodigio-de-la-santa-leche-de-la-virgen-que-se-licua-una-vez-al-ano-13-12-27/.
  27. Image : Ampoule reliquaire de Majorque
  28. Tourisme en Asturies : ¿Leche de la mismísima Virgen María?
  29. Pelayo, Liber Testamentorum (h 1118),
  30. (es) Mirabilia :La tradition de l'Arche Sainte
  31. Le premier inventaire de ces reliques figure dans le manuscrit 99 de Valenciennes, du XIes. et inséré dans un manuscrit de l'Apocalypse du IXe siècle. Bibliothèque de Valenciennes, fond numérisé, MS.99 sur l'histoire de l' « Arca Santa » lire : Edina Bozóky, La politique des reliques de Constantin à Saint Louis: protection collective .
  32. Joao Bautista de Castro, Mappa de Portugal antigo e moderno. - Lisboa, Francisco Luiz Ameno 1762-1763.
  33. Philippe George, Reliques & arts précieux en pays mosan, page 93, Éditions du Cefal, 2012, (ISBN 2871301212)
  34. Augustin de Reume, Les Vierges miraculeuses de la Belgique: histoire des sanctuaires où elles sont vénérées. , Bruxelles, 1856, page 599.
  35. « Don et présentation fait à la chapelle Notre-Dame de Dombasle, d'un reliquaire contenant une goutte de lait de la Sainte Vierge, apporté de Malte par le chevalier de Seraucourt » (1622). Léon Humbert, Causeries sur l'histoire de Dombasle, page 396, 1966. Cette relique était autrefois conservée dans le Trésor de la Collégiale Saint-Georges, et l'inventaire décrit le reliquaire d'or d'une statue d'argent de « vingt-six marc et deux onces » portant couronne, croix et sceptre de la Vierge Marie (Mémoires de la Société d'archéologie lorraine.)
  36. L' Église Notre-Dame-de-Tous-les-Saints d'Entremont possédait une Vierge reliquaire du XVIe siècle : Notre Dame de l'Assomption, statuette en bois doré qui contenait une fiole dite « ampoule du lait de la Vierge » visible au travers d'une lucarne de verre. Cette Vierge a été longtemps l'objet d'un pèlerinage. Le Pape Pie IX accorda, en 1855, une indulgence plénière aux visiteurs du 15 août.
  37. En l'église sainte Catherine de Sisco, un ensemble de reliques aurait été déposé au XIIIe siècle par des marins en détresse, laissant à la première église qu'ils verraient touchant terre, les reliques qu'ils avaient emmenées de Terre Sainte.
  38. etc. Charles Rohault de Fleury La Sainte Vierge: études archéologiques et iconographiques, page 289.
  39. « .. presque ronde, couverte d'images d'argent doré, et dans laquelle on a coutume de placer la colombe d'argent contenant du très-saint lait de la bienheureuse Vierge Marie » (Inventaire de 1502 du Trésor de la cathédrale de Laon)
  40. Jannic Durand, Musée du Louvre, Le trésor de la Sainte-Chapelle, (Éd. de la Réunion des Musées Nationaux), 2001. (ISBN 2711842754), 9782711842759
  41. « Transcriptum seu Copia Imperatoris Costantinopoliani de Sacrosantis Reliquiis existentibus in Sacrosanta Capella Palatii Regis Parisiis, quas concessit et donavit S. Ludovico Francorum Regi Christianissimo, quis eas redemit magna pecuniae quantitate, et consequenter collocavit in praefata Capella Parisiensi [...], De Lacte Beatae Mariae Virginis.»
  42. Le Moniteur, an II de la république, 3 frimaire (23 novembre 1793), n° 63, à l'article intitulé « Commune de Paris », frimaire. Translation de la châsse de Sainte Geneviève. SaintYves, Vie de Sainte Geneviève de Paris.
  43. Patrimoine en Maine-et-Loire, relique de Cunault
  44. Grandet, Notre-Dame angevine, début du XVIIIe siècle
  45. Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, 2004
  46. Prosper Tarbé, Reims : essais historiques sur ses rues et ses monuments, p. 276.
  47. Charles Cerf, Histoire et description de Notre-Dame de Reims, 1861
  48. Trésors des eglises de Reims, 1843, chapitre VIII: Inventaire du trésor de Notre-Dame de Reims, fait en 1669, pp.50-51 sur google book
  49. a et b Site de la Custodie franciscaine de Terre sainte
  50. « Quod si objicitur beatam Virginem matrem » id potuisse servare et quasi superstitiosa ipsius posterorum cutui voluisse traducere, ita suspicietur, sicut Laudini apud nos lac ipsius benedictae, in columba cristallina hue usque retineri dicitur. Quando quantum a vero et etiam a verisimili exorbitet, facili argumento liquet : quia neque ipsa asservavit ; praesertim cui nunquam in Jesu infantia tanlum otii, tantumque securitatis exstilit, ut sui memoriam tanti penderet, quatenus de sui in futura secula lactis produclione curaret, cui vix intra natale lateresolum, vix vivere tune liceret. » (Guibert de Nogent, De Pignoribus sanctorum )
  51. « Et linguam ejus, jam sacro igne consumptam, lactis de mamilla recenter extracti infusione sanavit. Undeaccidit tres gultas lactis super faciem re mansisse, quas recolligit et in pretioso vase ad hoc apto reponit; quse usque ad prœsens in ecclesia certis temporibus venerantur»
  52. Malmesbury, lib. III, de Gest. Anglorum
  53. Cartulaire d'Evron. lire aussi : La province du Maine: feuille hebdomadaire
  54. Archives Curieuses de la ville de Nantes et des départements de l'Ouest publié par F-J Verger; et Notre-Dame de France: L'histoire du culte de la Sainte Vierge, André Jean Marie Hamon, p.319 et suivantes, l'Abbaye d'Évron [lire en ligne]