Ouvrir le menu principal

Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Église

Documentation d'Arte France (2019) sur les abus et les avortements forcés de religieuses au sein de l'Église catholique

Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Église
Scénario Eric Quintin et Marie-Pierre Raimbault
Sociétés de production Arte tv
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Documentaire
Durée 97 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Église est un documentaire français réalisé par Éric Quintin et Marie-Pierre Raimbault en collaboration avec Elizabeth Drevillon. Le film, projeté pour la première fois sur Arte le 5 mars 2019[1] et vu ce jour là par 1,5 million de téléspectateurs en France, traite des violences sexuelles commises par des religieux contre des religieuses et des tentatives de l'Église catholique pour dissimuler ces actes.

Sommaire

SynopsisModifier

Le film, basé sur deux années d'enquête[2],[3], montre que des moniales du monde entier ont été et sont victimes d'abus sexuels de la part de supérieurs hiérarchiques[4],[3]. Le cas des pères Thomas Philippe (cofondateur de la communauté de l’Arche) et Marie-Dominique Philippe (fondateur de la communauté Saint-Jean) qui ont violé des religieuses pendant des décennies sans l'intervention de l'Église, est central dans le documentaire.

Le documentaire décrit comment, dans certaines structures, des religieuses étaient « vendues » à des prêtres par leur supérieure. Il met en exergue un pays d'Afrique, qui n'est pas nommé, où une trentaine de religieuses ont été violées. Les auteurs précisent qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé et que les mêmes pratiques se retrouvent sur l'ensemble des continents, la conséquence de ces viols allant parfois jusqu'à des grossesses non désirées et à l'obligation d'avorter. Selon les auteurs, ces abus sexuels ont été particulièrement fréquents au cours des années 1980 et 1990, autrement dit les « années sida » : craignant de contracter le virus auprès des prostituées, ces prêtres violeurs avaient recours à ces religieuses, considérées a priori comme « saines ».

Le documentaire reproche à Jean-Paul II d’avoir minimisé systématiquement les accusations.

ContexteModifier

Dans les années 1990, plusieurs moniales avaient déjà attiré l'attention sur les abus sexuels généralisés dans les monastères africains, dont Maura O'Donohue qui, en 1994, avait envoyé à Rome un rapport sur des cas dans 23 pays. Ce rapport n'a été publié qu'en 2001 par le National Catholic Reporter. En 2018, le pape François admet pourtant que « des prêtres se sont servis de religieuses comme esclaves sexuelles »[2],[5]. Les cinéastes ont tenté d'organiser une rencontre entre deux protagonistes du film et le pape François, mais le Vatican n'offrant qu'une audience privée, sans témoins, les femmes concernées ont rejeté cette rencontre.

Ordonnance restrictiveModifier

Le 20 avril 2019, à la suite de la plainte en référé d’un prêtre allemand identifiable dans le documentaire, le tribunal d’instance de Hambourg rend une injonction temporaire interdisant au radiodiffuseur Arte de continuer à diffuser le documentaire[6]. Le porte-parole de la famille spirituelle « Das Werk » de Bregenz, le père Georg Gantioler, a déclaré à la demande de l'Agence de presse catholique qu'un avocat de la Communauté avait obtenu une injonction contre Arte TV, la Frankfurter Allgemeine Zeitung et Deutschlandfunk[7],[8].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. « "Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Église" : une enquête choc qui rompt l'omerta », sur TV5MONDE, (consulté le 30 avril 2019)
  2. a et b « Sur Arte, “Sœurs abusées, l’autre scandale de l’Eglise” dénonce les viols de religieuses », sur Télérama.fr (consulté le 2 mai 2019)
  3. a et b « « Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Eglise » : une enquête choc contre le Vatican sur Arte », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2019)
  4. « “Religieuses abusées“, un documentaire intense », sur La Vie.fr (consulté le 30 avril 2019)
  5. « Le pape reconnaît que des religieuses ont servi d’«esclaves sexuelles» au clergé », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  6. « Arte suspend la diffusion de « Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Eglise » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2019)
  7. (de) « Spiritueller Missbrauch - "Ich passte ins Beuteschema" », sur Deutschlandfunk (consulté le 30 avril 2019)
  8. (de) « Katholische Gemeinschaft "Das Werk" ließ Missbrauchs-Film sperren », sur katholisch.de (consulté le 30 avril 2019)