Ouvrir le menu principal
Reinbert de Leeuw
Description de cette image, également commentée ci-après
Reinbert de Leeuw en 1983

Naissance (81 ans)
Amsterdam (Pays-Bas)
Activité principale Chef d'orchestre
Professeur à l'université de Leyde
Style Musique moderne
Musique contemporaine
Activités annexes Compositeur, pianiste
Années d'activité Depuis années 1960
Collaborations Schönberg Ensemble
Formation Conservatoire d’Amsterdam
Koninklijk Conservatorium Den Haag
Enseignement Kees van Baaren

Reinbert de Leeuw, né le à Amsterdam aux Pays-Bas, est un chef d'orchestre, pianiste, compositeur et pédagogue néerlandais. Il est le fondateur et actuel directeur du Schönberg Ensemble.

BiographieModifier

Reinbert de Leeuw a étudié la théorie musicale et le piano au conservatoire d’Amsterdam, et la composition avec Kees van Baaren au Koninklijk Conservatorium Den Haag, dans lequel il a ensuite enseigné. C’est un chef d’orchestre et pianiste réputé, particulièrement pour la musique contemporaine. Il est aussi le fondateur de la Dutch Charles Ives Society. Depuis 2004, il est professeur à l'Université de Leyde (chaire de « Création musicale du XIXe, XXe et XXIe siècle).

En 1974, il a fondé le Schönberg Ensemble, qui se spécialise dans l’interprétation des œuvres de la Seconde école de Vienne. Pour les cordes de l’ensemble, il a notamment composé la pièce Etude (1983-1985), sa plus récente composition – il n’a depuis réalisé que des adaptations et des instrumentations.

Reinbert de Leeuw dirige régulièrement l’Orchestre royal du Concertgebouw, le New Sinfonietta Amsterdam, le Residentie Orchestra de La Haye, des ensembles comme le Netherlands Chamber Choir, l’Asko Ensemble, le Netherlands Wind Ensemble, ou les orchestres de la radio néerlandaise. Durant la saison 1995-96, il a été au centre de la série « Carte blanche » au Concertgebouw Amsterdam. Il est engagé dans l’organisation de la série « Contemporaries » dans le même lieu[1]. Reinbert de Leeuw dirige également dans ensembles internationaux. Il s’est engagé dans la production de divers opéras au Netherlands Opera d’Amsterdam ainsi qu’au Nationale Reisopera : Igor Stravinsky (La Carrière d'un libertin), Louis Andriessen (Rosa, a Horse drama; Writing to Vermeer), György Ligeti (Le Grand Macabre), Claude Vivier (Rêves d’un Marco Polo), Robert Zuidam (Rage d’Amours) et Benjamin Britten (The Turn of the Screw). En 2011, il a réalisé un vieux rêve en performant les Gurre-Lieder de Schönberg.

Reinbert de Leeuw a été en 1992 le directeur artistique invité du Festival d'Aldeburgh et, de 1994 à 1998, le directeur artistique du festival de musique contemporaine de Tanglewood. Il a également été conseiller artistique pour la musique contemporaine à l'orchestre symphonique de Sydney.

Il est, comme chef d’orchestre ou pianiste, à la tête d’une importante discographie incluant des œuvres d’Erik Satie, Olivier Messiaen, Igor Stravinsky, Leoš Janáček, Sofia Gubaidulina, Arnold Schönberg, Anton Webern, Claude Vivier, Louis Andriessen et Steve Reich. Certains de ces enregistrements ont reçu des prix importants. En juin 2006, il publie avec le Schönberg Ensemble une rétrospective dans une boîte de 25 CD et DVD, retraçant trois décennies de concerts dont la plupart ont été dirigés par Reinbert de Leeuw.

ŒuvreModifier

Pour orchestreModifier

  • 1965 : Interplay for Orchestra
  • 1970 : Hymns and Chorals, pour ensemble à vents (2 hautbois, 3 clarinettes, 2 clarinettes basses, saxophone alto, saxophone ténor, 2 cors, 2 trompettes, 2 trombones), guitare électrique et orgue électronique
  • 1973 : Abschied

De musique de chambreModifier

  • 1963 : Quartetto per archi
  • 1985 : Étude, pour quatuor à cordes

Pour pianoModifier

  • 1964 : Music for Piano I
  • 1966 : Music for Piano II

De musique vocaleModifier

  • 1969 : Reconstructie, opéra
  • 1977 : Axel, opéra en trois actes
  • 2003 : Im wunderschönen Monat Mai - Dreimal sieben Lieder nach Schumann und Schubert
  1. Im wunderschönen Monat Mai - texte : Dichterliebe de Heinrich Heine - musique : Robert Schumann
  2. Gute Nacht - texte : Die Winterreise de Wilhelm Müller - musique : Franz Schubert
  3. Die Rose, die Lilie, die Taube, die Sonne - texte : Dichterliebe de Heinrich Heine - musique: Robert Schumann
  4. Im Dorfe - texte : Die Winterreise de Wilhelm Müller - musique : Franz Schubert
  5. Gretchen am Spinnrade - texte : Johann Wolfgang von Goethe - musique : Franz Schubert
  6. Lied der Mignon - texte: Johann Wolfgang von Goethe - musique : Franz Schubert
  7. Meeres Stille - texte: Johann Wolfgang von Goethe - musique : Franz Schubert
  8. Ich grolle nicht - texte : Dichterliebe de Heinrich Heine - musique : Robert Schumann
  9. Letzte Hoffnung - texte : Die Winterreise de Wilhelm Müller - musique : Franz Schubert
  10. Die Nebensonnen - texte : Die Winterreise de Wilhelm Müller - musique : Franz Schubert
  11. Rastlose Liebe - texte : Die Winterreise de Wilhelm Müller - musique : Franz Schubert
  12. Ich hab' im Traum geweinet - texte : Dichterliebe van Heinrich Heine - musique : Robert Schumann
  13. Der Erlkönig - texte : Johann Wolfgang von Goethe - musique : Franz Schubert
  14. Der Doppelgänger - texte : Heinrich Heine - musique : Franz Schubert
  15. Der Leiermann - texte : Die Winterreise de Wilhelm Müller - musique : Franz Schubert
  16. Kennst du das Land? - texte : Johann Wolfgang von Goethe - musique : Robert Schumann
  17. Ein Jüngling liebt ein Mädchen - texte : Dichterliebe van Heinrich Heine - musique : Robert Schumann
  18. Ständchen - texte : Ludwig Rellstab - musique : Franz Schubert
  19. Heideröslein (Collage) - texte : Johann Wolfgang von Goethe - musique : Franz Schubert en Robert Schumann
  20. Wehmut - texte : Joseph Freiherr von Eichendorff - musique : Robert Schumann
  21. Die alten, bösen Lieder - texte : Dichterliebe de Heinrich Heine - musique : Robert Schumann

DiscographieModifier

  • 1980 : Piano Works: Gymnopédies & Gnossiennes, interprétation des pièces d'Erik Satie

OuvrageModifier

  • Charles Ives, en collaboration avec J. Bernlef, 1969.
  • Muzikale anarchie, réflexions sur la musique moderne, déjà publiées dans le journal De Gids, 1973

Notes et référencesModifier