Forces régulières indigènes
Fuerzas Regulares Indígenas
Image illustrative de l’article Regulares
Blason des troupes régulières

Création 1911
Pays Espagne
Allégeance EspagneVoir et modifier les données sur Wikidata
Branche Armée de terre espagnole
Garnison Ceuta, Melilla, Peñón de Vélez de la Gomera, Peñón de Alhucemas et les îles Zaffarines
Devise «Es imposible seguir al soldado Regular» (« Il est impossible de suivre le soldat Regular »
Anniversaire 30 juin
Commandant historique Dámaso Berenguer
José Millán-Astray
José Enrique Varela

Les Forces régulières indigènes (Fuerzas Regulares Indigenas en espagnol), couramment appelées les Regulares, étaient l'ensemble des troupes d'infanterie et de cavalerie de l'armée espagnole recrutées au Maroc espagnol. Elles étaient composées de volontaires marocains encadrés par des officiers espagnols.

Créées en 1911, elles jouèrent un rôle de premier plan lors de la guerre du Rif, contre les populations marocaines soulevées contre l'occupation espagnole et française, mais aussi dans la péninsule Ibérique durant la guerre d'Espagne, où elles furent souvent considérées comme les troupes d'élite des forces nationalistes rebelles au gouvernement de la Seconde République espagnole. Réorganisées et réformées, elles sont encore actives sur le terrain, comme au Kosovo ou en Afghanistan.

Histoire modifier

Origines (1911-1936) modifier

La création des regulares est due en grande partie à la protestation de la population civile espagnole relayée par la presse contre la participation des soldats espagnols de l'armée régulière aux combats et au maintien de l'ordre dans la zone du Protectorat espagnol.

Il existait déjà alors diverses unités indigènes, comme la « Compagnie des Maures Mogataces d'Oran » (Compañía de Moros Mogataces de Orán), la « Milice volontaire de Ceuta » (Milicia Voluntaria de Ceuta ) ou les « Tirailleurs du Rif » (Tiradores del Rif). Les missions de ces forces étaient principalement à l'avant-garde et le combat sur tous les terrains, les embuscades et les combats en haute montagne. Peu de temps avant la création des regulares, ces unités furent rassemblées sous le nom de « Forces régulières indigènes de Melilla » (Fuerzas Regulares Indígenas de Melilla), avec pour chef le lieutenant-colonel de cavalerie Dámaso Berenguer Fusté. C'est en 1911 que furent définitivement créées les « Forces régulières indigènes » (Fuerzas Regulares Indígenas).

Guerre du Rif (1921-1926) modifier

En 1914, les forces des regulares furent accrues et divisées en quatre « Groupes des forces régulières indigènes » (généralement abrégé en G.F.R.). Chacun d'eux était formé par deux tabors d'infanterie de trois compagnies et d'un tabor de cavalerie de trois escadrons. En 1921, après le désastre d'Anoual, il leur fut adjointe une cinquième unité, le « Groupe des forces régulières indigènes d'Alhucemas ». Les regulares devinrent alors le fer de lance de l'armée espagnole durant les opérations de la guerre du Rif : ils s'illustrèrent particulièrement lors de la campagne du Desquite et du débarquement d'Alhucemas (1925).

- GFRI no 1 Tétouan ; était composé de 1 170 soldats.

- GFRI no 2 Melilla ; était composé d'environ 1 000 soldats.

- GFRI no 3 Ceuta ; "était composé d'environ 1 000 soldats.

- GFRI no 4 Larache ; était composé d'environ 900 soldats[1],[2].

L'historienne Maria Rosa de Madariaga (es) nous dit également que les regulares ont déserté massivement les troupes espagnoles et ont rejoint Abdelkrim Al-Khattabi et ont beaucoup contribué, justement, à aider, du point de vue technique, l'armée d'Abdelkrim, car ils avaient des connaissances qu'ils avaient acquises au contact de l'armée espagnole[3].

Jean Meyer nous dit également que cette désertion des Regulares en 1921 fut immédiatement compensée par l'enrôlement massif de guerriers marocains venus de la Zone Française[4].

Guerre d'Espagne (1936-1939) modifier

Ils servirent sur tous les fronts durant la Guerre civile espagnole. Ils furent souvent considérés comme les troupes d'élite de l'armée espagnole.

Selon Abel Paz, la CNT voulait soulever le Maroc en une « révolution bourgeoise », mais le Front populaire français, qui colonisait le Maroc et y avait déjà réprimé une révolution populaire, aurait menacé la République espagnole de représailles, ce qui aurait assuré à Franco de pouvoir utiliser les troupes regulares dans la guerre civile[5].

De la fin de la guerre d'Espagne à la fin du Protectorat (1939-1956) modifier

Les regulares furent employés dans la réduction des derniers maquis anti-franquistes de la posguerra.

Durant la Seconde Guerre mondiale, certains furent même volontaires dans la División Azul, qui se battit aux côtés des forces de l'axe sur le front de l'Est.

En 1956, à la fin du Protectorat espagnol, les effectifs des regulares comptaient (sans les Espagnols) 12 445 soldats et 127 officiers marocains. Ils étaient répartis dans les groupes suivants, nommés selon leur lieu de casernement :

  • « Tetuán no 1 » à Tétouan ;
  • « Melilla no 2 » à Melilla ;
  • « Ceuta no 3 » à Ceuta ;
  • « Larache no 4 » à Larache ;
  • « Alhucemas no 5 » à Al Hoceïma ;
  • « Arcila no 6 » à Asilah ;
  • « Llano Amarillo no 7 », à Melilla ;
  • « Rif no 8 ».

De la réorganisation à aujourd'hui (1956- ) modifier

 
Regulares durant le défilé des Forces armées espagnoles à Madrid (2008).

À la fin du Protectorat, une grande partie des groupes des Forces régulières indigènes fut dissoute. Seuls restèrent alors les G.F.R. d'infanterie Tetuán no 1 et Ceuta no 3, basés à Ceuta, et les G.F.R. d'infanterie Melilla no 2 et Alhucemas no 5, basés à Melilla. Rapidement, le recrutement se tourna de plus en plus vers les Espagnols d'origine européenne et maghrébine, venant généralement des villes de la péninsule ou de Ceuta et Melilla.

Les regulares restèrent au premier poste pour défendre la souveraineté des possessions espagnoles lors des crises entre l'Espagne et le Maroc. Ils furent appelés à intervenir, afin de surveiller qu'elle ne s'étende pas aux territoires espagnols, à la guerre d'Ifni en 1959. En 1975, durant la marche Verte au Sahara, ils furent déployés le long de la frontière des places de souveraineté espagnole. Ils furent également sollicités à l'occasion de la crise de l'îlot Persil en 2002. Ils ont également été employés lors de guerres européennes, en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo, ou lors de conflits plus lointains, comme en Afghanistan.

En 1996, les forces des regulares furent une nouvelle fois réorganisées :

  • le G.F.R. Tetuán no 1 est devenu le Régiment d'infanterie légère des Regulares de Ceuta no 54.

Décorations modifier

Notes et références modifier

  1. « Antíguas Unidades de Caballería Regular en Melilla - Repositorio Institucional de Documentos », sur zaguan.unizar.es (consulté le ).
  2. (es) Borja Sanz Calero, « Antiguas Unidades de Caballería Regular en Melilla », sur zaguan.unizar.es, Saragosse, Centro Universitario de la Defensa-Academia General Militar, , p. 13 (mémoire de maîtrise, sous la direction du lieutenant-colonel Francisco Escribano Bernal et du capitaine Marcos Iglesias Vázquez).
  3. Colloque international d'études historiques et sociologiques, Abd el-Krim et la République du Rif: Actes du Colloque international d'études historiques et sociologiques, Paris, 18-20 janvier 1973, La Découverte (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-348-02953-0, lire en ligne)
  4. Colloque international d'études historiques et sociologiques, Abd el-Krim et la République du Rif: Actes du Colloque international d'études historiques et sociologiques, Paris, 18-20 janvier 1973, La Découverte (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-348-02953-0, lire en ligne)
  5. Abel Paz, Un anarchiste espagnol, Durruti, Paris, Éditions Quai Voltaire, , 498 p. (ISBN 978-2876531918, lire en ligne), « Le Rif et la révolution espagnole », p. 436.

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

  • BUENO CARRERA José María, Los Regulares. Uniformes y organizacion de las Tropas Regulares Indigenas de Marruecos, éd. Aldaba, Madrid, 1989 (ISBN 84-86629-23-3)
  • JIMENEZ DOMINGUEZ José María et alii, Fuerzas Regulares Indígenas. De Melilla a Tetuán. 1911-1914. Tiempos de ilusión y de gloria, éd. Almena, Madrid, 2006 (ISBN 978-84-96170-27-8)

Articles connexes modifier