Reginald Kell

clarinettiste

Reginald Clifford Kell (YorkFrankfort (Kentucky)) est un clarinettiste anglais, réputé pour sa carrière de soliste et de musicien de chambre : il a été clarinette solo dans de grands orchestres britanniques, notamment l'Orchestre philharmonique de Londres, l'orchestre Philharmonia et le Royal Philharmonic et a enregistré également en tant que soliste.

Reginald Kell
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
FrankfortVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Genre artistique
Archives conservées par
Bibliothèques de l'Université du Maryland (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Reginald Kell est l'un des premiers clarinettistes influents à employer le vibrato continu pour améliorer la qualité expressive de l'instrument. Il est également un enseignant connu de la Royal Academy of Music à Londres. En 1948, Kell s'installe aux États-Unis, où il poursuit une carrière de soliste et dans l'enseignement. Parmi ses élèves on trouve le clarinettiste de jazz Benny Goodman.

CarrièreModifier

FormationModifier

Reginald Kell  reçoit une bourse d'études à la Royal Academy of Music à Londres en 1929, où il a étudié avec Haydn Draper jusqu'en 1932[1]. Alors qu'il est encore étudiant, il est engagé comme principal clarinettiste de la Royal Philharmonic Society[2]. Après avoir obtenu son diplôme, il est choisi par Thomas Beecham comme première clarinette de l'Orchestre philharmonique de Londres, lors de la création de l'orchestre, en 1932[1]. Il quitte le LPO en 1936 et est remplacé par Bernard Walton Kell est le principal clarinettiste de l'orchestre du festival de Lucerne avec Arturo Toscanini en 1939. Bien qu'invité, il refuse la même place dans l'orchestre de Toscanini, au NBC Symphony Orchestra[3].

En plus de ses activités au sein des orchestres, Kell joue en formation de musique de chambre et enseigne à la Royal Academy entre 1935 et 1939[1]. Son répertoire de soliste s'étend de Corelli aux œuvres du XXe siècle[3]. Il est le premier grand clarinettiste à appliquer un vibrato consciemment et constamment à son timbre sonore, s'inspirant lui-même sur la technique du hautboïste Léon Goossens — son contemporain Jack Brymer a été un pionnier du vibrato à la clarinette, mais il est important plus tard que chez Kell — et des plus grands chanteurs avec qui il est entré en contact, notamment Kirsten Flagstad, Kell cherche à imiter sur la clarinette leur sonorité expressive et chaleureuse[3].

Au cours de la seconde Guerre Mondiale, Kell est le principal clarinettiste de l'Orchestre philharmonique de Liverpool, à un moment où parmi ses membres figurent nombre des plus grands interprètes[4]. Lorsque Walter Legge fonde le Philharmonia Orchestra en 1945, Kell en devient le premier clarinette solo. Lors du premier concert, dirigé par Beecham, Kell est le soliste du Concerto pour clarinette de  Mozart[5]. L'année suivante Beecham fonde le Royal Philharmonic Orchestra et l'orchestre Philharmonia, à ses débuts, a joue quelques concerts, travaillant généralement en studio d'enregistrement, Kell est en mesure de servir de clarinette solo, dans les deux orchestres, comme le fait le corniste Dennis Brain[6]. En 1948, Kell abandonne les deux poste ; il est remplacé au Philharmonia par Walton[7] et à la Royal Philharmonic par Brymer[8].

Dernières annéesModifier

Kell s'installe aux États-Unis en 1948, en pleine carrière au concert et à l'enregistrement[3]. Il est parmi les meilleurs professeurs : parmi ses élèves figure Benny Goodman, qui s'est rapproché de lui pour des cours en 1948-1949. Kell, considérant que les modifications nécessaires affecteraient défavorablement le jeu de Goodman au lieu de s'améliorer, a d'abord refusé ; il ne voulait pas que le public américain voit en lui « l'homme qui a ruiné notre Benny Goodman ». Goodman a persisté et Kell l'accepte finalement comme un étudiant en 1952 et l'enseigne jusqu'à son retour en Angleterre[9]. Parmi les autres élèves de Kell, citons le soliste et chef d'orchestre Alan Hacker[3] et Peanuts Hucko[9]. De 1951 à 1957, Kell est professeur à l'École de musique d'Aspen dans le Colorado[1].

Kell retourne en Angleterre en 1958, en prenant un poste à la Royal Academy of Music[3]. Parmi ses élèves, figure le compositeur Harrison Birtwistle[10]. Kell prend sa retraite au début des années cinquante et retourne aux États-Unis en 1959, où il est directeur de la division des petits ensemble chez Boosey & Hawkes de 1959 à 1966. Il prend sa retraite en 1966 et meurt à Frankfort, dans le Kentucky, en 1981[3].

En 2007, le label Deutsche Grammophon a publié un coffret de tous enregistrements effectués par Reginald Kell pour la branche américaine de Decca (coffret 477 5280) entre 1950 et 1957[3],[11].

DiscographieModifier

En tant que chef d'orchestre Kell a effectué des enregistrements des deux des sérénades pour vents de Mozart, en ut mineur, K. 388 et mi-bémol majeur (1951, Decca DL 9540), avec le Kell Chamber Players. Le tableau suivant présente quelques-uns de ses enregistrements en tant que soliste.

Discographie de Reginald Kell soliste
Compositeur Titre autres musiciens Date et référence
Bartók Contrastes Melvin Ritter, violin, Joel Rosen, piano 1953, DL 9740
Beethoven Trio avec piano, clarinette et violoncelle en si-bémol majeur, op. 11 (« Gassenhauer ») Frank Miller, violoncelle, Mieczyslaw Horszowski, piano 1950, DL 9543
Benjamin Jamaican Rumba Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Brahms Quintette avec clarinette en si mineur, op. 115 Quatuor Busch 1938, DB 8471-4
Brahms Quintette avec clarinette en si mineur, op. 115 Fine Arts Quartet 1951, DL 9532
Brahms Sonate pour clarinette et piano en fa mineur, op. 120 no 1 Joel Rosen, piano 1953, DL 9639
Brahms Sonate pour clarinette et piano en mi-bémol majeur, op. 120 no 2 Joel Rosen, piano 1953, DL 9639
Brahms Trio pour clarinette, violoncelle et piano en la mineur, op. 114 Frank Miller, cello, Mieczyslaw Horszowski, piano 1950, DL 9732 / 7524
Corelli Giga (d'après la sonate pour flûte à bec en ut majeur, op. 5 no 9) (trans. Kell) Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Debussy Première rhapsodie pour clarinette et piano Joel Rosen, piano 1951, DL 9570
Debussy Petite pièce Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Debussy La plus que lente (arr. Kell) Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 7550
Debussy La fille aux cheveux de lin (arr. Kell) Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 7550
Debussy Rêverie (arr. Kell) Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 7550
Debussy Le petit berger (arr. Kell) Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 7550
Godard Berceuse (extrait de Jocelyn) Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Handel Siciliana et Gigue (d'après la sonate pour flûte à bec en fa majeur, HWV 369) (trans. Kell) Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Handel Adagio (d'après la sonate pour violon en fa majeur, HWV 370) (trans. Kell) Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Handel Allegro (d'après la sonate pour hautbois en fa majeur, HWV 363a) (trans. Kell) Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Hindemith Sonate pour clarinette et piano en si bémol Joel Rosen, piano 1951, DL 9570
Holbrooke Quintette avec clarinette, op. 27 Willoughby Quartet 1939, Testament SBT 1002
Kreisler Rondino sur un thème de Beethoven Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Kreisler Caprice Viennois op. 2 Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 4077
Kreisler Liebesleid Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 4077
Kreisler Liebesfreud Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 4077
Kreisler Stars in My Eyes Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 4077
Kreisler Schön Rosmarin Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 4077
Milhaud Suite op. 157b Melvin Ritter, violon, Joel Rosen, piano 1953, DL 9740
Mourant Ecstasy Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 7550
Mourant The Pied Piper Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 7550
Mourant Blue Haze Salvatore Camarata et son orchestre 1953, DL 7550
Mozart Concerto pour clarinette en la majeur, K.622 Zimbler Sinfonietta 1950, DL 7500
Mozart Quintet avec clarinette et quatuor à cordes en la majeur, K.581 Fine Arts Quartet 1951, DL 9600
Mozart Trio pour piano, clarinette et alto en mi-bémol majeur, K.498 « Kegelstatt » Trio Lillian Fuchs, alto, Mieczysław Horszowski, piano 1950, DL 9543
Porter-Brown Dance of the Three Old Maids Salvatore Camarata et son orchestre
Ravel Pièce en forme de habanera Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Richardson Roundelay Brooks Smith, piano 1957, DL 9926
Saint-Saëns Sonate pour clarinette et piano en mi bémol majeur, op. 167 Brooks Smith, piano 1957, DL 9941
Schumann Fantasiestücke, op. 73 Joel Rosen, piano 1953, DL 9744
Stravinsky Trois pièces pour clarinette seule 1951, DL 9570
Szalowski Sonatine pour clarinette et piano Brooks Smith, piano 1957, DL 9941
Templeton Pocket-size Sonata No.1 pour clarinette et piano Brooks Smith, piano 1957, DL 9941
Vaughan Williams Six Studies in English Folksong Brooks Smith, piano 1957, DL 9941
Weber Grand Duo concertant en mi-bémol majeur, op. 48 Joel Rosen, piano 1953, DL 9744

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Reginald Kell » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c et d Grove 2001.
  2. (en) John Lucas, Thomas Beecham : An Obsession with Music, New York, Boydell & Brewer, , 776 p. (ISBN 978-1-78204-399-7 et 1-78204-399-3, OCLC 884013765, lire en ligne), p. 207.
  3. a b c d e f g et h (en) Norman H. Nelson, « The Testament of a Revolutionary », livret du coffret DG 477 5280.
  4. (en) Lyndon Jenkins, While Spring and Summer Sang : Thomas Beecham and the Music of Frederick Delius, Routledge, , 217 p. (ISBN 978-1-315-08407-7 et 1-315-08407-4, OCLC 994238774, lire en ligne), p. 214.
  5. Lucas 2014, p. 313.
  6. Lucas 2014, p. 316–317.
  7. (en) « Walton, Bernard », Oxford Dictionary of Music, Oxford Music Online.
  8. Lucas 2014, p. 319.
  9. a et b (en) Les Evans, « Benny Goodman and Reginald Kell (1962) » (version du 5 février 2012 sur l'Internet Archive), sur jazzprofessional.com
  10. (en) Jonathan Cross, « Birtwistle, Sir Harrison », dans Stanley Sadie (éd.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians, vol. 29, Londres, Macmillan, , 2e éd., 25 000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)
  11. (en) Revue du coffret par Jonathan Woolf, sur musicweb-international.com.

Liens externesModifier