Reginald Beck

Reginald Ernest Beck
Naissance
Saint-Pétersbourg, Empire russe
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Décès (à 90 ans)
Angleterre
Profession Monteur
Films notables Don Giovanni

Reginald Ernest Beck est un monteur britannique né le à Saint-Pétersbourg (alors en Empire russe) et mort le en Angleterre.

BiographieModifier

DébutsModifier

Reginald Beck est né en Russie, mais sa famille émigre en Grande-Bretagne en 1915. En 1927, il rejoint Gainsborough Pictures avant de continuer à travailler sur des "quota quickies" aux Fountain Studios (en) de Wembley. Par la suite, il travaille avec des réalisateurs comme Carol Reed, David Lean, Laurence Olivier ou Joseph Losey[1].

Collaboration avec Laurence OlivierModifier

Au début de sa carrière, Beck travaille sur deux films de Laurence Olivier, Henry V (1944) et Hamlet (1948). Olivier y joue les rôles titre en même temps qu'il les dirige, et Beck lui servit de conseiller car c'étaient ses premiers films. Dans la nécrologie de Reginald Beck pour The Independent[2], Sloman écrit que l'industrie du cinéma britannique a une dette éternelle envers lui pour son immense contribution à Henry V et Hamlet.

Collaboration avec Joseph LoseyModifier

Joseph Losey émigre au Royaume-Uni au début des années 1950 après avoir été mis sur liste noire par la Commission de la Chambre sur les activités antiaméricaines. Beck et Losey collaborent sur 16 films, de Gipsy (1958) à Steaming (1985), leur dernier film à tous les deux. Anthony Sloman (en) considère le film Accident (1967) comme leur chef d'œuvre commun[2].

Don Giovanni (1979), un de leurs derniers films ensemble, sera l'occasion pour Reginald Beck d'être récompensé d'un César, ce qui sera d'ailleurs la seule récompense de sa longue carrière.

Filmographie (sélection)Modifier

comme réalisateurModifier

comme monteurModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Roy Perkins et Martin Stollery, British film editors: the heart of the movie, British Film Institute, , 248 p. (ISBN 9781844570072), p. 186 et suiv..
  2. a et b (en) Tony Sloman, « Obituary: Reginald Beck », The Independent,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier