Regina Ghazaryan

peintre arménienne

Regina Tadevosi Ghazaryan (en arménien : Ռեգինա Թադևոսի Ղազարյան), née le à Erevan, morte le à Erevan, est une artiste peintre et personnalité publique arménienne. Elle est également connue comme l'amie et bienfaitrice de Yeghishe Charents, et elle a sauvé de nombreux manuscrits de ce poète sous le régime soviétique de Joseph Staline.

Regina Ghazaryan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ErevanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Autres informations
Distinctions
Citoyen d'honneur d'Erevan (d)
Peintre émérite de la RSS d'Arménie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Ռեգինա Ղազարյանի հուշատախտակը.jpg
plaque commémorative

BiographieModifier

Regina Ghazaryan est née à Erevan le . Son père est un rescapé du génocide arménien originaire de Van, et sa mère est originaire d'Erevan (Khorasanyans)[1].

Elle rencontre le poète Yeghishe Charents en 1930. À quinze ans, Regina Ghazaryan, orpheline, devient presque la fille adoptive de Yeghishe Charents, qui la considère comme son amie intime, sa confidente et la compagne de sa longue solitude[2].

En 1937, depuis la cellule de sa prison, le poète Yeghishe Charents avait secrètement informé sa femme Izabella qu'elle ne devrait confier tous ses écrits qu'à une amie de la famille, l'artiste Regina Ghazaryan, qui les sauvera effectivement de la destruction[3]. Après la mort de Yeghishe Charents, Regina Ghazaryan a caché et conservé un grand nombre de ses manuscrits (7000 lignes au total[4], dont Requiem to Komitas, The Nameless, Songs of Autumn et Navzike). Elle cache les manuscrits sauvegardés dans des bidons qu'elle dissimule dans son jardin[5]. Plus tard, dans les années 1950, elle les donne au Musée Charents des Lettres et des Arts. En tant que pilote militaire, elle a participé à la Seconde Guerre mondiale[6]. Elle a été élue à l'Institut des Beaux-Arts d'Erevan en 1951.

Regina Ghazaryan est morte à Erevan le .

En 2009, une plaque commémorative la célébrant a été inaugurée sur la maison du 33a de la rue Baghramyan, à Erevan, où Regina Ghazaryan a vécu et travaillé de 1961 à 1999.

Les peintures de Regina Ghazaryan sont exposées dans divers musées d'Arménie, dont la Galerie nationale d'Arménie. Elle était membre de l'Union des peintres d'Arménie. Ses Mémoires sont éditées par Yegishe Hovhannisyan[7].

RécompensesModifier

  • Citoyen d'honneur d'Erevan (1995) [8]
  • Peintre renommé d'Arménie (1985)

ŒuvresModifier

  • Charents (1966)
  • Aghavnadzor (1965)
  • Komitas (1969)
  • Aspetakan (1975)
  • Paruyr Sevak
  • Khaghagh tiezerk [9]

Expositions personnellesModifier

PublicationsModifier

  • Regina Ghazaryan, Réminiscences sur Charents [Husher Charentsi masin], Garun. Erevan, # 1. 1987, p. 67–75.
  • Regina Ghazaryan, Charentsyan Nshkharner, 1998.

Notes et référencesModifier

  1. « Акоп-ага - Наша среда »,‎ (consulté le )
  2. Nichanian et Mattʻēosean 2003, p. 12.
  3. « A Labor of Love in “Vision of Death”: RFE/RL gives account of Charents’ last years, ArmeniaNow » (consulté le )
  4. Հավերժ Չարենցի հետ (Pour toujours avec Charents), sur hhpress.am.
  5. Nichanian et Mattʻēosean 2003, p. 170.
  6. Арпеник Чаренц очень осторожна — как говорят в народе: “страх пуще смерти” (Arpenik Charents est très prudent - comme on dit: « la peur est plus grande que la mort »), sur louysworld.com.
  7. Nichanian et Mattʻēosean 2003, p. 44.
  8. « Honorary citizens of Yerevan, www.yerevan.am » (consulté le )
  9. Armenian concise encyclopedia, Vol. III, Ghazaryan Regina
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Regina Ghazaryan » (voir la liste des auteurs).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Marc Nichanian et Vardan Mattʻēosean, Yeghishe Charents: Poet of the Revolution, Mazda Publishers, (ISBN 1568591128 et 9781568591124), p. 12-15, 16, 44, 45, 46, 170, 363.

Liens externesModifier