Ouvrir le menu principal
Redoute des Hautes-Bruyères
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées

La redoute des Hautes-Bruyères est un ouvrage militaire désaffecté, qui se situe sur le territoire de la commune de Villejuif, dans le Val-de-Marne.

HistoriqueModifier

Au cours de la première moitié du XIXe siècle, Paris se dote d'une ceinture de forts[1] afin de se défendre, dont le Fort de Montrouge, le Fort de Bicêtre, et le Fort d'Ivry. La construction de la redoute des Hautes-Bruyères débute en août 1870[2], dans le contexte de la Guerre franco-allemande de 1870, afin de compléter la fortification au sud de la capitale. Des casemates ont été construites en 1874[2]. À partir 1946, cet ouvrage est utilisé comme centre technique par la Société d'Etudes pour la Propulsion par Réaction (en)[3], qui appose son sigle sur l'un des bâtiments (hangar côté nord). Lors de la construction de l'Autoroute A6, le rempart délimitant le fossé à l'ouest est en partie détruit[2]. La redoute est ensuite transformée en centre d'entraînement des CRS, avant d'être désaffectée en août 2016[4].

SituationModifier

Située sur le plateau de Longboyeau au sud de Paris, la redoute est bordée à l'ouest par l'Autoroute A6, au nord par l'Institut Gustave-Roussy, et par le Parc départemental des Hautes-Bruyères (carrières reconverties en 1995[5]) à l'est et au sud. La surface totale de la redoute est de 3,7 ha environ[4]. Il s'agit du point culminant du Val-de-Marne[4].

ProjetsModifier

Depuis août 2016, le site est désaffecté et attend une reconversion, à priori en lien avec la partie universitaire de Institut Gustave-Roussy[4] et la futur station "Villejuif-Institut Gustave Roussy" du Grand Paris Express.

Notes et référencesModifier