Record du monde du 400 mètres haies

Record du monde du 400 m haies
Image illustrative de l’article Record du monde du 400 mètres haies
Sydney McLaughlin détient depuis 2021 le record du monde féminin du 400 m haies
Caractéristiques du record
Discipline 400 mètres haies
athlétisme
Instance
homologatrice
World Athletics
Genre Hommes / Femmes
Portée Monde
Record actuel masculin
Valeur 45 s 94
Titulaire(s) Karsten Warholm
Drapeau de la Norvège Norvège
Date du record
Circonstance Jeux olympiques
Site Stade olympique
Tokyo
Drapeau du Japon Japon
Record actuel féminin
Valeur 51 s 46
Titulaire(s) Sydney McLaughlin
Drapeau des États-Unis États-Unis
Date du record
Circonstance Jeux olympiques
Site Stade olympique
Tokyo
Drapeau du Japon Japon

Les records du monde du 400 mètres haies sont actuellement détenus par le Norvégien Karsten Warholm avec le temps de 45 s 94, établi le en finale des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo au Japon, et par l'Américaine Sydney McLaughlin, créditée de 51 s 46 le lors des Jeux olympiques à Tokyo[1].

Le premier record du monde du 400 m haies homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui de l'Américain Charles Bacon en 1908 avec le temps de 55 s 0. L'Américain Glenn Davis est officiellement le premier athlète à franchir la barrière des 50 secondes (en 1956), son compatriote Geoff Vanderstock celle des 49 secondes (en 1968), l'Ougandais John Akii-Bua celle des 48 secondes (en 1972), l'Américain Kevin Young celle des 47 secondes (en 1992) et Karsten Warholm celle des 46 secondes (en 2021). Le premier record mondial féminin est établi en 1974 par la Polonaise Krystyna Kacperczyk, en 56 s 51.

Record du monde masculinModifier

Premiers recordsModifier

 
Glenn Hardin améliore à trois reprises le record du monde du 400 m haies dans les années 1930.

Le premier record du monde du 400 mètres haies masculin officiellement reconnu par l'IAAF est celui de l'Américain Charles Bacon le avec son temps de 55 s 0, établi lors de sa victoire aux Jeux olympiques de 1908, à Londres[2].

Le , lors des Jeux olympiques d'Anvers, en Belgique, son compatriote Frank Loomis devient champion olympique et nouveau recordman du monde en 54 s 0, avant que le Suédois Sten Pettersson ne réalise 53 s 8 le , à Colombes. À cette époque, les règles interdisent de faire basculer une haie sous peine de disqualification[3]. Le , à Lincoln dans le Nebraska, l'Américain Johnny Gibson établit le temps de 52 s 6 sur 440 yards haies et devient le nouveau détenteur du record mondial, performance améliorée de 6/10e de seconde par son compatriote Morgan Taylor qui réalise le temps de 52 s 0 le à Philadelphie au cours des sélections olympiques américaines.

Le , en finale des Jeux olympiques à Los Angeles, l'Irlandais Robert Tisdall remporte le titre olympique en 51 s 7, devant l'américain Glenn Hardin en 52 s 0. Mais Tisdall ayant renversé une haie, l'IAAF homologue uniquement la performance d'Hardin qui égale le record du monde de Morgan Taylor[4]. Le , à Milwaukee lors des championnats de l'AAU, Glenn Hardin porte le record du monde à 51 s 8, puis l'améliore de plus d'une seconde un mois plus tard, le à Stockholm en réalisant le temps de 50 s 6.

Le record du monde de Glenn Hardin n'est amélioré que dix-neuf ans plus tard par le Soviétique Yuriy Lituyev, l'un des premiers athlètes à soutenir un rythme de treize foulées entre les obstacles[5], qui établit le temps de 50 s 4 le à Budapest. À cette période, le renversement d'une haie n'est plus pénalisé. Le , lors des sélections olympiques américaines à Los Angeles, Glenn Davis devient le premier athlète à descendre sous la barrière des 50 secondes en améliorant de près d'une seconde le record du monde de Lituyev avec le temps de 49 s 5.

Champion olympique en 1956, il porte son propre record du monde à 49 s 2 le à Budapest, avant de conserver son titre olympique en 1960. Le , au cours des championnats d'Europe de Belgrade, l'Italien Salvatore Morale s'impose en 49 s 2 et égale le record du monde de Glenn Davis[6], record qu'améliore l'Américain Rex Cawley le à Los Angeles en 49 s 1.

John Akii-Bua sous les quarante-huit secondesModifier

 
John Akii-Bua, premier athlète sous les 48 secondes sur 400 m haies.

Le , au cours des sélections olympiques américaines de 1968 se déroulant à Echo Summit (en) en altitude et sur une piste en tartan, l'Américain Geoff Vanderstock devient le premier athlète à courir un 400 m haies en moins de 49 s 0 en s'imposant dans le temps de 48 s 8, soit 3/10e de moins que le temps de Rex Cawley. Le , en finale des Jeux olympiques, profitant de l'altitude et de la piste synthétique du Stade olympique universitaire de Mexico, le Britannique David Hemery remporte la finale du 400 m haies en 48 s 1 et améliore de 7/10e le record du monde de Geoff Vanderstock[7].

Quatre ans plus tard, en finale des Jeux olympiques de 1972 à Munich, le , l'Ougandais John Akii-Bua remporte le titre olympique dans le temps de 47 s 8 et devient le nouveau détenteur du record du monde et le premier athlète à descendre sous les 48 s 0. Il est également officiellement le premier détenteur du record mondial mesuré au centième de seconde, avec son temps de 47 s 82[8].

Edwin Moses à quatre reprisesModifier

À partir de la saison 1976, l'Américain Edwin Moses règne sur la discipline. Le , âgé de 20 ans seulement, il remporte la finale des Jeux olympiques de Montréal et améliore de 19/100e de seconde le record du monde de John Akii-Bua en 47 s 63[9]. Placé au couloir 4, il est à la lutte avec le Britannique Alan Pascoe jusqu'au cinquième obstacle et fait la différence dans le dernier virage, laissant finalement tous ses adversaires à plus de six mètres[10]. Pour la troisième fois consécutive (Hemery en 1968 et Akii-Bua en 1972), le record du monde du 400 m haies est battu en finale des Jeux olympiques.

Le , lors des championnats de l'AAU, à Westwood, près de Los Angeles, Moses remporte son premier titre national sur 400 m haies en 47 s 45[11] et améliore de 18/100e de seconde son propre record du monde[11]. Le , quelques jours avant le début des Jeux olympiques, Moses remporte le meeting de Milan en 47 s 13, retranchant 32/100e à son précédent record du monde[12]. Il signe ensuite seize victoires de rang et se rapproche de sa meilleure marque le 8 août à Berlin en 47 s 17. Le à Coblence, peu après son titre de champion du monde, Edwin Moses se rapproche de la barrière des 47 secondes en établissant le quatrième et dernier record du monde de sa carrière en 47 s 02, soit une amélioration de 11/100e de sa meilleure marque mondiale établie trois ans auparavant.

Kevin Young sous les quarante-sept secondesModifier

Le , l'Américain Kevin Young devient le premier athlète à descendre sous les 47 secondes sur 400 m haies en établissant le temps de 46 s 78 à l'occasion de sa victoire en finale des Jeux olympiques de 1992 à Barcelone. Il améliore de 24/100e le record du monde d'Edwin Moses établi neuf ans plus tôt, et abaisse de 85/100e son record personnel accompli lors des demi-finales[13]. En 1998, à La Nouvelle-Orléans, l'Américain Bryan Bronson établit la troisième meilleure performance de tous les temps sur 400 m haies en 47 s 03.

Depuis 2018, trois athlètes sont descendus sous la barre des 47 secondes, Abderrahman Samba, le à Paris avec 46 s 98, Karsten Warholm, le à Stockholm, avec 46 s 87, et Rai Benjamin, qui établit la deuxième meilleure performance de tous les temps le à Eugene avec 46 s 83.

Karsten Warholm 29 ans aprèsModifier

 
Karsten Warholm, actuel détenteur du record du monde en 45 s 94.

Le , quelques jours après la performance réalisé par Rai Benjamin, Karsten Warholm établit un nouveau record du monde du 400 mètres haies à l'occasion du meeting Ligue de diamant des Bislett Games à Oslo. Situé au couloir 7, il réalise le temps de 46 s 70 et améliore de huit centièmes de seconde l'ancienne meilleure marque mondiale que détenait Kevin Young depuis les Jeux olympiques de 1992[14]. Ce record du monde est réalisé quatre jours après le record du monde féminin de l'Américaine Sydney McLaughlin.

Presque un mois plus tard, le en finale des Jeux olympiques de Tokyo, il améliore de 76/100e de seconde son propre record en réalisant le temps de 45 s 94, devenant le premier athlète à franchir la barrière des 46 secondes[15]. Lors de cette course, l'Américain Rai Benjamin réalise une performance inférieure au précédent record du monde de Warholm avec 46 s 17.

ProgressionModifier

24 records du monde masculins ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde masculin[16]
Temps Athlète Date Lieu
Chronométrage manuel
55 s 0   Charles Bacon Londres
54 s 0   Frank Loomis Anvers
53 s 8   Sten Pettersson Colombes
52 s 6 y[17]   Johnny Gibson Lincoln
52 s 0   Morgan Taylor Philadelphie
52 s 0   Glenn Hardin Los Angeles
51 s 8   Glenn Hardin Milwaukee
50 s 6   Glenn Hardin Stockholm
50 s 4   Yury Lituyev Budapest
49 s 5   Glenn Davis Los Angeles
49 s 2   Glenn Davis Budapest
49 s 2   Salvatore Morale Belgrade
49 s 1   Rex Cawley Los Angeles
48 s 8   Geoff Vanderstock Echo Summit
48 s 1   David Hemery Mexico
47 s 8   John Akii-Bua Munich
Chronométrage électronique
47 s 82   John Akii-Bua Munich
47 s 63   Edwin Moses Montréal
47 s 45   Edwin Moses Westwood
47 s 13   Edwin Moses Milan
47 s 02   Edwin Moses Coblence
46 s 78   Kevin Young Barcelone
46 s 70   Karsten Warholm Oslo
45 s 94   Karsten Warholm Tokyo

Record du monde fémininModifier

 
Dalilah Muhammad, ancienne détentrice du record du monde féminin du 400 m haies en 52 s 20.

Domination des pays de l'EstModifier

Le premier record du monde du 400 m haies féminin officiellement reconnue par l'IAAF est celui de la Polonaise Krystyna Kacperczyk avec son temps de 56 s 51 établi le à Augsbourg, en Allemagne. En 1977, le record est porté à 55 s 74 par la Soviétique Tatyana Storozheva, puis à 55 s 63 par l'Est-Allemande Karin Rossley. L'année suivante, Krystyna Kacperczyk s'adjuge de nouveau le record du monde en établissant le temps de 55 s 44 à Berlin, performance améliorée durant l'été 1978 par la Soviétique Tatyana Zelentsova (55 s 31 à Podolsk, puis 54 s 89 à Prague) qui devient la première athlète féminine à descendre sous les 55 secondes. Le à Moscou, sa compatriote Marina Makeyeva porte le record du monde à 54 s 79, avant que l'Est-allemande Karin Rossley ne le fixe à 54 s 28 le à Iéna. Le , à Moscou, la Soviétique Ana Ambrazienė améliore de 26/100e le record du monde de Rossley en établissant le temps de 54 s 02.

En 1984, le 400 m haies féminin figure pour la première fois au programme des Jeux olympiques. Quelques semaines avant les Jeux de Los Angeles, la Soviétique Margarita Ponomaryova améliore de 44/100e de seconde le record du monde d'Ana Ambrazienė en étant chronométrée en 53 s 58, le à Kiev, devenant la première femme à descendre sous les 54 secondes. Ce record est porté à 53 s 55 le à Berlin par l'Est-allemande Sabine Busch, puis à 53 s 32 par la Soviétique Marina Stepanova le à l'occasion de sa victoire aux championnats d'Europe de 1986, à Stuttgart. Le , Stepanova est la première à courir un 400 m haies en moins de 53 secondes, en établissant le temps de 52 s 94 à Tachkent.

Le , au cours des championnats du monde de Stuttgart, la Britannique Sally Gunnell améliore de 20/100e le record mondial de Marina Stepanova en s'imposant en finale dans le temps de 52 s 74[4]. Deux ans plus tard, le lors des championnats du monde 1995, à Göteborg, l'Américaine Kim Batten devient la nouvelle détentrice du record du monde en s'adjugeant la médaille d'or dans le temps de 52 s 61.

Le , durant les championnats de Russie de Toula, la Russe Yuliya Pechonkina améliore de 27/100e le record du monde de Kim Batten en le portant à 52 s 34. Depuis, deux athlètes se sont rapprochées de ce record : la Jamaïcaine Melaine Walker (52 s 42 en 2009) et l'Américaine Lashinda Demus (52 s 47 en 2011).

Prise de pouvoir des AméricainesModifier

Le , l’Américaine Dalilah Muhammad s’empare du record du monde en s’imposant lors des championnats des États-Unis à Des Moines dans le temps de 52 s 20[18] puis l'améliore le aux championnats du monde d'athlétisme 2019 avec le temps de 52 s 16[19].

Le record du monde de Dalilah Muhammad tient près de deux ans avant d'être battu par une autre Américaine, Sydney McLaughlin, âgée de 21 ans, qui devient la première femme de l'Histoire à descendre sous la barrière des 52 secondes en 51 s 90 lors des sélections olympiques américaines disputées à Eugene[20]. Presque un mois plus tard, le en finale des Jeux olympiques de Tokyo, McLaughlin améliore de 44/100e de seconde son propre record en réalisant le temps de 51 s 46. Lors de la même course, Muhammad réalise la deuxième meilleure performance de tous les temps avec 51 s 58, largement en deçà du précédent record du monde[21].

ProgressionModifier

20 records du monde féminins ont été homologués par l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin[22]
Temps Athlète Date Lieu
56 s 51   Krystyna Kacperczyk Augsbourg
55 s 74   Tatyana Storozheva Chemnitz
55 s 63   Karin Rossley Helsinki
55 s 44   Krystyna Kacperczyk Berlin
55 s 31   Tatyana Zelentsova Podolsk
54 s 89   Tatyana Zelentsova Prague
54 s 78   Marina Makeyeva Moscou
54 s 28   Karin Rossley Iéna
54 s 02   Ana Ambrazienė Moscou
53 s 58   Margarita Ponomaryova Kiev
53 s 55   Sabine Busch Berlin
53 s 32   Marina Stepanova Stuttgart
52 s 94   Marina Stepanova Tachkent
52 s 74   Sally Gunnell Stuttgart
52 s 61   Kim Batten Göteborg
52 s 34   Yuliya Pechonkina Toula
52 s 20   Dalilah Muhammad Des Moines
52 s 16   Dalilah Muhammad Doha
51 s 90   Sydney McLaughlin Eugene
51 s 46   Sydney McLaughlin Tokyo

Meilleures performances mondiales en salleModifier

Le 400 m haies est disputé pour la première fois en salle en 2004 à Mondeville, mais le record du monde en salle n'est pas reconnu par l'IAAF. Les meilleures performances de tous les temps sont établies par le Dominicain Félix Sánchez, auteur de 48 s 78 le à Val-de-Reuil, et par l'Américaine Sheena Tosta, créditée de 56 s 41 le , toujours à Val-de-Reuil[23]

Autres catégories d'âgeModifier

Les records du monde juniors du 400 m haies sont actuellement détenus par l'Américain Sean Burrell, auteur de 47 s 85 le à Eugene, et par l'Américaine Sydney McLaughlin, créditée de 53 s 60 le à Knoxville[24].

Les meilleures performances mondiales cadets sont la propriété du Sud-Africain Sokwakhana Zazini (48 s 84 le à Pretoria) et de Sydney McLaughlin (53 s 60 le à Knoxville)[25].

Hommes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior   Sean Burrell 47 s 85 Eugene
Meilleure performance mondiale cadet   Sokwakhana Zazini 48 s 84 Pretoria
Femmes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior   Sydney McLaughlin 53 s 60 Knoxville
Meilleure performance mondiale cadet   Sydney McLaughlin 54 s 15 Knoxville

Notes et référencesModifier

  1. « Sydney McLaughlin remporte le 400 m haies des JO de Tokyo et bat le record du monde », sur L'Équipe (consulté le )
  2. Parienté et Billouin 2003, p. 480.
  3. Parienté et Billouin 2003, p. 483.
  4. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 484.
  5. Parienté et Billouin 2003, p. 487.
  6. Parienté et Billouin 2003, p. 492.
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 495.
  8. Parienté et Billouin 2003, p. 499.
  9. (en) « Athletics at the 1976 Montréal Summer Games:Men's 400 metres Hurdles », sur sports-reference.com (consulté le )
  10. (en) « Athletics at the 1976 Montréal Summer Games:Men's 400 metres Hurdles », sur sports-reference.com (consulté le )
  11. a et b (en) Leonard Koppett, « Moses Sets World 400 Hurdles Mark; Moses Sets World Mark In Hurdles », sur nytimes.com, (consulté le )
  12. (en) Frank Litski, « Moses Lowers Hurdles Record; One Loss Since Olympics More Demanding Than 400 Moses Sets 47.13 Mark In Hurdles », sur nytimes.com, (consulté le )
  13. Parienté et Billouin 2003, p. 511.
  14. « Karsten Warholm améliore le record du monde du 400 m haies », sur lequipe.fr,
  15. « Karsten Warholm remporte le 400 m haies des JO de Tokyo et pulvérise le record du monde », sur lequipe.fr,
  16. (en)« World Record Progression of 400 Metres Hurdles », sur iaaf.org (consulté le )
  17. "y" : 440 yards haies
  18. afp/alt, « Athlétisme: Dalilah Muhammad bat le record du monde du 400 mètres haies », sur rts.ch, (consulté le )
  19. « Muhammad breaks world record as Barshim and Kipruto retain titles – IAAF World Athletics Championships Doha 2019, day eight », sur iaaf.org, (consulté le ).
  20. « Athlétisme : record du monde pour Sydney McLaughlin qui devient la première femme à passer la barre des 52 secondes sur le 400m haies », sur Franceinfo, (consulté le )
  21. « Sydney McLaughlin remporte le 400 m haies des JO de Tokyo et bat le record du monde », sur L'Équipe (consulté le )
  22. (en)« World Record Progression of 400 Metres Hurdles », sur iaaf.org (consulté le )
  23. (en) « 400 m haies en salle - Meilleures performances », sur 4hindoor.fr (consulté le )
  24. (en) « Records du monde juniors d'athlétisme », sur iaaf.org (consulté le )
  25. (en) « Meilleures performances mondiales cadets en athlétisme », sur iaaf.org (consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externesModifier