Ouvrir le menu principal

Raymond Pellegrin

acteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pellegrin.
Raymond Pellegrin
Description de cette image, également commentée ci-après
Raymond Pellegrin et Gina Lollobrigida
dans La Belle Romaine de Luigi Zampa (1954).
Naissance
Nice (Alpes-Maritimes), France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 82 ans)
Garons (Gard), France
Films notables Manon des sources ; Napoléon ; Le Deuxième Souffle

Raymond Pellegrin, né Raymond Pellegrini le à Nice, Alpes-Maritimes et mort le à Garons, Gard, est un acteur français. Il a tourné dans plus de 120 films, principalement en France mais aussi aux États-Unis et en Italie.

BiographieModifier

Son père tient le restaurant "La Poularde" à Nice.

Marcel Pagnol découvre Raymond Pellegrin en 1943 alors que celui-ci jouait, à Monte-Carlo, le rôle de Topaze avec une troupe de théâtre niçoise[1].

Outre Marcel Pagnol, Sacha Guitry lui a confié le rôle de Napoléon en 1955 role qu'il reprendra pour la Caméra explore le temps à la télévision française; il a aussi tourné beaucoup de films noirs, dont un avec Jean-Pierre Melville.

Sa voix, qualifiée par Dominique Zardi de « plus belle voix du cinéma français », a servi pour le doublage du personnage de Fantômas, le génie du crime, dans les trois films réalisés par André Hunebelle. Jean Marais incarnant le personnage.

Après un premier mariage avec l'actrice Dora Doll, il a passé la plus grande partie de sa vie avec l'actrice Gisèle Pascal, rencontrée en 1946, dont il a une fille, Pascale Pellegrin (1962-2018), actrice.

Dans les années 80, il incarne « Monsieur Kovalic », le méchant de la saga Châteauvallon.

Il est enterré au cimetière de Sillans-la-Cascade (Var) avec son épouse Gisèle Pascal.

FilmographieModifier

1943 à 1949Modifier

1950 à 1959Modifier

1960 à 1969Modifier

1970 à 1979Modifier

1980 à 1989Modifier

1990 à 1999Modifier

2000 à 2007Modifier

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. Raymond Castans, Marcel Pagnol, éditions de Fallois, 1995, p. 306

Voir aussiModifier