Ouvrir le menu principal
Raymond Moisset
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Mouvement

Raymond Moisset est un artiste peintre de l'École de Paris[1], expressionniste, puis, à compter du début des années 1950[2], abstrait. Il est né à dans le 18e arrondissement de Paris de père morvandeau et de mère boulonnaise[3] le 21 mai 1906, mort le 15 avril 1994. Il repose au cimetière de Saint-Maurice (Val-de-Marne)[4].

BiographieModifier

Raymond Moisset fut dans les années 1920 élève de l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art. On le dit néanmoins autodidacte dans le domaine de la peinture (« Sa grande école sera la rue » est-il dit[3]) qu'il travailla essentiellement en solitaire jusqu'en 1936 (première exposition personnelle et premier salon à Paris en 1934), même s'il fréquenta les académies libres montmartroises.

Vers 1935, avec entre autres Pierre Tal-Coat, André Marchand, Georges Rohner et Robert Humblot, il forme le groupe des Forces Nouvelles qui dénonce toute prétention intellectuelle de la peinture, ne donnant d'autre vocation à celle-ci que de procurer une émotion au travers de l'humble réalité des choses[5]. C'est dans cet esprit que Raymond Moisset restera l'ami de Francis Gruber, rencontré en 1936, jusqu'à la mort prématurée de ce dernier en 1948, et que jusqu'en 1950 il sera le peintre d'une réalité quotidienne, quoique ordonnancée dans sa composition. On perçoit alors que « Raymond Moisset, dans ses compositions, s'essaie à des déformations expressives imprégnées de l'amour du Greco, amour que le peintre tient à affirmer »[6].

Jean-Jacques Lévêque évoque Raymond Moisset parmi les peintres qui, à compter de 1942 et toutes expressions confondues, soutiennent et accompagnent Gaston Diehl dans son refus de soumission de l'art à l'idéologie occupante. Ce mouvement (où notre artiste côtoie tout autant ses anciens amis Francis Gruber, Georges Rohner et André Marchand que le surréaliste Lucien Coutaud ou les abstraits Alfred Manessier et Gustave Singier) aboutira à la création du Salon de Mai dont Raymond Moisset sera, dès la première manifestation de 1945 et durant vingt-cinq années, exposant régulier[7].

La première toile abstraite de Raymond Moisset est identifiée par Lydia Harambourg comme étant son envoi de 1950 au sixième Salon de Mai[1]. Ce passage à l'abstraction, également situé par Michel Seuphor en 1950[8], n'est cependant pas net, tranché, absolu[Note 1]: À partir d'une palette réduite à quelques couleurs éclatantes, Raymond Moisset va donner alors à une réalité toujours discernable (ses Nus plantureux des années 1970, cités par Jean-Pierre Delarge[2]) des rythmes qui, à l'instar de chez Édouard Pignon (période des Nus roses) ou de chez Jean Messagier deviendront progressivement la fin en soi du tableau sans pour autant occulter totalement une figuration sous-jacente, une intention de représentation.

Expositions personnellesModifier

  • Galerie Carmine, Rue de Seine, Paris, 1934, 1935.
  • Galerie Charpentier, Paris, 1936.
  • Galerie Bernheim-Jeune, 1939.
  • Galerie Breteau, Paris, 1946.
  • Galerie Blumenthal, Paris, 1962.
  • Galerie Birch, Copenhague, 1963.
  • Galerie Beno d'Incelli, Paris, 1968.
  • Raymond Moisset, œuvres des années 50-60, Galerie Jacques Barbier, Paris, novembre-décembre 1986[9].
  • Galerie Arnoux, Paris, février 1988.
  • Galerie Jacques Barbier, Paris, 1989.
  • Rétrospective Raymond Moisset, Maison des arts et loisirs, Sochaux, février-mars 1989.

Expositions collectivesModifier

Réception critiqueModifier

  • « Cette absence de prétention, cet accent direct situent la qualité d'un effort qui a pris place entre Gruber et Tal-Coat. » - Gaston Diehl[12]
  • « Moisset peint la lumière. Il indique les lignes et les accents sans jamais appuyer plus qu'il ne convient pour préserver l'unité du tableau. La matière translucide de ses toiles, à peine soutenue par quelques opacités ou quelques ombres, est toute lumières et chaleur. » - Roger van Gindertael[13]
  • « C'est un hymne à la déesse du jour, une sorte de cantique lyrique, mais d'une rigueur de composition, d'une justesse de touche à vous laisser pantois! C'est vraiment une œuvre qui marque. » - Jean Bouret[14]
  • « Les toiles de Moisset exaltent le nu comme la fusée d'un feu d'artifice somptueux, sur un thème qui a été celui de Rubens, le triomphe de la chair féminine... L'apparence a disparu au profit d'un réel de taches. » - Jean Bouret[15]
  • « Raymond Moisset, artiste d'une maîtrise surprenante dans le maniement des couleurs, à l'imagination sans cesse en éveil, turbulent dans sa quête d'une vitalité qui ne se dément pas.... » - Gérard Xuriguera[16]
  • « Un peintre solitaire toujours en quête d'une expression nouvelle dans une abstraction tout ensemble savante et spontanée engendrée par un paysage, et qui recrée, sous la légèreté du pinceau, les rythmes essentiels de la nature. » - Gérald Schurr[9]
  • « Raymond Moisset relit et reconstruit le nu féminin à la manière des glyphes aztèques. Ses formes sont hybrides[...], on y retrouve la chaleur des couleurs chaudes et vives des codex méso-américains. La forme remplit et sature le rectangle de la toile, comme les glyphes aztèques et mayas le font du carré virtuel qui leur est imparti. » - Gilles Guias[11]

Musées et collections publiquesModifier

BibliographieModifier

  • Gaston Diehl (sous la direction de), Les problèmes de la peinture, Éditions Confluences, 1945.
  • Michel Seuphor, Dictionnaire de la peinture abstraite, Hazan, 1957.
  • Michel Courtois, Moisset, peintures et pastels, édité par Galerie Blumenthal, Paris, 1962.
  • Bernard Dorival (Sous la direction de), Peintres contemporains, Mazenod, Paris, 1964.
  • Michel Ragon et Michel Seuphor, L'art abstrait (5 volumes), Maeght éditeur, 1973 (Vol. 1 à 3), 1974 (Vol. 4), 1988 (Vol. 5). Voir vol. 3 à 5.
  • Gérard Xuriguera, Regard sur la peinture contemporaine, Arted, 1983.
  • Gérard Xuriguera, Les années 50 - Peintures, sculptures, témoignages, Arted, 1984.
  • Moisset, œuvres des années 50-60, édité par Galerie Jacques Barbier, Paris, 1986.
  • Gérard Xuriguera, Le dessin, l'aquarelle, le pastel dans l'art contemporain, Mayer, 1987.
  • Catalogue Juin de l'abstraction, Paris, juin 1987.
  • Lydia Harambourg, Raymond Moisset, toiles de 1947 à 1965, édité par Galerie Arnoux, Paris, 1988.
  • Raymond Moisset, peintures, édité par Maison des arts et loisirs, Sochaux, 1989.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris - 1945-1965 - Dictionnaire des peintres, Éditions Ides et calendes, 1993, pages 345 et 346.
  • Lydia Harambourg, Hommage à Raymond Moisset, dans le Catalogue du Salon des réalités nouvelles, 1995.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999 (tome 9, page 708).
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001, page 866.
  • Gilles Guias, Mythes en abîme, Cynorrhodon - FALDAC, 2013. Voir Raymond Moisset dans chapitre Les Aztèques page 37[11].

NotesModifier

  1. Ainsi, dans son livre De la révolte à la renaissance (Gallimard, collections idées, 1973), Georges Mathieu situe encore Raymond Moisset parmi les peintres résolument figuratifs (page 16).

RéférencesModifier

  1. a et b Lydia Harambourg, l'École de Paris - 1945-1965 - Dictionnaire des peintres, Ides et calendes, 1993.
  2. a et b Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modermes et contemporains
  3. a et b Biographie de Raymond Moisset établie par la ville de Sochaux Site musée virtuel ville de Sochaux.
  4. Le cimetière de Saint-Maurice, personnalités y reposant
  5. Forces nouvelles, lire la définition historique proposée par la Papillon Gallery, Los Angeles
  6. Le Figaro littéraire, Raymond Moisset chez Jean Dufresne, édition du samedi 20 mai 1939.
  7. Jean-Jacques Lévêque, Gaston Diehl, un critique dans la tourmente Revue Roger Toulouse/Musée des beaux-arts d'Orléans, n°5. septembre 2000.
  8. Michel Seuphor, Dictionnaire de la peinture abstraite, Hazan, 1957.
  9. a et b Gérald Schurr, « Les expositions : Raymond Moisset », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°40, 14 novembre 1986, page 90.
  10. Catalogue Juin de l'abstraction, Paris, 1987.
  11. a b et c Gilles Guias, Mythes en abîme, accès à la publication Cynorrhodon - FALDAC, 2013 [PDF]. Voir Raymond Moisset pages 39 à 41.
  12. Gaston Diehl, Catalogue de l'exposition Raymond Moisset, Galerie René Breteau, 1946.
  13. Roger van Gindertael, revue Les beaux-arts de Bruxelles, 20 février 1956.
  14. Jean Bouret, Exposition Raymond Moisset à la Galerie Heller, dans Franc-Tireur, 16 février 1956, .
  15. Jean Bouret, Les Lettres françaises, 4 décembre 1968.
  16. Gérard Xuriguera, Regard sur la peinture contemporaine, Arted, 1983, page 38.
  17. Raymond Moisset dans la collection de la mairie de Sochaux Site musée virtuel ville de Sochaux;

Liens externesModifier