Rava (Amora)

(Redirigé depuis Rava (amora))

Rav Abba ben Yossef bar Ḥama (vers 280 - 352 EC), plus connu sous le nom de Rava (hébreu : רבא) est un docteur du Talmud babylonien de la quatrième génération dont il est l’un des principaux dirigeants. Fils de Rav Yossef, scholarque de Poumbedita dont il hérite une fortune considérable, il a pour maître principal Rav Nahman. Le Talmud l’oppose souvent à Abaye dans des discussions sur des « anicroches » considérées comme le sommet en matière d’examen de loi et droit talmudique — Rava fait le plus souvent montre d’une ligne souple et pragmatique, l’emportant systématiquement sur son collègue sauf en six points de loi. Après la mort d’Abaye, il déplace l’académie talmudique à Mahoza, et la dirige pendant quatorze ans.

Rava (Amora)
Biographie
Naissance
Al-Mada'in (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Autres informations
Religion
Maître
Rabbah bar Nahmani (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Éléments biographiquesModifier

Rava est né vers 280 EC à Mahoza (une banlieue de Ctésiphon, la capitale de Babylone ), où son père était un savant riche et distingué. Dans sa jeunesse, il est allé à Soura, où il assista aux conférences de Rav Chisda et étudia avec Rami bar Hama . Environ dix ans après la mort de Rami, Rava épousa sa veuve, la fille de Rav Chisda[1]. On raconte que la fille de Rav Chisda était assise dans la classe de son père, tandis que ses élèves, Rava et Rami bar Hama, se tenaient devant eux. Lorsque Rav Chisda lui demanda lequel des deux elle voulait épouser, elle répondit «les deux», et Rava ajouta: «Je serai le dernier» (les commentateurs nous ont fait savoir qu'elle avait en effet épousé Rami en premier et Rava en second)[2]. Ils eurent cinq fils, dont l'aîné, Joseph, mourut du vivant de ses parents.

Rava étudia à l'Académie talmudique de Pumbedita (site de Falluja) en Irak. Les professeurs de Rava étaient Rav Yosef, Rabbah et principalement Rav Nachman (qui vivait à Mahoza). Son principal compagnon d'étude était Abaye. Ils avaient à peu près le même âge et tous deux développèrent la méthode dialectique que Rav Judah et leur professeur Rabba avaient établie dans leurs discussions sur la tradition. Leurs débats sont devenus connus sous le nom de "Havayot de-Abaye ve-Rava"[3].

Rava bénéficia de la protection spéciale de la mère de Shapur II, le roi régnant de Perse[4]. Pour cette raison, et en échange d'une grosse contribution financière à la cour du roi, qui fut tenue secrète[5], il réussit à rendre les oppressions de Shapur envers les Juifs en Babylonie moins sévères.

Quand, après la mort de Rav Yosef, Abaye fut choisi à la tête de l'Académie de Pumbedita (Horayot 14a), Rava fonda sa propre école à Mahoza. De nombreux élèves, préférant ses cours à ceux d'Abaye et le suivirent[6]. Après la mort d'Abaye, Rava fut élu directeur de l'école et l'académie fut transférée de Pumbedita à Mahoza. Celle-ci dvint alors le seul siège de l'enseignement juif en Babylonie.

Selon Sherira Gaon, Rava est mort en 352 CE.[7] Certains textes du Talmud disent qu'il est mort à 40 ans, étant l'un des descendants d'Eli qui ont été maudits de mort prématurée[8]. Mais selon toute vraisemblance, la version correcte du texte se réfère à Rabbah et non à Rava[9].

EnseignementsModifier

HalakhaModifier

Les débats entre Rava et Abaye sont considérés comme des exemples classiques de la logique dialectique talmudique. Sur les centaines de litiges enregistrés, la loi est décidée selon l'opinion de Rava dans tous les cas sauf six. Sa méthodologie a grandement influencé non seulement ses étudiants, mais aussi le stammaim[10]. Rava était considéré comme une autorité plus grande qu'Abaye, et dans les cas où il y avait une divergence d'opinion entre eux, Rava était généralement suivi. Il n'y a que six cas dans lesquels la décision d'Abaye a été préférée[11]. Rava alliera "la conscience pratique du quotidien" à ses enseignements, tandis que les enseignements d'Abaye reposaient uniquement sur "la logique cohérente et systématique de l'interprétation halakhique"; ainsi halakha a été décidé comme Rava dans presque tous les cas.[12]

Rava occupait une position de premier plan parmi les enseignants de la halakha. Il établit de nombreuses décisions et règles, en particulier dans la loi cérémonielle[13]. Il s'est efforcé de diffuser la connaissance de la halakha en l'exposant dans des conférences publiques. Beaucoup de ses décisions ont été tirées de tels discours publics.[14] Il était un maître de l'exégèse halakhique, y ayant souvent recours pour démontrer l'autorité biblique sous-jacente aux réglementations légales. Il a adopté certains principes herméneutiques qui étaient en partie des modifications d'anciennes règles et en partie les siens. [15]

Rava a apparemment dû répondre à un scepticisme profondément ancré envers l'autorité rabbinique et défendre l'authenticité de la tradition orale rabbinique. Le scepticisme du judaïsme mahozan a été alimenté par l'acceptation de la polémique manichéenne contre le zoroastrisme et son insistance sur la transmission orale, et par une forte préoccupation pour le problème de la théodicée, encouragée par une familiarité avec la théologie zoroastrienne. La créativité de Rava fut alimentée par son environnement urbain cosmopolite. Par exemple, il a statué que celui qui mangeait habituellement certains aliments non casher parce qu'il aimait le goût était néanmoins digne de confiance en tant que témoin dans des affaires impliquant des affaires civiles. Il a également suggéré qu'un objet perdu appartient à la personne qui le découvre avant même que le perdant n'ait pris conscience de sa perte, car cela empêchait le perdant de recourir aux tribunaux urbains pour tenter de récupérer sa propriété et éliminait la période d'incertitude de possession. Elle a également conduit au concept juridique selon lequel « l'abandon [psychologique] futur [de la possession] sans connaissance [de la perte] est [néanmoins comptabilisé rétrospectivement] comme un abandon ». En fin de compte, les vues de Rava ont été décisives pour façonner l’approche de Talmud Bavli du problème de la théodicée, du midrash juridique et de la conceptualisation, qui sont tous en contraste frappant avec le Talmud Yerushalmi[16] .

HaggadahModifier

Rava était aussi prééminent dans la haggadah que dans la halakha. En plus des conférences à ses élèves, il avait l'habitude de tenir des discours publics, dont la plupart avaient un caractère haggadique[17]. La majorité de ces exposés, qui contiennent fréquemment des maximes et des proverbes populaires[18], réfèrent aux premiers livres du Ketuvim - Psaumes, Proverbes, Job, Cantique des Cantiques et Ecclésiaste.

Bacher en déduit à juste titre que les conférences haggadiques de Rava ont été prononcées en relation avec l'office de l'après-midi du shabbat - au cours duquel, selon une coutume observée à Nehardea, et plus tard probablement à Mahoza, des parashiyyot ont été lus dans les Ketuvim[19]. Rava a donc joint son discours haggadique à la section biblique qui avait été lue.

L'étude de la Torah est un sujet fréquent de la haggadah de Rava. Dans le jugement après la mort, chaque homme sera obligé de dire s'il a consacré certains temps à l'étude et s'il a poursuivi avec diligence la connaissance de la Loi, s'efforçant de déduire le sens d'un passage d'un autre[20]. La Torah, à son avis, est un médicament qui donne la vie à ceux qui s'y consacrent avec la bonne intention, mais un poison mortel pour ceux qui ne s'en prévalent pas correctement[21]. « Un vrai disciple de la sagesse doit être droit ; et son intérieur doit s'harmoniser avec son extérieur ». Rava insiste fréquemment sur le respect dû aux professeurs de la Loi[22], les méthodes d'étude appropriées[23], et les règles applicables à l'instruction des jeunes.[24] De plus, la haggadah de Rava discute fréquemment des personnages de l'histoire biblique[25].

MysticismeModifier

Rava a été secrètement initié, probablement par son professeur Rav Yosef, à l'ésotérisme haggadique[26], un certain nombre de ses enseignements étant teintés de mysticisme[27]. On dit qu'il a créé un golem et l'a envoyé au Rav Zeira[28]. Une fois, il a souhaité donner une conférence à l'académie sur le Tétragramme, mais un vieil homme l'a empêché, lui rappelant qu'une telle connaissance doit être gardée secrète[29].

CitationsModifier

  • La récompense de la participation à une discussion halakhique est son raisonnement, sa logique [pas les conclusions pratiques][30].
  • Soit l'amitié (havruta), soit la mort. (dicton populaire) [31]
  • Avant que je fusse formé, je ne méritais pas d'être formé, et maintenant que j'ai été formé, je ne le mérite toujours pas, car c'est comme si je n'avais pas été formé. Je suis poussière dans ma vie, et à plus forte raison, serais-je poussière dans ma mort[32].
  • Une lampe éclaire un, une lampe éclaire cent[33].

RéférencesModifier

  1. Yevamot 34b
  2. Bava Batra 12b
  3. Sukkah 28a
  4. Ta'anit 24b
  5. Hagigah 5b
  6. Bava Batra 22a
  7. (en) Sherira Gaon (trad. Nosson Dovid Rabinowich), The Iggeres of Rav Sherira Gaon, Jerusalem, Rabbi Jacob Joseph School Press - Ahavath Torah Institute Moznaim, (OCLC 923562173), p. 105
  8. Avodah Zarah 19b; Rosh Hashana 18a (according to the wording preserved by Rashi)
  9. Rashi (on Rosh Hashana 18a) and Tosafot (on Yevamot 105a) write that Rava was not a kohen, and thus not descended from Eli. Other arguments suggest that Rava was not a kohen. When he said that he would marry the daughter of Rami bar Hama after Rami did (Bava Batra 12b), he presumably did not mean to curse Rami to die, in which case he had in mind to marry her as a divorcee, which would be forbidden to a kohen. In addition, he instructed his sons not to marry converts (Brachot 8b), an instruction which would be superfluous for a kohen, as all kohanim are forbidden to marry converts. In addition, he once visited Rav Huna's deathbed (Moed Kattan 28a), which a kohen would not do to avoid being under one roof with a corpse.
  10. « An Intro to the Stam(maim) », Drew Kaplan's Blog, Blogspot, (consulté le 31 janvier 2010)
  11. Kiddushin 52a
  12. Michael Avi Yonah, Atlas Karta leTekufat Bayit Sheni, haMishna, vehaTalmud, p.100
  13. e.g., Hullin 42b, 43b, 46b, 47a,b; Pesachim 30a
  14. Eruvin 104a; Shabbat 143a; Pesachim 42a; Bava Batra 127a
  15. Compare Bacher, "Ag. Bab. Amor." pp. 131-132
  16. Yaakov Elman, "The Babylonian Talmud in Its Historical Context", in Printing the Talmud: From Bomberg To Schottenstein, ed. Sharon Liberman Mintz & Gabriel M. Goldstein (New York City: Yeshiva University Museum, 2006), 26-27.
  17. e.g., Sanhedrin 107a, 108b, 109a; Hagigah 3a, 15b; Eruvin 21b; et al.
  18. compare Bacher, l.c. pp. 124 et seq.
  19. Shabbat 116b; Rapoport, "Erekh Millin", pp. 170 et seq.
  20. Shabbat 31a
  21. Yoma 72b
  22. e.g., Sanhedrin 99b; Shabbat 23b
  23. Avodah Zarah 19a
  24. Bava Batra 21a
  25. Sanhedrin 108b; Bava Batra 123a; Sotah 34b; etc.
  26. Bacher, l.c. p. 130
  27. See especially Sanhedrin 65b
  28. Sanhedrin 65b
  29. Pesachim 50a
  30. Berakhot 6b
  31. Ta'anit 23a
  32. Berakhot 17a
  33. Shabbat 122a

  Cet article contient des extraits de l'article « RABA (B. JOSEPH B. ḤAMA) » de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906 dont le contenu se trouve dans le domaine public.

Liens externesModifier