Ouvrir le menu principal

Le Rassemblement des musulmans de France est créé le 13 janvier 2006, il regroupe des dissidents de la Fédération nationale des musulmans de France. Le rassemblement veut « contribuer à faire émerger un islam modéré, tolérant et respectueux des lois de la République, un islam du juste milieu », et est proche du Maroc. Son président est Taoufiq Sebti puis Anouar Kbibech, alors que son vice-président est Mohammed Moussaoui.

HistoireModifier

Créé le 13 janvier 2006, le Rassemblement des musulmans de France (RMF) est un mouvement pro-marocain[1], qui annonce vouloir « contribuer à faire émerger un islam modéré, tolérant et respectueux des lois de la République, un islam du juste milieu »[2]. Un colloque réunissant 250 membres du RMF se tient le 23 février 2008 à Marrakech (Maroc). En mai 2008, le RMF publie un communiqué pour confirmer sa candidature à la présidence du Conseil français du culte musulman (CFCM) sans donner le nom de son candidat. Le 8 juin 2008, le Rassemblement des musulmans de France obtient 43,2 % aux élections des conseils régionaux du culte musulman[3].

Le 22 juin 2008, Mohammed Moussaoui, du Rassemblement des musulmans de France, est élu président du CFCM[4], et le reste jusque juin 2013 (avec un scrutin intermédiaire en 2011 où il obtient 62 % des voix[1]). Les autres courants importants au sein des musulmans de France sont l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans, la Fédération de la Grande mosquée de Paris (FNGMP), proche de l'Algérie[1], et le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF). C'est une des particularités de la communauté musulmane en France d'être organisée par des fédérations ayant des liens forts avec des puissances ou des mouvements étrangers[5].

Le 30 juin 2015, Anouar Kbibech, président du Rassemblement des musulmans de France, devient à son tour président de l'institution[6],[7].

RéférencesModifier

  1. a b et c « Musulmans de France : le RMF, pro-marocain, remporte les élections », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. Aude Mazoue, « Conseil français du culte musulman : les élections de la discorde », France 24,‎ (lire en ligne)
  3. « Conseil français du culte musulman : le RMF, soutenu par le Maroc, en tête des élections », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. « Mohammed Moussaoui élu président du Conseil français du culte musulman », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. Franck Frégosi et Stéphanie Le Bars, « Il ne fait pas bon être indépendant dans l'islam de Francen », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. Anne-Bénédicte Hoffner, « Anouar Kbibech, un homme de dialogue à la tête du CFCM », La Croix,‎ (lire en ligne).
  7. Bernadette Sauvaget, « Islam de France: Anouar Kbibech dans la tempête », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 5 novembre 2018).

Liens externesModifier