Ouvrir le menu principal

Rassemblement Wallonie France

parti politique belge

Rassemblement Wallonie France
Rassemblement Bruxelles France
Image illustrative de l’article Rassemblement Wallonie France
Logotype officiel.
Présentation
Président Paul-Henry Gendebien
Fondation
Siège R.W.F.
38, Jevigné
4990 Lierneux
Idéologie Pluralisme, réunionisme républicanisme[1]
Couleurs Bleu, Blanc et Rouge
Site web http://www.rwf.be

Le Rassemblement Wallonie-France (R.W.F.) est un parti politique francophone belge dont la section bruxelloise se nomme le Rassemblement Bruxelles-France (R.B.F.). Il milite pour le réunionisme, c'est-à-dire la réunion à la République française des régions majoritairement francophones : les régions wallonne et bruxelloise, ainsi que les six communes de la périphérie bruxelloise à facilités linguistiques se trouvant en Région flamande.

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Carte de la France continentale et de la Wallonie et Bruxelles réunies.

Défenseur des valeurs républicaines, démocratiques, sociales et pluralistes, ce parti a été fondé le à Charleroi.

Le R.W.F. a été créé sur la base d'un rapprochement entre le Rassemblement wallon (RW) d'André Libert avec l'Alliance Démocratique Wallonne (A.D.W.) formée en 1985 au sein du Parti social-chrétien (PSC) de Paul-Henry Gendebien (ancien président du Rassemblement wallon) et le Mouvement Wallon pour le Retour à la France (R.F.) présidé par Maurice Lebeau.

Aux seules élections législatives fédérales de 2003, ce parti s'est présenté sous le sigle « RWF-RBF ». Il s'est par contre présenté depuis sous le signe unique « RWF » lors des législatives de 2007 et obtient 1,5 % des voix au Sénat contre 1,2 % à la Chambre, en Wallonie[2].

Le R.W.F. est présent à chaque élection en Wallonie et à Bruxelles. À l'occasion des élections régionales et européennes du , il dépose des listes complètes dans tous les arrondissements de Wallonie et de Bruxelles et pour l'Europe, obtenant 1,37 % des suffrages pour le Parlement wallon contre 0,43 % pour l'élection du Parlement européen[3].

Avenir du RWFModifier

Le R.W.F. est refondé en 2010 sur proposition du président Paul-Henry Gendebien et du bureau exécutif.

En , le congrès statutaire a élu Laurent Brogniet comme nouveau président du R.W.F. Paul-Henry Gendebien devient président fondateur. De nouveaux statuts ont été soumis à l'approbation des congressistes.

Lors d'une réunion le 10 janvier 2015 à Namur, Laurent Brogniet démissionne de la présidence. Un groupe de rénovateurs est chargé d'envisager l'avenir du parti. Il n'en est rien sorti de concret. Le parti est la propriété intellectuelle de Paul-Henry Gendebien et Laurent Brogniet. Le site www.rwf.be est toujours actif.

Le R.W.F. ne se présentera pas aux élections législatives de 2019. Il estime qu'il a accompli sa tâche principale : faire passer le message d'une alternative crédible au sein de la population wallonne et de la classe politique qui compte de nombreux partisans du rattachement à la France en cas de disparition de l’État belge.

Autour du parti politiqueModifier

Bien que le parti Rassemblement Wallonie-France ait récolté un nombre insuffisant de voix aux dernières élections, l'hypothèse d'un rattachement franco-wallon a fait de plus en plus parler d'elle sur les réseaux sociaux[4],[5], en raison des dernières aspirations indépendantistes de l'Écosse et de la Catalogne, qui ont implicitement rappelé le cas du séparatisme flamand[6],[7],[8],[9]. De nombreux sites et forums alternatifs ont contribué à cette popularité en organisant plusieurs sondages pour connaître l'opinion des internautes, qui reste très partagée.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier