Raoul du Gardier

peintre français
Raoul du Gardier
Fonction
Peintre officiel de la Marine
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
PornicVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Maîtres
Genre artistique

Raoul du Gardier né le à Wiesbaden (Allemagne) et mort le à Pornic (Loire-Atlantique) est un peintre français.

Peintre voyageur, son œuvre est constituée de nombreuses marines et scènes orientalistes.

BiographieModifier

Sa jeunesseModifier

Ne a Wiesbaden[1],[2], Raoul du Gardier est l'aîné d'une famille de cinq enfants de la noblesse de province[note 1] apparentée au peintre et architecte Félix Thomas, ainsi qu'au compositeur Gaston Serpette. Il passe une enfance paisible en dépit d'une tuberculose pulmonaire qui lui aurait été transmise par sa nourrice. À l'adolescence, sa famille déménage à Paris où il se fait soigner. Ces « soins » amènent le corps médical à pratiquer une opération de castration destinée — selon les connaissances médicales de l'époque — à éradiquer sa tuberculose. En 1888, le bac obtenu, il décide de se consacrer à la peinture et rejoint les Beaux-Arts de Paris[note 2],[3].

Le peintreModifier

Élève de Théobald Chartran, d'Albert Maignan et de Gustave Moreau[1],[2],[4], Raoul du Gardier expose au Salon des artistes français à partir de 1893 (Œdipe et le Sphinx), est distingué par une mention honorable en 1897 et en devient sociétaire à partir de 1900[4]. Quelques-unes de ses œuvres intègrent alors la collection de Charles Hayem, un proche de Gustave Moreau[5]. Il installe son atelier au 12, boulevard du Montparnasse à Paris et accumule alors les distinctions en tant que peintre et graveur. En 1897, à l'occasion d'un voyage en Algérie où sa famille possède des vignobles[note 3], il se lie d'amitié avec le peintre belge Henri Evenepoel, lequel souffre comme lui d'une maladie pulmonaire l'obligeant à effectuer des séjours réguliers dans des pays chauds. Une médaille de bronze lui est décernée à l'Exposition universelle de 1900 pour son tableau Les Femmes kabyles[4].

Comme d'autres anciens élèves de Gustave Moreau, il participe au Salon d'automne créé en 1905 en tant que membre fondateur du Salon, et y expose deux portraits: no 608 : Portrait de Mlle D. et no 609 : Portrait de M. G. de G.[6]. En 1911, il se rend en Turquie.

En 1914, il s'engage dans l'armée et sera notamment le chauffeur du général Foch ainsi que du maréchal Franchet d'Espérey[3],[note 4].

La fin de la Première Guerre mondiale marque ses premiers succès commerciaux. Raoul du Gardier collabore à de nombreuses revues qui publient ses tableaux et ses aquarelles. En 1920, son frère, Pierre-Charles du Gardier, est nommé consul général de France à Suez[note 5] puis à l'Île Maurice. De 1920 à 1930, Raoul du Gardier entame alors une série de voyages en Égypte et dans l'Océan Indien. Il fournit à cette époque à Pierre Mille des aquarelles pour illustrer ses articles relatifs à l'Égypte destinés à L'Illustration.

La qualité de son travail lui permet d'être nommé peintre de la Marine le [note 6]. Ce statut, ainsi que des moyens financiers le mettant à l'abri du besoin, l'amènent à réaliser alors deux tours du monde qui seront autant de sources d'inspiration[3]. En , il embarque à Marseille sur le croiseur Général Duquesne[note 7] pour un périple de trois mois jusqu'à l'Île Maurice. Il illustre avec le peintre et illustrateur Charles Fouqueray (1872-1958) Les Belles Croisières Françaises de Paul Chack en 1929 et participe en 1932 à la décoration du Normandie (paquebot). En 1933, la Marine nationale le sollicite afin de décorer le bâtiment Vauban du cercle naval de Toulon. Charles Fouqueray fait également partie des artistes travaillant aux décors de ce bâtiment. En 1936, il devient peintre de l'Air[3].

Outre l'Égypte, il découvre également les colonies françaises, l'Algérie française, le Maroc, Djibouti, le Liban, l'Île Maurice (ancienne colonie), La Réunion et les Comores notamment. Sa peinture orientaliste témoigne alors de l'expansion de la France dans le monde et lui assure une importante notoriété et une grande prospérité[3]. Il vit à Paris au 2, rue Rosa-Bonheur et y mène une vie mondaine. L'été, il rejoint son frère Pierre-Charles qui possède une imposante demeure à Pornic, le long de la côte, la villa Magdalena. Il y installe un atelier dans une dépendance[note 8] face à la mer où il produit de nombreuses scènes marines évoquant la douceur de vivre de l'entre-deux-guerres — promenades en bateau dans la baie de Bourgneuf, élégantes sur la plage, enfants jouant dans la mer, luxueux paquebots, scènes portuaires…[3]. Certains artistes, tels que le peintre orientaliste Fernand Lantoine (1876-1955), ou son ami Edgar Maxence y séjournent.

Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale marque le déclin de sa santé. Il n'est désormais plus en mesure de se déplacer de manière autonome, ni de peindre ; sa gouvernante, victime d'un accident de la circulation à Paris, n'est plus en mesure de l'assister. Très diminué, sans revenus, il quitte son atelier de l'avenue de Tourville à Paris pour rejoindre Pornic, qu'il ne quittera désormais plus. À la villa Magdalena, il héberge à partir de 1940 son ami Charles Fouqueray qui a dû fuir Brest, après avoir échappé aux Allemands[note 9]. Son frère, Pierre-Charles, avec qui il entretenait une grande complicité[note 10], meurt en 1950[3].

Devenu impotent, il est placé en 1952 dans un hospice où il meurt le . Il est enterré, avec son frère, au cimetière de Sainte-Marie-sur-Mer[3].

L'œuvre du peintreModifier

En 1948, une vente des œuvres de Raoul du Gardier est organisée[note 11]. À sa mort en 1952, faute de descendance et de galeriste pour le défendre, son œuvre tombe dans un relatif oubli. Pendant plus d'un demi-siècle, aucune monographie, aucune exposition ne lui sont consacrées. La redécouverte des œuvres de Raoul du Gardier est due au retour en grâce à la fin du XXe et au début du XXIe siècle des peintres orientalistes et à l'émergence du concept de « peintres voyageurs (en) ». On redécouvre en Raoul du Gardier le simple plaisir de peindre, la joie de la couleur, de la lumière, de sujets traités sans préciosité, de scènes prises sur le vif, sans chercher à paraître moderne mais avec un sens du cadrage photographique[note 12].

Ses œuvres lumineuses et élégantes évoquent le bonheur de vivre de l'entre-deux-guerres. Dans une lettre à l'historien Pierre Chaigne, Gabrielle du Gardier, nièce de Raoul écrit dans ses mémoires de son oncle : « Il a su rendre le reflet doux et tranquille d'une époque suspendue aux dernières lueurs d'une société en sursis »[3].

Les toiles de Raoul du Gardier sont généralement signées indifféremment en bas à droite ou à gauche « R. du GARDIER ». Il s'agit, le plus souvent, de petits formats qu'on pouvait aisément glisser dans une malle de voyage.

ŒuvresModifier

  • Petits plongeurs de Djibouti[note 13], localisation inconnue.
  • Deux jeunes femmes sur le sable, Paris, musée du Louvre[7].
  • Le Lavage du pont, Marseille, musée Cantini[note 14].
  • Débarquement à Cotonou, Paris, musée du Quai Branly - Jacques-Chirac[note 15].
  • Le Sphinx et les dieux et Les Sirènes, exposés au Salon des artistes français de 1894[8], localisation inconnue.
  • Élégie, exposé au Salon des artistes français de 1895[9], localisation inconnue.
  • La Mer, exposé au Salon des artistes français de 1896[10], localisation inconnue.
  • Automne et Egipan, exposés au Salon des artistes français de 1897[11], localisation inconnue.
  • Portrait de Mlle D. F… et Sapho, exposés au Salon des artistes français de 1898[12], localisation inconnue.
  • Sapho, exposé au Salon angevin de 1899, localisation inconnue.
  • Sermon sur le bord du lac, exposé au Salon des artistes français de 1899[13], localisation inconnue.
  • Bateau de pêche, exposé au Salon angevin de 1900[14], localisation inconnue.
  • Femmes Kabyles, exposé au Salon des artistes français de 1900[15] ainsi qu'à l'Exposition universelle de 1900 (médaille de bronze), localisation inconnue.
  • Portrait de Miss Haygate, exposé au Salon des artistes français de 1901[16], localisation inconnue.
  • Femmes sur une plage, exposé au Salon des artistes français de 1902[17], localisation inconnue.
  • Portrait de jeune fille, exposé au Salon des artistes français de 1903[18], localisation inconnue.
  • Femme en blanc, sur la plage, exposé au Salon des artistes français de 1904[19][note 16], Limoux, musée Petiet[note 17].
  • Croisière, exposé au Salon des artistes français de 1905[20], localisation inconnue.
  • Sur la Tamise, exposé au Salon des artistes français de 1906[21], localisation inconnue.
  • Gondoles et Avenue du bois, exposés au Salon des artistes français de 1907[22], localisation inconnue.
  • Au bord de l'eau, exposé au Salon des artistes français de 1908[23], localisation inconnue.
  • Calme blanc, exposé au Salon des artistes français de 1909[24], Œuvre acquise en 1909 par Gari Melchairs pour les collections permanentes du musée Telfair Museums (en) Savannah, Géorgie[25]
  • Régates à Paimbœuf et Promenade au clair de lune, exposés au Salon d'automne de 1909, localisation inconnue.
  • Matinée d'été, exposé au Salon des artistes français de 1910[26], au Salon des beaux-arts de Lyon de 1914[27] et à l'Exposition universelle de 1915 à San Francisco, localisation inconnue.
  • L'Échelle de Karakeny et Vue de Constantinople, exposés au Salon des artistes français de 1911[28], localisation inconnue.
  • La Passagère, exposé au Salon des artistes français de 1912[29], localisation inconnue.
  • Sur le sable, exposé au Salon des artistes français de 1912[30], Versailles, hôtel de préfecture des Yvelines.
  • Au soleil, exposé au Salon des artistes français de 1913[31], localisation inconnue. Exposé et vendu au Salon d'Automne 1920 pour 800 FRF[3].
  • Les Baigneuses, exposé au Salon de Gand de 1913, localisation inconnue.
  • La Treille, exposé au Salon des artistes français de 1914, localisation inconnue.
  • Sous les voûtes de l'Amirauté, Alger, exposé au Salon des artistes français de 1919[32], localisation inconnue.
  • Les Enfants et la mare, exposé au Salon des artistes français de 1920, localisation inconnue.
  • Vent arrière, exposé au Salon des artistes français de 1926[33], localisation inconnue.
  • Hélène, Villa Magdalena, Pornic, à l'heure du bain, 1929, localisation inconnue.
  • Rade de Tamatave et Matelot noir, exposés au Salon des artistes français de 1932, localisation inconnue.
  • Le Bain de soleil et Jeune Femme passant sur la plage, exposés au Salon des artistes français de 1933[34], localisation inconnue.
  • La coquille aux Carolines, exposé au Salon des artistes français de 1935, localisation inconnue.
  • Calme Blanc, exposé au Salon des artistes français de 1938, localisation inconnue.
  • Nausicaa, exposé au Salon des artistes français de 1939[35], localisation inconnue.
  • Pirogues à balancier à Mahilé, Comores, Paris, musée du Quai Branly - Jacques-Chirac[note 18].
  • Dans l'ombre de la rue de Suez, au Caire, acquis par l'État pour le musée du Luxembourg, localisation inconnue.

ExpositionsModifier

IllustrationsModifier

Collections publiquesModifier

États-Unis
France

ÉlèvesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il est le fils d'Alfred-Antoine-Marie-Romain, vicomte Robert du Gardier, originaire d'Arc-en-Barrois (Haute Marne).
  2. Il quitte les Beaux-Arts en 1893 avec une mention honorable au concours trimestriel d'esquisses (1892) ainsi qu'une mention pour la peinture.
  3. Domaine de Saint-Léon à Ament el-Aïn, à côté d'Alger, propriété de Gaston Serpette
  4. Il sera d'ailleurs distingué en étant nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1920.
  5. Pierre-Charles du Gardier sera consul de France à Suez du au (cf. Pierre Fournié, Historique de la représentation diplomatique et consulaire de la France en Égypte du XIVe siècle à nos jours).
  6. Il sera promu peintre honoraire de la Marine le .
  7. Le Général Duquesne était un croiseur lourd, dit de première classe d'une longueur de 191 mètres qui navigua de 1925 à 1950. Ce bâtiment dérivait du Duguay-Trouin dont il conservait les bonnes qualités nautiques.
  8. Dépendance de l'actuelle villa Nausicaa.
  9. Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, Fouqueray est nommé responsable des services de camouflage de la flotte.
  10. Henry de Monfreid (1879-1974) écrivain français, décrit longuement cette amitié dans son roman La Croisière du hachich (Éditions Bernard Grasset, 1933) : « Du Gardier me présente son frère. Il est peintre, peintre des ministères ; il vient tous les ans peindre une série de tableautins de dimensions faciles à expédier dans la valise. C'est le portrait de son frère, moins les bésicles… Ces deux vieux garçons s'adorent avec tendresse, sous l'œil sévère de leur vieille gouvernante. On dirait qu'elle les débarbouille le matin, tant elle les traite en enfants irresponsables… L'artiste venait de rentrer de sa séance du matin, de dix heures à midi, comme il sied à un homme ponctuel qui a ses heures de bureau. il fut vertement admonesté à cause de ses chaussures encore mouillées et dut nous quitter pour aller en changer sur le champ… Comme son frère, il est décoré et, comme lui, très officiel. il a des médailles aux Artistes français, et collabore à L'Illustration. Il se permet seulement une cravate lavallière, comme insigne de sa profession, mais là se bornent ses “excentricités”, comme dit la gouvernante, très suffisantes, aux yeux du ministère pour rappeler la tradition du rapin romantique et proclamer l'esprit d'avant-garde de nos administrations… Un peu de violet dans les ombres de ses narines en fait un peintre moderne, mais là aussi se borne son audace “impressionniste” ».
  11. Vente aux enchères de Chantilly (1948).
  12. Son point de vue par rapport au sujet nous apparaît aujourd'hui très contemporain, il se positionne à hauteur d'œil ou en plongée, comme un photographe choisirait le cadrage en fonction du rapport exprimé avec son sujet, à la manière de Gustave Caillebotte. Certains dessins préparatoires à ses œuvres en témoignent : à partir d'un plan d'ensemble au crayon, il se rapproche de son sujet en apposant des touches de couleur à l'aquarelle ou à la gouache sur une partie du dessin initial, comme un cadrage resserré sur le sujet principal. Le tableau découle alors de la partie aquarellée du dessin.
  13. Enchère record de 103 900 euros frais inclus pour l'artiste lors de la vente Camard du à Drouot. Il figurait au catalogue de la 81e exposition de la Société des amis des beaux-arts de Bordeaux en 1937, no 212 et proposé pour la somme de 2 000 francs.
  14. Œuvre acquise en 1939.
  15. Œuvre acquise en 1932.
  16. Au salon de 1904, il reçoit une médaille de 3e classe et une mention honorable pour la gravure[4]
  17. Œuvre acquise par l'État et conservée initialement à Paris au musée du Luxembourg jusqu'à ce qu'en 1937, les collections soient transférées au nouveau musée d'art moderne. En dépôt depuis le au musée Petiet de Limoux.
  18. Œuvre acquise par l'État pur le fonds historique du musée national des arts d'Afrique et d'Océanie.
  19. Il y exposa la toile Matinée d'été (A Summer Morning dans le catalogue de l'exposition) qui avait été présentée au Salon des artistes français de 1910. Étaient également présentées à cette exposition des œuvres d'Antoine Bourdelle, Maurice Denis, Jean Gabriel Domergue, Charles Fouqueray, Paul Gauguin, Maximilien Luce, Albert Marquet, Maxime Maufra, Mathurin Méheut, Claude Monet, Auguste Rodin, Pierre-Auguste Renoir, Paul Signac, Henri de Toulouse-Lautrec, Édouard Vuillard, entre autres.
  20. Cette compétition se déroulait du au pendant les épreuves traditionnelles et récompensait les artistes dont les œuvres originales avaient un lien avec le sport. En 1932, plus de 1 100 œuvres d'art furent exposées, représentant 31 nations. L'exposition attira 384 000 visiteurs.
  21. Œuvres provenant du musée des Arts africains et océaniens.

RéférencesModifier

  1. a et b Charles Saunier, Anthologie d'art français - La peinture au XXe siècle, bibliothèque Larousse, (lire en ligne)
  2. a b et c Catalogue de l'exposition "L'Echappée belle, sites et monuments de Loire-Atlantique" à la Bibliothèque Nationale et au musée Dobrée rédigé par Claude Cosneau, Éditions ACL, (OCLC 19952013, lire en ligne), p. 154,185
  3. a b c d e f g h i et j Pierre Chaigne, « Un peintre à Pornic, Raoul du Gardier (1871-1952) », Bulletin de la Société des Historiens du Pays de Retz, no 16,‎ , p. 43–48
  4. a b c et d E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t. second D–L, Paris, Éditions Gründ, (lire en ligne), p. 375
  5. Léonce Bénédite, « Les disparus : Charles Hayem », La Revue du Bien dans la Vie et dans l'Art,‎ , p. 13–17 (lire en ligne)
  6. a et b Catalogue du Salon d'automne, (lire en ligne)p. 7, 80.
  7. a et b « Deux jeunes femmes sur le sable », sur louvre.fr (consulté le )
  8. Catalogue illustré de peinture et sculpture : Salon de 1894, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne) ,nos 660 et 661
  9. Catalogue illustré de peinture et sculpture : Salon de 1895, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),no 795
  10. Catalogue illustré de peinture et sculpture : Salon de 1896, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 84,no 872
  11. Catalogue illustré de peinture et sculpture : Salon de 1897, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),nos 698 et 699
  12. Catalogue illustré de peinture et sculpture : Salon de 1898, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),nos 875 et 876
  13. Catalogue illustré de peinture et sculpture : Salon de 1899, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),no 834, salle XXVI.
  14. no 169 du catalogue.
  15. Catalogue illustré de peinture et sculpture : Salon de 1900, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),no 561
  16. Catalogue illustré de peinture et sculpture : Salon de 1901, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),no 852
  17. Catalogue illustré du Salon de 1902, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),no 686
  18. Catalogue illustré du Salon de 1903, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),no 750
  19. Catalogue illustré du Salon de 1904, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),no 773
  20. Catalogue illustré du Salon de 1905, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 148,no 787
  21. Catalogue illustré du Salon de 1906, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 55,no 673
  22. Catalogue illustré du Salon de 1907, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 151,nos 667 et 668
  23. Catalogue illustré du Salon de 1908, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 138,no 719
  24. Catalogue illustré du Salon de 1909, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne),no 744
  25. a et b (en) Hollis McCullough, Telfair Museum of Art : collection highlights, University of Georgia press, (ISBN 0-933075-04-9 et 978-0933075047, présentation en ligne), p. 152–153
  26. Catalogue illustré du Salon de 1910, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 125,no 830
  27. Catalogue du Salon des beaux-arts de Lyon, ,no 277
  28. Catalogue illustré du Salon de 1911, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 86,no 789
  29. Catalogue illustré du Salon de 1912, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 57,no 749
  30. no 2408 du catalogue illustré.
  31. Catalogue illustré du Salon de 1913, Paris, Ludovic Baschet, (lire en ligne), p. 55,no 761
  32. Publié dans l'Illustration, no 3976, .
  33. Publié dans la revue l'Illustration du , p. 43.
  34. Publié dans la revue l'Illustration du .
  35. Publié dans l'Illustration, no 5019, .
  36. Catalogue de peinture, dessin, sculpture, gravure, architecture et arts décoratifs - exposés au Grand Palais des Champs-Élysées, , p. 35
  37. (en) « Exhibition of French art », American Art News, vol. 7, no 18,‎ , p. 3 (JSTOR 25590411)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier