Rakshasa

démon dans les mythes indiens et entité bienveillante au Népal

Les Rakshasas (IAST: Rākṣasa[1]) sont des démons de la mythologie hindoue[2]. Ils habitent le royaume de Danda.

Râkshasa dans un spectacle au Karnataka.
Sculpture de Rakshasa à Candi Sewu près de Yogyakarta. Un des énormes démons de pierre qui protégeaient le temple des mauvais esprits.

PrésentationModifier

Selon le Rāmāyaṇa, les Rākshasas ont été créés à partir du pied de Brahmā (un des dieux de la Trimūrti).

On peut lire dans d’autres sources qu’ils sont fils du sage Pulastya ou de Khassan, ou encore de Nirritî.

Les Rakshasas, à la morphologie multiforme, sont réputés pour leur capacité à perturber les rituels, les tombes, harceler les prêtres, posséder des êtres humains. Abrités dans leur citadelle de Lanka (actuel Sri Lanka), ils obéissent aux ordres de leur roi Rāvana.

Leurs ongles sont venimeux et ils aiment consommer la chair humaine et les nourritures en putréfaction.

Au Népal, contrairement à l'Inde en général, les Rākshasas sont perçus comme des entités bienfaitrices. On peut en voir représentés sur les murs des maisons, et le fait d'en porter ou d'en exposer est considéré comme une protection. D'ailleurs, la racine étymologique de leur nom est raksh, c’est-à-dire garder.

BouddhismeModifier

Dans le Sūtra du Lotus, les « dix filles rakshasa », accompagnées de leur mère, Kishimojin, « la Mère-des-Enfants-démons[3] », font vœu de protéger ce sutra et ses pratiquants dans leur œuvre de propagation : « Honoré du monde, de nos propres corps nous prtégerons et défendrons ceux qui acceptent, gardent, lisent, récitent et pratiquent ce Sûtra. Nous veillerons à ce qu’ils obtiennent paix et sérénité en les délivrant de la décrépitude et des malheurs et en annulant les effets de toutes les herbes vénéneuses »[4],[5]. Leurs noms figurent sur le Gohonzon de Nichiren[6].

Dans la fictionModifier

Les Rakshasas sont aussi des créatures magiques dans le jeu de rôle sur table Seigneurs des Arcanes, dominé par les djinns et organisés en ashrams autour d'un daimyo[7].

Notes et référencesModifier

  1. « Sanskrit Heritage Dictionary », sur inria.fr (consulté le 18 mai 2021).
  2. (en) Encyclopedia of Hinduism par C.A. Jones et J.D. Ryan publié par Checkmark Books, pages 123 et 124, (ISBN 0816073368)
  3. (en) « Glossaire M / ÉCRITS / Bibliothèque du bouddhisme de Nichiren », sur nichirenlibrary.org (consulté le 18 mai 2021).
  4. Traduction en anglais de Burton Watson puis en français par Sylvie Servan-Schreiber et Marc Albert (trad. du chinois), Le Sûtra du Lotus, Paris, Les Indes savantes, , 323 p. (ISBN 978-2-84654-180-0), p. 291-292, SdL-XXVI “Dharani”
  5. Nichiren, « Les Écrits de Nichiren : Écrit 119 », sur nichirenlibrary.org (consulté le 25 janvier 2021), p. 922-923
  6. Nichiren, « Les Écrits de Nichiren : Écrit 101 », sur nichirenlibrary.org (consulté le 25 janvier 2021), p. 839
  7. « Les Puissances mauvaises Apsûrs - Seigneurs des Arcanes », sur Seigneurs des Arcanes - Le Jeu de rôles 100% digital, (consulté le 18 mai 2021).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Sylvie Servan-Schreiber et Marc Albert, Le Sûtra du Lotus 妙法蓮華経, Paris, Les Indes savantes,‎ , 323 p. (ISBN 978-2-84654-180-0)

Articles connexesModifier