Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Keita.
Rahmatou Keïta
Rahmatou Keita.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Rahmatou Keïta est une journaliste et réalisatrice nigérienne, née en 1957[réf. nécessaire].

BiographieModifier

FamilleModifier

Sahélienne née au Niger, elle est Peuhl, Sonrhay et Mandingue. La soeur de son père épouse le sultan de Zinder[1].

Divorcée du journaliste Antoine Silber, elle est la mère de l'actrice Magaajyia Silberfeld, née à Paris en 1996[2].

CarrièreModifier

Après des études de philosophie et de linguistique à Paris, elle s’y installe et commence une carrière de journaliste dans la presse écrite et la radio, sur France Inter dans l'émission de Daniel Mermet intitulée « Si par hasard, au piano bar »[3], avant de travailler à la télévision.

Chroniqueuse, présentatrice de journal télévisé, animatrice d’émission et reporter, elle a travaillé pour des chaînes de télévision françaises et internationales, dont le magazine culturel d’Antenne 2, L'Assiette anglaise[4].

En 2009, elle est présidente d'honneur du Festival du film panafricain[5].

En 2010, Al'lèèssi, son documentaire consacré aux pionniers du cinéma africain, sort dans les salles françaises, après avoir été présenté à Cannes en 2005[6].

En 2012, sur RFI, elle est présentée comme la première journaliste issue de la « minorité visible »[7],[8].

CritiquesModifier

En 2017, sa défense du bilan du dirigeant déchu du Zimbabwe, Robert Mugabe, face au journaliste Pierre Haski dans un débat sur TV5 Monde, entraine une controverse[9].

FilmographieModifier

  • 1990[10] : Djassaree - Documentary, 13 min (ORTN - Niger)
  • 1993 - 1997 : Femmes d'Afrique (série 26 × 26 min) broadcast on National Televisions in Africa
  • 1999 : Just Because of a Shot (Le Nerf de la douleur) - documentary 26 min (Sonrhay Empire Productions / ORTN - Niger)
  • 2000 : A School Day at Gustave Doré (Une journée à l'école Gustave-Doré) - documentary 12 min (Sonrhay Empire Productions)
  • 2001 : All About Psynachalysts (Les États généraux de la psychanalyse) - documentary 90 min
  • 2003 : Al'lèèssi... une actrice africaine[11],[12] - feature documentary, 70 min
  • 2014 : Jìn'naariyâ! (The Golden Ring) - Short fiction 12 min (Best Short Film Award at AAFF - Tanzania)
  • 2016 : Zin'naariyâ! (The Wedding Ring), (L'Alliance d'Or)[13] - feature fiction 96 min (Sonrhay Empire Productions)

BibliographieModifier

  • Tabu Ley "Rochereau": innovateur de la musique africaine, de Jean Mpisi, 2003
  • A new Burkina Faso, de Ben Obinwa Nnaji, 2006
  • Frame by Frame III: A Filmography of the African Diasporan Image, 1994-2004, d'Audrey Thomas McCluskey et Edward Mapp, 2007
  • Festival cinema africano d'Asia e America Latina, d'Alexandra Speciale, 2007
  • Questions sociales et questions urbaines, 2010
  • Historical Dictionary of Niger, d'Abdourahmane Idrissa, 2012
  • 100 femmes du Niger, de Stéphane Tesson et Monica Clesca, 2013
  • Female Narratives in Nollywood Melodramas, d'Elizabeth Johnson et Donald Culverson, 2016
  • Polarité du champ magnétique terrestre et inversion, La Reconstruction de la Croix et les Deux Modes de Communication, de Materne Pendoue, 2019

Notes et référencesModifier

  1. EN SOL MAJEUR, RFI
  2. Léa Movia, « Interview de Magaajyia Silberfeld, réalisatrice et actrice ! », sur Les Petits Frenchies, (consulté le 19 janvier 2019)
  3. Africa information de l'élite - N° 157 à 162 - Page 36
  4. Portrait, sur TV5 Monde
  5. Portrait, sur le site du FIFP
  6. Entretien, dans les Inrockuptibles
  7. Interview, sur RFI.fr
  8. Interview, sur Africa24
  9. [1]
  10. « Rahmatou Keïta parle de films d’amour », sur courrierinternational, (consulté le 30 octobre 2017).
  11. Alleessi, sur Le Monde.fr
  12. Interview, sur Ce soir ou jamais
  13. Le cinéma nigérien au festival de Cannes pour la deuxième fois consécutive, grâce à Rahmatou Keïta « Copie archivée » (version du 3 juillet 2016 sur l'Internet Archive), Niger Diaspora

AnnexesModifier