Ouvrir le menu principal
Raffaele Palizzolo
Fonctions
Député du Royaume d'Italie (d)
-
Député du Royaume d'Italie (d)
-
Député du Royaume d'Italie (d)
-
Député du Royaume d'Italie (d)
-
Député du Royaume d'Italie (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Italien (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Homme politique, banquierVoir et modifier les données sur Wikidata

Raffaele Palizzolo était conseiller communal (it) de Palerme et député national, élu en Sicile, à la Belle Époque, ainsi qu'administrateur de la Banque de Sicile (it). Au centre d'un système de clientélisme important pendant 40 ans de carrière politique, il était lié de près à la mafia sicilienne et fut publiquement soutenu par l'armateur Ignazio Florio Jr., l'un des plus riches Italiens de l'époque.

Sommaire

Clientélisme et mafiaModifier

Propriétaire terrien qui louait des terres aux gabelluti (en), Palizzolo passa sa vie au cœur d'un système de clientélisme élargi, recevant chaque matin de nombreux visiteurs lui quémandant des faveurs et d'user de son influence politique, en tant que conseiller municipal et provincial, à leur profit, à son domicile de Palerme, le Palazzo Villarosa, rue Ruggiero Settimo[1]. Il s'en servait, entre autres, pour obtenir des permis de port d'armes pour les mafieux[1]. En échange, ceux-ci s'assuraient, par l'intimidation ou d'autres formes de persuasion, que les villageois votent pour lui[1].

Raffaele Pallizolo était par ailleurs administrateur de la Banque de Sicile (it), de charités, directeur du fonds d'assurance santé de la marine marchande, et président du conseil d'administration d'un hôpital psychiatrique[1]. Député, il soutenait le gouvernement quelle qu'en fût l'orientation [1].

Protecteur de la cosca (en) (clan mafieux) de Villabate, son influence était centrée autour de ce village à l'est de Palerme, mais s'étendait sur la côte Est de la Sicile, allant jusqu'à Caccamo, Termini Imerese et Cefalù[1]. Son territoire servait de point d'arrivée pour le vol du bétail[1]. Il était aussi puissant à Palerme, où il fut élu trois fois en tant que député national dans les années 1890[1].

Après l'affaire des quatre cadavres découverts dans un puits en 1897, victimes d'une guerre entre le clan d'Antonino Giammona et Francesco Siino, le préfet de police de Palerme supprima les autorisations de port d'armes d'un certain nombre de bandits présumés. Palizzolo usa alors de son influence pour les leur accorder de nouveau[2].

Inculpation pour le meurtre de NotarbartoloModifier

Palizzolo fut inculpé en tant que commanditaire de l'assassinat du marquis Emanuele Notarbartolo (en), ex-gouverneur de la Banque de Sicile (it) alors que Palizollo était membre de son conseil d'administration [3]. Les deux hommes se haïssaient, Notarbartolo refusant l'instrumentalisation politique de la Banque et ses manœuvres frauduleuses faites avec la société de navigation (NGI) du richissime héritier Ignazio Florio Jr., membre de l'une des deux grandes familles de Palerme. En 1899, Palizzolo aurait fait voler une lettre envoyée par Notarbartolo au ministère de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce, demandant de réformer la composition du conseil d'administration afin de soustraire la banque aux influences néfastes[4]. Peu après la démission contrainte de Notarbartolo, en 1890, Palizzolo fut ré-élu au conseil d'administration de la Banque et devint l'un des bénéficiaires de l'escroquerie organisée avec la Société de navigation (NGI) [4].

Nobartolo fut exécuté le par deux mafieux, Matteo Filippello et Giuseppe Fontana, membre de la cosca de Villabate. Ce meurtre choqua l'opinion publique et provoqua un important débat sur l'existence de la Mafia et sur ses liens avec les sphères politiques.

En novembre 1899, la Chambre des députés leva l'immunité parlementaire de Palizzolo à la demande du président du Conseil Luigi Pelloux. Par peur qu'il ne s'enfuie à l'étranger, le gouvernement coupa alors les communications télégraphiques avec la Sicile lors du vote[4]. Palizzolo fut arrêté le soir même[4]. Alors qu'il était en détention préventive, Ignazio Florio Jr. et sa mère soutinrent en juin 1900 sa campagne électorale, sans réussir à le faire réélire [5].

Lors de son procès en 1901-1902, il fut défendu par la famille Florio, qui s'indignait de son inculpation dans son journal, L'Ora, ainsi que par l'ethnologue Giuseppe Pitrè (1841-1916) qui affirma que le fait que Palizzolo ait écrit un roman dans sa jeunesse montre qu'il possédait « une âme noble et vertueuse »[6]. À l'origine de la thèse selon laquelle le mot « mafia » signifierait « honneur » et « bravoure » et ne désignerait en aucun cas une organisation criminelle, selon lui inexistante, Pitrè était, coïncidence heureuse, collaborateur proche du conseiller communal Palizzolo[7]. Il prétendit lors du procès que le mot « mafia » dérivait de l'arabe mascias qui signifierait avoir une trop haute opinion de soi-même et refuser de se soumettre[6].

Avec le mafieux Fontana, Palizzolo fut toutefois condamné en première instance à 30 ans de prison pour homicide par la Cour de Bologne, le [6],[8]. Pitré forma un « Comité pro-Sicilia » pour défendre Palizzolo, qui reçut l'adhésion de 200 000 personnes[6].

Cependant, la Cour de cassation annula le jugement en raison d'un vice de procédure mineur (un témoin avait « oublié » de prêter serment lors d'une seconde déposition[6]), et il fut acquitté le par le jury de la Cour d'assises de Florence en raison d'un manque allégué de preuves[9], la quasi-totalité des témoins s'étant rétractés ou appuyant au contraire Palizollo, comme le fit Ignazio Florio Jr.. Ceci fut accueilli par une explosion de joie des défenseurs de Palizzolo en Sicile, qui firent repousser la fête de la Madonna de Carmine afin que l'acquitté puisse y participer[9].

Défaite électorale et voyage à New YorkModifier

En novembre 1904, il fut toutefois battu de loin aux élections parlementaires[9]. Il demeura au conseil régional mais son heure de gloire était passée[9]. Giuseppe Fontana, acquitté lui aussi, quitta quant à lui la Sicile pour New York où il s'intégra à la mafia locale[9], devenant membre du gang de Giuseppe Morello [10].

Palizzolo lui-même se rendit également à New York en voyage, où il débarqua le , demeurant au domicile du Dr G. A. Purpura[8]. Il y aurait visité G. Fontana, Giuseppe Morello et Ignazio Lupo (en) [8]. Selon certaines sources, l'inspecteur italo-américain Giuseppe Michele Pasquale Petrosino, qui avait en public vanté son honnêteté, l'aurait persuadé de retourner en Sicile[8]. Petrosino fut assassiné en 1909 en raison de ses enquêtes sur la Mano Nera.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h John Dickie (2004), Cosa Nostra. La mafia sicilienne de 1860 à nos jours, éd. Perrin, 2007, chap. III, p. 123-125
  2. John Dickie, op. cit., p. 150
  3. John Dickie, op. cit., p. 163
  4. a b c et d John Dickie, op. cit., p. 164-165
  5. John Dickie (2004), Cosa Nostra. La mafia sicilienne de 1860 à nos jours, éd. Perrin, 2007, p. 169
  6. a b c d et e John Dickie, op. cit., p. 171-175
  7. John Dickie, op. cit., p. 119
  8. a b c et d Notice biographique succincte
  9. a b c d et e John Dickie, op. cit., p. 177-178
  10. John Dickie, op. cit., chap. V, p. 229-233

Liens externesModifier