Rachid Arhab

journaliste français

Rachid Arhab, né le à Larbaâ Nath Irathen dans la région de Kabylie en Algérie, est un journaliste, présentateur et chroniqueur franco-algérien. Il a été membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) de 2007 à 2013.

BiographieModifier

FamilleModifier

Né le à Larbaâ Nath Irathen (anciennement Fort-National), dans la région montagneuse de la Kabylie au nord de l'Algérie[1], Rachid Arhab a vécu son enfance à Nilvange près de Thionville en Lorraine.

Il est marié à Sylvie Gauthier, attachée de presse aux éditions Michel Lafon et par ailleurs mère de la chanteuse Ilona Mitrecey[2].

Il obtient la nationalité française en 1992[3].

Débuts dans le journalismeModifier

Diplômé du centre universitaire d'enseignement du journalisme (Cuej) de l'université de Strasbourg, il devient journaliste à FR3 Nancy en 1977, puis à Reims et Paris.

Début à la radioModifier

En 1982, il succède à Jean Wagner sur les ondes de Radio Mont Blanc où on l'entend au radio-journal de 13 heures.

Carrière à la télévisionModifier

En 1985, il rejoint le service Politique intérieure d'Antenne 2, dont il devient le chef de service en 1990.

Sur France TélévisionsModifier

InformationsModifier

Il assure le remplacement estival du journal télévisé de France 2 de 1992 à 1994 (Antenne 2, été 1992) tout en continuant son travail de grand reporter pour les émissions Envoyé Spécial et Géopolis. En , il est nommé rédacteur en chef adjoint du journal de France 2 et chargé de magazines.

De à , il assure la présentation du journal de 13 heures de France 2 en duo avec Carole Gaessler, avant leur remplacement par Gérard Holtz. Le , il reçoit avec Carole Gaessler le 7 d'or du meilleur présentateur de journal télévisé lors de la 14e Nuit des 7 d'or.

Présentateur d'émissionsModifier

À partir de 2000, il anime sur France 2 l'émission J'ai rendez-vous avec vous, dont il est également le concepteur. Tous les dimanches, en direct d'une ville française, le journaliste recueille pendant une vingtaine de minutes le témoignage de téléspectateurs souhaitant faire part de leurs points de vue sur l'actualité. L'émission est interrompue par sa nomination au sein du Conseil supérieur de l'audiovisuel en .

De 2002 à 2004, il présente pendant deux ans l'émission quotidienne Écomatin sur France 5, puis il coprésente avec Sarah Lelouch l'émission Dans la lumière, diffusée en première partie de soirée sur France 2. Ce programme mi-information mi-divertissement met en avant des personnes dans plusieurs domaines (sport, culture, etc.)

Arrivée dans le groupe Canal +Modifier

CNewsModifier

En , il arrive sur CNews. Il participe pendant quelques semaines avec Patrick Poivre d'Arvor à l'émission hebdomadaire de décryptage de l'actualité + de recul présentée par Virginie Chomicki[réf. nécessaire].

Chroniqueur dans Touche pas à mon poste !Modifier

En , il arrive dans l'équipe de Touche pas à mon poste ! sur C8 en tant que chroniqueur. La saison précédente ayant été entachée de polémiques (canular homophobe, caméra cachée piégeant Matthieu Delormeau, séquence hors-antenne avec Capucine Anav, le baiser de Jean-Michel Maire sur Soraya Riffy...), la venue de Rachid Ahrab surprend beaucoup et d'un autre côté, permettrait au talk-show d'éviter de nouvelles polémiques grâce au « sage » qui surveillerait et préviendrait l'animateur en cas de dérapages.

« Régulièrement humilié par les autres membres de l’équipe, en décalage complet avec le ton de l’émission, le journaliste s’en va au bout de trois mois », écrit Alexandre Duyck dans Le Monde, et fait l'objet d'injures par des fans de Hanouna sur les réseaux sociaux, qu'il finit par quitter[4].

Membre du Conseil supérieur de l'audiovisuelModifier

En , il est nommé membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel par Jean-Louis Debré, alors président de l'Assemblée nationale[5]. Il intègre l’instance en demeurant « en disponibilité » de son ancien employeur France Télévisions. Cette situation fit rapidement naître une polémique[6], sur son objectivité dans des dossiers concernant la chaîne. Le président du CSA Michel Boyon prit rapidement la parole pour rappeler l'absence de « liens de subordination »[7] entre le journaliste et France Télévisions. 

Son mandat au CSA prend fin en janvier 2013. Une période de carence ne lui permet pas d'exercer un métier de l'audiovisuel durant trois ans après la fin de son mandat (c'est-à-dire jusqu'en 2016)[8].

Lancement de Plumm.tvModifier

En 2017, Rachid Arhab lance l'idée de créer un "Arte franco-algérien[9]", une chaîne de télévision binationale portée par la France et l'Algérie et soutenu par Emmanuel Macron.

En 2020, est initié pendant le confinement le test d'un média social dédié à la nouvelle pop culture made in Méditerranée, Plumm.tv, qui remporte un franc succès avec plus de 5 millions de vues et des collaborations avec des artistes de renom comme Francis Cabrel, L'Algérino, Souad Massi, Maxime Le Forestier, Mouss et Hakim, ou encore Amel Zen.

Mis en route en 2021, le projet de Plumm (Plateforme Union Média Méditerranée) est aujourd'hui en cours de création.

SynthèseModifier

FilmographieModifier

En 2001, il tient le rôle du maitre de cérémonie dans le film Art'n Acte Production de Farid Dms Debah.

DécorationModifier

Pour la promotion de Pâques 2006, Rachid Arhab est nommé chevalier de la Légion d'honneur.

RécompenseModifier

Pour la coprésentation du journal de 13 heures de France 2 avec Carole Gaessler, il obtient le Sept d'or du meilleur présentateur de journal télévisé en 2000.

OuvragesModifier

  • Pourquoi on ne vous voit plus, Michel Lafon, 2015
  • Quatre nuances de France, Salvator, sortie le 21/01/16, avec Xavier Driencourt, Nacer Safer et Karim Bouhassoun

Notes et référencesModifier

  1. « Rachid Arhab, un pionnier pour les journalistes issus de l'immigration », Yahoo!, article du 24 janvier 2007
  2. « Rachid Arhab : le journaliste est désormais un jeune marié et... beau-père d'une mini-star ! », sur www.purepeople.com (consulté le ), article du 28 août 2009
  3. «Rachid Arhab nommé conseiller au CSA», SaphirNews.com, article du 25 janvier 2007
  4. Alexandre Duyck, « Cyril Hanouna, le côté obscur de la farce », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. Décret du 24 janvier 2007 portant nomination du président et de membres du Conseil supérieur de l'audiovisuel
  6. « Rachid Arhab refuse de démissionner de France Télévisions », Le Point,‎ (lire en ligne)
  7. « le CSA réagit au sujet de la polémique sur Rachid Arhab et Françoise Laborde », sur Youtube
  8. Propos recueillis par Pierre ROEDER., « Samedi autrement - de vous à nous / Rachid Arhab arrêté en plein vol avec Carole Gaessler », Le Républicain lorrain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Rachid Arhab : "J'espère créer un Arte franco-algérien" », sur teleobs.nouvelobs.com (consulté le )

Liens externesModifier