Ouvrir le menu principal

Révolution constitutionnelle persane

Révolution constitutionnelle persane de 1906-1909.

La révolution constitutionnelle persane[1] (en persan : Enghelab-e Mashruteh / انقلاب مشروطه) (appelée aussi révolution constitutionnelle de l'Iran[2]) contre le règne despotique des chahs Qadjar commença en 1905 et dura jusqu'en 1911. Elle eut pour conséquence la fondation d'un parlement en Iran (la Perse).

Le mouvement, cependant, ne cessa pas avec la révolution et fut suivi du Mouvement constitutionnaliste du Gilan.

Des personnages comme Sardar Assad, Sattar Khan, Yeprem Khan et Bagher Khan, de puissantes tribus comme les Bakhtiari et des villes comme Tabriz jouèrent des rôles significatifs dans ce mouvement.

La révolution constitutionnelle persane est le premier événement de ce genre au Moyen-Orient. Elle ouvrit la voie à des changements importants en Perse, la faisant ainsi entrer dans l'ère moderne. Elle permit la tenue de débats sans précédent dans une presse bourgeonnante destinée à la petite frange alphabétisée du pays. La révolution créa, dans un pays pauvre et extrêmement arriéré par rapport à ses voisins, de nouvelles occasions et de nouvelles perspectives à un Iran qui apparaissait sans frontières. De nombreux groupes différents se battirent pour définir la forme finale de cette révolution, et toute la société fut finalement changée d'une manière ou d'une autre par cette révolution. L'ordre ancien, que défendaient Nasseredin Shah et ses successeurs, fut finalement dépassé pour être remplacé par de nouvelles institutions, de nouvelles formes d'expression et un ordre social et politique nouveau[3].

Sommaire

Avant proposModifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mai 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

L’Iran était jusqu’ à la deuxième moitié du 19e siècle à l’écart des débats du monde moderne. Les Iraniens vivaient sous des monarchies. Depuis l’époque des Safavide, au 16e siècle, les religieux soutenaient l’ordre royal. La Dynastie de Qadjar présenta des portraits des despotes débauchés. Dans cette époque-là, les dépenses de la cour royale excédèrent pour financer les loisirs des rois. Peut-être le voyage des rois comme Nasser eddin chah, tourna le regard iranienne vers du pays d'Orient[4].

Les intellectuels modernistes mirent la question de l’identité nationale au centre de débats et des luttes politiques lors de la révolution constitutionaliste de 1906[5].

Notes et référencesModifier

  1. L'influence de la Révolution française en Perse (XIXe et début du XXe siècle)
  2. Anciens et Modernes ? Idéal de justice et révolution constitutionnelle en Iran (1905-1911)
  3. La période des Safavides et des Qâdjârs
  4. (en) Hadi DOLATABADI, La genèse et la vie des partis politiques iraniens à travers les révolutions iraniennes, IEP de Lyon – Université Lumière Lyon II, , p. 2
  5. Hourcade Bernard. La recomposition des identités et des territoires en Iran islamique // The making of identities and territories in Islamic Iran . In: Annales de Géographie, t. 113, n°638-639, 2004. Composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités. pp. 511-530;

Voir aussiModifier