Ouvrir le menu principal

Résidence présidentielle de Castelporziano

une des trois résidences officielle du président de l'Italie
Réserve d'État du domaine de Castelporziano
Castelporziano-Veduta aerea del Borgo e del Castello.jpg
La résidence présidentielle au cœur de la réserve naturelle de Castelporziano
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
58,92 km2[1]
Administration
Type
Domaine, réserve naturelle d'État d'Italie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Création
Administration
Site web

Géolocalisation sur la carte : Latium

(Voir situation sur carte : Latium)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Point carte.svg

La résidence présidentielle de Castelporziano est l'une des trois résidences de la présidence de la République italienne après le palais du Quirinal à Rome et Villa Rosebery à Naples. Elle est située dans le Municipio XIII de la ville de Rome, à 24 km du centre-ville de Rome. Le domaine présidentiel de Castelporziano couvre une superficie de 5 892 hectares.

Sommaire

HistoriqueModifier

Le domaine de Castelporziano a été acheté en 1872 par le ministre des Finances du Royaume d'Italie, Quintino Sella, en tant que lieu de représentation, de chasse et de ferme de la Maison de Savoie.

En 1948, il est devenu la propriété du président de la République italienne. En 1977 le président Giovanni Leone interdit la chasse sur le domaine, et la zone de culture fut réduite à 500 hectares. En 1985, il y avait environ 1 000 hectares annexé du littoral de Capocotta. En 1999, le domaine est devenu une réserve naturelle de l'État italien. En 1997, un incendie a détruit environ vingt hectares de parc présidentiel. La zone de la résidence de Castelporziano et celle de la Réserve naturelle de la côte romaine sont soumis à de fréquents incendies. Pour cette raison, le ministère de l'Environnement et de la Protection du Territoire et de la Mer a inclus à la fois les aires protégées les réserves naturelles, conformément à la loi du 21 novembre 2000.

BiodiversitéModifier

Le domaine présidentiel abrite des centaines d'ongulés sauvages, en particulier dans les zones reculées où la forêt est plus dense et ancienne. Des groupes constitués de sangliers, chevreuils, daims et cerfs errent librement parmi des centaines d'hectares de chênes verts, de forêt de pins, de garrigue et de clairières et prairies naturelles. L'importance population de cerfs, est considérée comme une espèce endémique (Capreolus capreolus italicus) dans cette région. D'autres espèces animales partagent ce territoire, le renard, le blaireau européen, la martre des pins, le porc-épic, la mouffette, le hérisson, la belette, le lapin et le lièvre.

Les troncs des vieux et majestueux chênes offrent un abri à plusieurs espèces de pics, au geai, au hibou, à la chouette effraie ainsi qu'aux rapaces diurnes et nocturnes tels que la buse variable. Les zones de forêt inondée, attirent les oiseaux limicoles, les oiseaux de rivage et la sauvagine. Ce sont des espèces migratrices, parmi celles-ci, la bécasse, la colombe, le milan noir et le pigeon ramier.

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Riserva statale Tenuta di Castelporziano », sur Federparchi (consulté le 23 février 2014)

BibliographieModifier

  • (it) Franco Borsi et Francesco Quinterio, Castel Porziano, Milan, Mondadori Electa, (ISBN 978-88-43-53247-6)
  • (it) AA.VV., Castelporziano I: Campagna di scavo e restauro 1984, Rome, Viella libreria editrice,
  • (it) AA.VV., Castelporziano II: Campagna di scavo e restauro 1985-1986, Rome, Viella libreria editrice, (ISBN 978-88-85-66917-8)
  • (it) Maria Giuseppina Lauro, Castelporziano III: campagne di scavo e restauro, 1987-1991, Rome, Viella libreria editrice, (ISBN 978-88-85-66959-8)
  • (it) Renato Cerisola et Minno Vicino, Il colore di un'emozione. La tenuta presidenziale di Castelporziano. Tre millenni in uno scrigno ambientale unico al mondo, Rome, Eurografica Editore,

Articles connexesModifier

Liens externesModifier