Réserve naturelle régionale du site des carrières de Tercis-les-Bains

Réserve naturelle régionale du site des carrières de Tercis-les-Bains
L'ancienne carrière de Tercis-les-Bains.jpg
Vue de l'ancienne carrière
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
44,8 ha[2]
Administration
Type
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Création
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

La réserve naturelle régionale du site des carrières de Tercis-les-Bains (RNR287) est une réserve naturelle régionale située en Nouvelle-Aquitaine. Classée en 2015, elle occupe une surface de 44,8 hectares et protège un ensemble de couches géologiques comprises dans des carrières et en particulier le stratotype de la limite Campanien-Maastrichtien.

LocalisationModifier

 
Périmètre de la réserve naturelle.

Le territoire de la réserve naturelle est dans le département des Landes, au nord-ouest de la commune de Tercis-les-Bains. Il comprend une petite partie sur le domaine public fluvial de l'Adour.

Histoire du site et de la réserveModifier

Le site a été fréquenté dès le Paléolithique[3].

Exploitées par la Société des ciments français, les carrières de calcaires argileux alimentaient par bande transporteuse la cimenterie d'Angoumé située de l'autre côté de l'Adour. La carrière a cessé son activité en 1993 et le site a été racheté par la commune.

Le site a été proposé dès 1995 comme référence ou stratotype pour la limite Campanien-Maastrichtien (Congrès de Stratigraphie du Crétacé de Bruxelles). Le classement en RNR est intervenu en 2015.

Écologie (biodiversité, intérêt écopaysager…)Modifier

GéologieModifier

Le site se trouve au niveau d'une structure chevauchante, la « Ride de Tercis » qui est une ride anticlinale faillée. Elle est accompagnée de remontées de formations salines (diapir) du Trias[4].

Les carrières de Tercis présentent des affleurements de formations du Crétacé supérieur, du Cénomanien au Maastrichtien :

La limite entre le Campanien et le Maastrichtien est particulièrement bien décrite sur plus de 250 m d'épaisseur avec une grande variété de fossiles (plus de 900 espèces inventoriées) et une alternance de couches de calcaires et de marnes. L'emplacement du stratotype est matérialisé par une plaque.

Flore et fauneModifier

Outre son intérêt géologique, le site présente des milieux humides (forêt de ravin à frêne, forêt à aulne, landes à bruyères, prairies humides) et secs (pelouses calcicoles et éboulis) parfois d'intérêt européen.

La faune du site comporte des batraciens et reptiles, des libellules et des oiseaux forestiers (Picidés, Engoulevent d'Europe) et de falaises (Faucon pèlerin, Tichodrome échelette).

Intérêt touristique et pédagogiqueModifier

L'accès du public au site est libre, mais soumis à la réglementation en vigueur sur la réserve naturelle. La circulation ne doit se faire que sur les sentiers aménagés. Toute récolte de roches ou fossiles est interdite.

Administration, plan de gestion, règlementModifier

Outils et statut juridiqueModifier

La réserve naturelle a été créée par une délibération du Conseil régional du pour une durée de 10 ans reconductible.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Muséum national d'Histoire naturelle, « Site des carrières de Tercis-les-Bains (FR9300154) », sur Inventaire national du Patrimoine naturel, 2003+ (consulté le 6 mars 2018)
  2. a et b « Site des carrières de Tercis-les-Bains », sur Réserves naturelles de France (consulté le 31 juillet 2015)
  3. « Des apprentis gravettiens ont-ils confectionné des armatures lithiques à Tercis (Landes, France) ? », sur paleo.revues.org
  4. a et b [PDF] « Balades hydrogéologiques en Aquitaine », sur BRGM