Réserve naturelle d'État du littoral romain

La réserve naturelle d'État du littoral romain (italien : Riserva Naturale Statale Litorale Romano) est une zone protégée établie par le Ministère de l'Environnement, par le décret du . Elle préserve l'environnement naturel, les zones historiques, archéologiques et agricoles, à Rome et Fiumicino, de la marina de Palidoro à la plage de Capocotta[1].

Réserve naturelle d'État du littoral romain
Spiaggia di Capocotta Roma.jpg
Plage de Capocotta.
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
163,27 km2
Administration
Type
Réserve naturelle d'État d'Italie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Création
Site web

La gestion de la réserve est confiée à la municipalité de Rome et à celle de Fiumicino pour les domaines de leurs compétences respectives.

TerritoireModifier

La réserve occupe une superficie de 16,327 ha, elle est de loin la plus vaste zone naturelle protégée de Rome. Elle se compose :

d'aires d'intérêt naturaliste :

de zones d'intérêt archéologique et historique:

HistoireModifier

Les premiers projets de parc du littoral romain pour la sauvegarde de la côte datent des années soixante-dix, mais c'est seulement en 1982, qu'a été institué un comité officiel.

En 1987 une première tentative de création d'une réserve naturelle par le ministre de l'Environnement a eu lieu : il était prévu que la zone de protection inclut la côte entre Palidoro et Capocotta, mais la zone était alors délimitée d'une manière trop générale, jusqu'à la création de la réserve d'état en 1996[2].

La réserve du littoral romain est protégée par l'un des quatre plans anti-incendies des réserves naturelles d'État liées à la région du Latium.

Le secteur souffre également de problèmes de désertification[3].

En 2000, la municipalité de Rome a établi le CEA, le Centre d'éducation environnementale avec son siège installé dans la pinède de Castel Fusano. Le CEA a mis en place un petit musée des insectes du Littoral Romain.

FauneModifier

Le delta du Tibre a en son sein une mosaïque de milieux naturels qui, aujourd'hui encore, préserve une faune intéressante.

Les insectes

Grâce à la présence de chênes verts, le scarabée rhinocéros et le scarabée du chêne sont courants. Les dunes abritent des Scarites, coléoptère prédateur. Parmi les papillons, le Philobrosis fregenella et la Caracoma nilotica, seul endroit où on le trouve en Italie.

Oiseaux

Faucon pèlerin, faisan, engoulevent d'Europe, guêpier d'Europe, chouette chevêche, busard des roseaux, faucon crécerellebuse, aigrette garzettehéron cendrémilan noirhibou, chouette effraie, poule d'eaurossignolbutor étoilé, rollier, pie-grièche, pic épeiche, sittelle, pic épeichette, pic vert, pic cendré, grande aigrette, héron garde-bœufs, foulque, héron pourpré. En hiver, on peut observer des grues, le balbuzard pêcheur, le butor étoilé, la spatule, la guifette noire, ou la mouette mélanocéphale.

Mammifères

Renard, porc-épic, blaireausanglierdaimloirloutrefouinebelette, muscardin, martre des pins, hérisson.

Notes et référencesModifier

  1. Également DD.
  2. http://www.riservalitoraleromano.it
  3. M. Agrimi et coll., La structure des populations et des propositions pour la gestion de la forêt de pins de la côte romaine.

BibliographieModifier

  • La liste officielle des aires protégées (EUAP) 5e mise à Jour approuvée par une Résolution de la Conférence de l'Etat et les Régions du , et publié dans le Supplément ordinaire n. 144 dans le Journal Officiel no. 205 du .
  • M. Agrimi, et S. Bollati, E. Jordan, L. le portugais, la Structure des populations et des propositions de gestion pour les forêts de pins de la côte romaine, l'Italie des Forêts et Montagnes, 2002
  • AA.VV. Notre italie, Capocotta ultima spiaggia, Rome, 1985

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier