Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale

Réseau des bibliothèques de suisse occidentale

RERO (Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale)
Logo de l'organisation
logo
Situation
Région Suisse romande
Création 1985
Type Concordat intercantonal
Domaine Bibliothèque
Centrale Martigny, Valais
Coordonnées 46° 06′ 29″ N, 7° 04′ 44″ E
Organisation
Membres Env. 200 bibliothèques
Dépend de Conférence intercantonale de l'instruction publique

Site web www.rero.ch
Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/Martigny]]
[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/Martigny|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/Martigny]])|class=noviewer]]
RERO (Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale)
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
RERO (Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale)


Le réseau des bibliothèques de Suisse occidentale, connu sous l’acronyme RERO (pour « Réseau romand »), est le plus grand réseau de bibliothèques de Suisse occidentale, rassemblant aujourd'hui la plupart des bibliothèques universitaires, publiques, patrimoniales et spécialisées des cantons de Genève, Fribourg, Jura, Neuchâtel et Valais, ainsi que celles des Tribunaux de la Confédération. Sa centrale se site à Martigny, en Valais.

PrésentationModifier

RERO a été créé en 1985 de la volonté de coopération de plusieurs grandes bibliothèques romandes[1]. L'institution gère un catalogue collectif d'environ 200 bibliothèques[2] au service des 50 000 étudiants de trois universités romandes (Fribourg, Genève et Neuchâtel), de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale et des hautes écoles pédagogiques (Valais, Fribourg et BEJUNE), et de quelque 280 000 lecteurs inscrits.

Jusqu'à fin 2016, le canton de Vaud faisait également partie de RERO. Toutefois, en mars 2014, il a choisi de se retirer pour fonder son propre réseau de bibliothèques[3], qui est entré en activité le 1er janvier 2017 sous le nom de Renouvaud.

ServicesModifier

Services au publicModifier

RERO propose deux principaux services au public, sur mandat de ses bibliothèques membres:

  • RERO Explore: le catalogue collectif des bibliothèques RERO, donnant accès à quelque 7 millions de notices bibliographiques pour plus de 12 millions d'exemplaires[4]. Ce catalogue permet également de localiser 222 400 périodiques dont 3 169 périodiques électroniques. Par sa fonction d'outil de découverte, il agrège également d'autres contenus, tels que RERO DOC, ArODES ou l'Archive ouverte UNIGE.
  • RERO DOC: la bibliothèque numérique des bibliothèques RERO, mettant à disposition des documents académiques et patrimoniaux en libre accès.

Par ailleurs, les métadonnées créées par les bibliothèques membres de RERO sont récupérables en Open Data, c'est-à-dire gratuitement et sous la licence ouverte CC0[5].

Services aux bibliothèquesModifier

RERO a développé une palette de services destinés directement aux bibliothèques:

  • Un système de prêt entre bibliothèques (ILL RERO)
  • Un vocabulaire d'indexation matière basé sur RAMEAU et un fichier d'autorités auteur
  • Un système de gestion des paramètres nommé Rialto
  • Un système d'authentification centralisée (OAuth)
  • De l'hébergement numérique (exemple: la plateforme e-newspaperarchives.ch de la Bibliothèque nationale suisse)
  • Une coordination métier (catalogage, acquisition, prêt, etc.)
  • Des formations et du support
  • Des traitements de données
  • Un centre informatique basé à Martigny et supportant les services cloud

Projet RERO 21Modifier

Le projet RERO 21 vise transformer les services et l'institution RERO afin de répondre aux besoins des bibliothèques patrimoniales, publiques, scolaires et spécialisées, et d'abandonner l'orientation sur les bibliothèques scientifiques dès 2021. De plus, RERO entend s'ouvrir à partir de cette date à des bibliothèques de toutes les régions linguistiques suisses. Pour y parvenir, l'institution souhaite se transformer en "centre de compétences et de services aux bibliothèques". Elle changera probablement de nom et deviendra une fondation à but non lucratif.

Les deux principaux axes du projet RERO 21 sont les suivants:

  • RERO ILS: développement d'un système de gestion de bibliothèque en Open Source[6], sur la base d'Invenio, un framework logiciel développé et maintenu au CERN.
  • SONAR[7]: développement d'un portail suisse des publications scientifiques suisses en Open Access, ainsi que de portails dédiés pour les institutions intéressées. Ce futur service permettra à RERO de garder un lien avec les bibliothèques académiques.

Le projet RERO 21 est né du fait d'importants changements dans les réseaux de bibliothèques suisses. D'une part, le Canton de Vaud annonce en 2014 son retrait de RERO pour 2017, alors qu'il contribuait à une part importante de son budget de fonctionnement. D'autre part, le projet SLSP (Swiss Library Service Platform), lancé en 2015 et visant à créer une plateforme de services pour les bibliothèques des hautes écoles au niveau suisse, a suscité l'intérêt des bibliothèques scientifiques RERO, majoritaires au sein du réseau.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre GAVIN, Sibil: un bilan pour le passé, et quelques jalons pour le futur, Lausanne, Nouvelle association REBUS, (lire en ligne [PDF]).
  2. « Liste des bibliothèques membres », sur explore.rero.ch (consulté le 4 décembre 2018)
  3. « Vaud décide de faire bibliothèque à part (La Liberté, 24 avril 2014) », sur www.laliberte.ch (consulté le 6 juillet 2015)
  4. RERO, « Lettre RERO 2018-1 », Lettre RERO,‎ , p. 1-9 (lire en ligne)
  5. « Les réservoirs de métadonnées de RERO », sur data.rero.ch (consulté le 11 octobre 2018)
  6. « Proposition de Centre de compétences et de services aux bibliothèques suisses », sur RERO, (consulté le 11 octobre 2018)
  7. (en) RERO, « The project: SONAR », sur SONAR, (consulté le 14 février 2019)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier