Ouvrir le menu principal

Louis Renard (réseau)

Réseau de résistance française
(Redirigé depuis Réseau Renard)
Page d'aide sur l'homonymie Pour le fondateur du réseau, voir Louis Renard.

Le réseau Renard est un groupe de résistance à l'occupation nazie dans le Poitou fondé dès 1940 par Louis Renard. L'objectif du réseau était d'assurer des opérations de propagande anti-vichyste (journal clandestin Le Libre Poitou) puis de préparer l'accueil de troupes d'invasion d'Angleterre et d'établir des liaisons avec d'autres groupes de résistants. Il fut découvert en été 1942. Près de 100 personnes furent arrêtées, principalement à Poitiers. La plupart furent relâchées mais 29 personnes ont été déportées en Allemagne début 1943 et 11 (dont tous les dirigeants) guillotinées à la prison de Wolfenbüttel, Basse-Saxe, le 3 décembre 1943.

Création du réseauModifier

En 1939-1940, Louis Renard est officier interprète de liaison entre les armées françaises et britanniques. Après la défaite, Louis Renard s'emploie non seulement au développement d'un groupe local de résistants, mais encore à la fédération des bonnes volontés et des petits cercles de résistants qui éclosent un peu partout dans le Poitou. Une liaison est établie avec l'Armée des Volontaires à Paris (1941). Ses adjoints sont Louis Toussaint, Gaston Chapron et Noël Sorin.

ActivitésModifier

La principale activité de résistance de l'organisation a été de publier un journal libre : le Libre Poitou pendant une grande partie de l'occupation allemande et de fédérer ainsi "les bonnes volontés". Sa dernière opération a été la création d'une liste de personnes présumées favorables à la résistance, et modérées politiquement, d'inspiration gaulliste, en vue de les "mobiliser" pour une action sur le terrain le moment venu, en cas de débarquement anglo-américain, afin de faire pièce aux communistes en cas de libération du territoire. La liste finit par tomber dans les mains de la Police française à la suite des arrestations effectuées grâce au zèle de deux employés de la Poste de Niort qui avaient intercepté des instructions clandestines, cachées dans un colis ouvert à la suite d'une erreur d'affranchissement. Cette liste fut transmise à la Gestapo (SIPO-SD) qui laissa la police politique de Vichy procéder aux arrestations successives en août et septembre 1942, de tous les noms figurant sur la liste.

Cette action eut le mérite d'être le seul fait marquant de Résistance dans le Poitou avant 1943 même si l'opération fut à tous points de vue un échec puisque, parmi la centaine de personnes arrêtées, la majorité n'avaient rien à voir avec la résistance. Il s'agissait en réalité de personnalités réputées fiables et à sympathies gaullistes, ou de connaissances, parfois intimes, parfois lointaines, de Louis Renard.

ArrestationsModifier

À partir du 27 août 1942, la centaine de personnes figurant sur la liste sont arrêtées à Niort, à Poitiers, à Richelieu, à Mirebeau, à Civray, à Chinon, etc.; par un service de police français : la SRAJOP d'Angers (service de répression des menées anti-nationales). Louis Renard est arrêté le 30 août. Des policiers allemands assistent aux interrogatoires. Le 12 février 1943, les 29 membres du Réseau encore emprisonnés sont transférés à Fresnes.

DéportationsModifier

Le 18 février 1943, les captifs sont déportés à Trèves, en application du décret Nacht und Nebel. Le 19, ils sont transportés au camp spécial SS de Hinzert où meurent Louis Bordas et Joseph Riedinger, de coups et mauvais traitements. Le 19 avril, ils sont transférés à la prison NN de Wolfenbüttel près de Brunswick. Le 13 octobre 1943, Louis Renard et dix de ses compagnons comparaissent devant le 2e sénat du Volksgerichtshof. Les chefs d'accusation sont "aide à l'ennemi, organisation d'un réseau, espionnage". Tous sont condamnés à mort.

ExécutionsModifier

Le 3 décembre 1943, les condamnés sont guillotinés dans la chambre d'exécution de la prison : Louis Renard, 49 ans, avoué et bâtonnier ; Louis Toussaint, 38 ans, professeur ; Louis Cartan, 34 ans, professeur ; Théodore Lefebvre, 54 ans, professeur ; Georges Duret, 56 ans, chanoine et professeur ; Pierre Pestoureau, 40 ans, huissier ; Aimé Lambert, 69 ans, moine bénédictin ; Jacques Moreau, 23 ans, étudiant ; Clément Peruchon, 20 ans, étudiant ; Paul Préaux, 22 ans, employé de banque ; Jacques Levrault, 21 ans, étudiant.

Travaux forcésModifier

Le 14 octobre 1943, les militants épargnés par le VGH sont envoyés, les uns à la prison de Brandebourg-Görden où ils sont gardés sans jugement jusqu'à la libération, les autres à Breslau, siège d'un Sondergericht (tribunal spécial) compétent dans les affaires Nacht und Nebel. Condamnés à des peines de travaux forcés, ils sont emprisonnés, puis, quand la procédure NN tombe en désuétude, transférés aux camps de Gross-Rosen, Dachau ou Dora. La plupart des rescapés mourront des suites de leur captivité.

HommagesModifier

Un monument en hommage au réseau Renard et à ses 52 agents morts pour la France a été élevé au cimetière Chilvert, à Poitiers.

BibliographieModifier

  • FNDIRP-UNADIF, Bernard Filaire, Jusqu'au bout de la Résistance, Paris, Stock, 1997 (un chapitre reproduit une traduction du réquisitoire de l'avocat général du VGH contre le groupe Renard)
  • ANTONOWICZ, Gilles "Mort d'un collabo - 13 mai 1943", Nicolas Eybalin Editions, avril 2013 (deux chapitres sur l'affaire Renard et nombreuses citations dans le livre; appuyés sur les Archives Départementales de la Vienne : ADV 111 W 194, ADV 111 W 199, ADV 106 W 77, ADV 106 W 136, et sur les Archives Nationales : AN F1 B1 1046, AN72 AJ 202)
  • CALMON, Jean-Henri, La Chute du réseau Renard, Poitiers 1942. Le SS, le Préfet et le Résistant, Geste éditions, 2013.
  • GRASSEAU, Jacques, "Mémoires" inédits, cité in ANTONOWICZ, Gilles, Op. Cit.
  • TEXIER, Marc, "Pour la France: Poitiers, cellule 29" Imprimerie Marc Texier, 1946

Liens externesModifier