Ouvrir le menu principal

République et socialisme
Image illustrative de l’article République et socialisme
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire général Lucien Jallamion
Fondation 2009
Scission de MRC
Positionnement Gauche[1] à gauche radicale
Idéologie Républicanisme[1]
Socialisme démocratique
Écosocialisme
Sécularisme
Euroscepticisme
Affiliation européenne Parti de la gauche européenne
Couleurs rouge, blanc, bleu
Site web republiqueetsocialisme.fr

République et socialisme (R&S) est un parti politique français de gauche rassemblant des militants issus principalement du Mouvement républicain et citoyen (MRC) de Jean-Pierre Chevènement d'abord constitué en association pour les élections européennes de 2009, en réaction à la décision de la direction du MRC de ne pas participer à ces élections ; République et socialisme a alors fait le choix de soutenir le Front de gauche lors de ce scrutin[2].

Sommaire

HistoriqueModifier

Le , le Mouvement républicain et citoyen (MRC), après de longues discussions internes, a décidé de ne pas participer au Front de gauche (FG) pour un désaccord de fond « quant à la manière de redresser la construction européenne »[3]. Cette décision a provoqué la dissidence des comités départementaux de Seine-Maritime, des Ardennes, de Meurthe-et-Moselle, du Morbihan, du premier secrétaire du MRC des Côtes-d'Armor Jacky Ezouan ainsi que Lucien Jallamion, ancien responsable MRC pour le monde du travail, Bruno Valentin, secrétaire du MRC Aveyron, Grégory Baudouin, ancien délégué national à la sécurité, Lucien Chevalier, président du MRC Vaucluse, Pascal Basse, membre du secrétariat national et délégué à l'outre-mer, et Gwenaël Doré, premier secrétaire du MRC du Morbihan qui ont annoncé leur prise de distance avec la direction nationale pour s'investir dans la campagne du Front de gauche[4].

À la suite de ces dissidences, des fédérations, des comités locaux et des personnalités du MRC se sont regroupés dans « République et socialisme »[5], nouvelle entité à part entière au sein du Front de gauche[6].

Le , l'assemblée générale de République et socialisme a décidé de pérenniser l'organisation afin de participer avec les organisations du Front de gauche mais sans en exclure d’autres au débat sur la reconstruction de la gauche. Lucien Jallamion a été élu secrétaire sénéral et porte-parole de République et socialisme devenu parti politique en janvier 2010.

À la suite d'une rencontre avec des représentants du Front de gauche, R&S annonce le son intégration au FDG, qui « devrait se concrétiser dans un bref délai »[7]. Par ses thématiques, par l'usage d'un logotype proche de celui du défunt Mouvement des citoyens comme par le choix de son nom (inversion des termes désignant le courant chevènementiste « Socialisme et république » qui avait succédé au CERES au sein du Parti socialiste), les membres de République et socialisme entendent proclamer leur fidélité à leur engagement antérieur pour la refondation de la gauche française. Celle-ci passe désormais à leurs yeux par le soutien au projet politique du Front de gauche. Lors de la campagne présidentielle 2012, République et socialisme a ainsi publié sur son site un appel aux républicains à voter pour Jean-Luc Mélenchon.

Le République et socialisme a tenu un Conseil national d'orientation. Un texte d'orientation a été adopté et ses instances renouvelées[8].

Lors des élections françaises de 2015, République et socialisme participe à de nombreuses listes à travers la France. La petite formation obtient un conseiller régional en Île-de-France, Michel Jallamion[9].

R&S présente deux candidats aux élections européennes de 2019 sur la liste du Parti communiste français, Michel Jallamion et Marianne Journiac, en treizième et dix-huitième places[10].

ÉlusModifier

  • Alain Girard, conseiller municipal de Jonzac
  • Marinette Bache, conseillère de Paris, ancienne présidente de l'ex-groupe MRC de Paris
  • Michel Jallamion, conseiller régional d'Île-de-France

Notes et référencesModifier

  1. a et b Laurent de Boissieu, « République et Socialisme (RS) », sur france-politique.fr, .
  2. http://republiqueetsocialisme.centerblog.net/20-Des-militants-du-MRC-se-regroupent-en-une-association-nationale
  3. Élections européennes : la position du Conseil national du Mouvement républicain et citoyen, Résolution adoptée par le Conseil national du Mouvement républicain et citoyen, le .
  4. www.frontdegauche.eu, MRC76, Lucien Jallamion ancien responsable du MRC au monde du travail, Bruno Valentin - secrétaire du MRC Aveyron, Le Front de Gauche peut compter sur le MRC des Ardennes, Le MRC 54 soutient le Front de Gauche, Grégory Baudouin, Ancien délégué national à la sécurité du Mouvement Républicain et Citoyen, Lucien Chevalier, président du MRC Vaucluse, Pascal Basse, membre du secrétariat national du MRC, délégué à l'outre-mer & mrc56 : « Des républicains ne sauraient cautionner l'abstention ou voter blanc ! » communiqués des 3, 4, 11, 19, 20, 21 et 26 avril et 9 et 10 mai 2009.
  5. www.frontdegauche.eu, Appel de « République et socialisme ».
  6. www.frontdegauche.eu, « République et socialisme » soutient le Front de Gauche pour « changer d'Europe »
  7. « Rencontre République et socialisme et Front de gauche, vendredi 17 juin 2011 », site officiel de République et socialisme.
  8. « Texte adopté au Conseil national d’orientation de République et Socialisme ».
  9. « R&S a un élu au conseil régional d'Île-de-France », sur Republiqueetsocialisme75 (consulté le 8 avril 2016).
  10. « Élection européenne du  », sur République et socialisme, (consulté le 26 mars 2019).

Voir aussiModifier