Ouvrir le menu principal

Répertoire des disques compacts était un mensuel français consacré au disque de musique classique, actif entre 1988 et 2004.

Sommaire

HistoireModifier

Répertoire est fondé en 1988 par Georges Cherière (qui avait créé le magazine Diapason dès 1956). Ce mensuel[1] proposait un compte rendu aussi complet que possible de la production discographique classique et des chroniques plus réduites de l'actualité des parutions en jazz et musiques du monde.

Le premier numéro paraît en mars 1988, avec en couverture Luciano Pavarotti. En 1989, une tentative de faire une parution hebdomadaire, en complément du numéro mensuel, (no 19 à 27), compta une vingtaine de numéros en tout. Répertoire a proposé aussi en supplément, un listing appelé « catalogue annuel des disques compact critiqué dans Répertoire des disques compacts », précédé d'un listing pour l'ensemble des numéros nos 1 à 42[2]. Des Hors-Séries thématiques notamment un Guide économiques des CD classiques remis à jour chaque année à Noël et reprenant une sélection des disques et un extrait des articles précédemment parus. À la noël 1996, le numéro présentait, d'un côté les disques à moins de 100 francs et de l’autre à moins de 50 francs[1]. Le guide 1998 (HS 10) avait la particularité de reproduire intégralement les critiques d'une sélection de 10 de Répertoire, indépendamment du prix et de grouper les collections et éditeurs sur une page complète.

Après la retraite de G. Cherière, c'est Christophe Huss, alors rédacteur en chef, qui devient le directeur de la rédaction.

Le dernier numéro (174) est paru en décembre 2003/janvier 2004.

Le titre a été cédé à Serge Doukhan dans un premier temps, puis absorbé par le groupe L'Express, qui le fusionne avec Classica en février 2004[3] (avec le no 59 de Classica, qui portera pendant quelques mois le double titre Classica – Répertoire[4]).

Collaborateurs et notationModifier

Les collaborateurs principaux ont été Francis Albou, Jacques Bonnaure, Gérard Belvire, Pascal Brissaud, Jean-Marie Brohm, François Camper, Christophe Huss, Laurent Barthel, Jean Hamon, Alain Lompech, Stéphane Haïk, Michel Laizé, Michel Philippot, Éric Taver, Jean Vermeil, mais aussi Alain Swietlik, Étienne Bour (Musiques du monde) et André Clergeat puis Jean Pierre Jackson (jazz), Jean-Claude Tornior (son et image) et bien d'autres[5]. Ces rédacteurs se sont présentés dans une page intitulée « Le jardin secret de… » étalé sur plusieurs numéros à la fin des années 1990.

La notation était sur 10 et la notation artistique maximale, déterminant la distinction 10 de Répertoire : « La note artistique prend en compte l'interprétation et, dans le cas de partition peu connues ou des premières au disque, expriment également notre avis sur l'œuvre[6] ». Les premiers numéros distinguaient aussi les 10-Archives, lorsque l'enregistrement était monophonique. Les 9, ainsi que plus rarement les 8, avaient aussi leur propre autocollant (stickers) apposé sur les disques. Est apparu ensuite une notation intermédiaire du Recommandé par Répertoire qui, selon le magazine, « puise dans le vivier des disques excellents et exceptionnels [c'est-à-dire des disques notés 8 et 9] des publications qui ont particulièrement attiré notre attention[7]. ».

Notes et référencesModifier

  1. a et b (ISSN 1148-6244)
  2. Catalogue des 10 549 disques compacts critiqués dans Répertoire des disques compacts (janvier 1992).
  3. notice BnF no FRBNF34429993 (consulté le 10 avril 2015)
  4. Par exemple sur le no 80 du mois de mars 2006. Un « R » jaune sur un cercle rouge (les couleurs de Répertoire) apparaît ainsi que sur les autocollants des notes maximales 10 et 9 en plus de Classica.
  5. Ours des numéros HS 3 (1992), HS 7 (1995), 76 (janvier 1995), 106 (octobre 1997), 155 (mars 2002).
  6. Encadré avec le résumé des codes utilisés dont la « note artistique », Répertoire no 111, mars 1998.
  7. Encadré « Comment lire Répertoire » du no 140, novembre 2000.

Article connexeModifier

Lien externeModifier