Ouvrir le menu principal

Régnault Girard

diplomate français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Girard.
Régnault Girard
Naissance vers 1400
Décès
Activité principale
Diplomate
Descendants
Description de cette image, également commentée ci-après
Blason des Girard de Bazoges

Régnault Girard (né vers 1400 - mort en 1463) est un diplomate français et ancien maire de La Rochelle.

Il est l'aîné d'une ancienne famille de la noblesse poitevine, les Girard de Bazoges. Il était notamment seigneur de Bazoges-en-Pareds, Moricq et la Guignardière.

Régnault Girard a racheté en 1430 puis reconstruit en 1435 la Tour de Moricq qui est édifiée sur l'ancienne motte féodale et sur les ruines du château fort originel — les voûtes romanes en sous sol l'attestant encore aujourd'hui —, alors qu'il était maire de La Rochelle depuis le 1er mai 1413.

Mission en ÉcosseModifier

En 1434, Charles VII envoyait une ambassade dirigée par Régnault Girard, en Écosse, pour aller chercher la nouvelle dauphine Marguerite, afin de la fiancer au futur Louis XI, et aussi deux mille hommes d’armes pour soutenir le roi dans sa lutte contre les Anglais.

Le dossier de l’ambassade est resté inédit dans une copie tardive à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agit du rapport de Regnault Girard lui-même, qui mêle documents diplomatiques et récit. Cette relation révèle un ambassadeur prudent qui exécute les ordres de Charles VII, les préparatifs du voyage par mer (départ et retour à La Rochelle), la navigation hasardeuse, les rituels de réception, les difficultés du séjour et des négociations en Écosse à cause des tergiversations de Jacques Ier, mais qui laissent du temps pour des visites « touristiques », enfin le succès.

Ainsi, il raconte qu'il avait apporté comme présent « une mule douce », considérée comme « une bête très étrange » — parce qu'il n'y en avait pas à cette époque en Écosse — ainsi que six barils de vin et trois de châtaignes, poires, et pommes car il y avait peu de fruits dans ces contrées nordiques.

Notes et référencesModifier