Régions autonomes serbes

page d'homonymie de Wikimedia

D'août 1990 à novembre 1991, lors de l'éclatement de la Yougoslavie, plusieurs régions autonomes serbes[1],[2],[3], ou districts (serbe : Српска аутономна област (САО) / Srpska autonomna oblast (SAO)) ont été proclamées dans les républiques yougoslaves de SR Croatie et SR Bosnie-Herzégovine[4],[5]. Il s’agissait d’entités autonomes habitées par des Serbes qui se sont ensuite unies dans leur république respective pour former la République serbe de Krajina en Croatie et la Republika Srpska en Bosnie-Herzégovine.

Régions autonomes serbes (SAO) en Croatie.

SAO en CroatieModifier

  • Région autonome serbe de Kninska Krajina (plus tard SAO Krajina)[6]
  • Région autonome serbe de Slavonie, Baranja et Syrmia occidentale
  • Région autonome serbe de Slavonie occidentale

SAO en Bosnie-HerzégovineModifier

Le Parti démocratique serbe a créé des SAO dans les territoires habités par les Serbes[7]. Entre septembre et novembre 1991, six entités avaient été proclamées[8]. Les Serbes ont créé leur propre parlement après avoir quitté le parlement bosniaque en octobre 1991. Le parlement serbe a proclamé la «République serbe» ( Republika Srpska ) le 27 mars 1992[9].

 
Régions Autonomes Serbes (SAO) en Bosnie-Herzégovine (septembre 1991)
  • SAO Bosnian Krajina (ou RAK), formée pour la première fois en tant que région autonome de Krajina en avril 1991. C'était la plus grande région, mais après l'échec de la fusion avec SAO Krajina en Croatie, elle a été rebaptisée SAO Bosanska Krajina en septembre 1991[10].
  • SAO de Bosnie du Nord-Est formée en septembre 1991; renommé SAO Semberija en novembre 1991 et SAO Semberija i Majevica en décembre 1991.
  • SAO de Bosnie du Nord, formée en novembre 1991, n'a jamais totalement contrôlé son territoire proclamé.
  • SAO Ozren-Posavina, prévue à partir de municipalités majoritairement bosniaques et croates du nord de la Bosnie, mais pas entièrement établie.
  • SAO Romanija, créée en septembre 1991, et SAO Birač, constituée en novembre 1991; combiné en novembre 1991 sous le nom de SAO Romanija-Birač[11].
  • SAO Herzegovina (également connue sous le nom de SAO Herzegovina de l'est), créée en septembre 1991.

Notes et référencesModifier

  1. « Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), Mimcilo Krajisnik, Jugement, IT-00-039-T, p.26 », (consulté en )
  2. « Duško Tadić, Jugement, Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, p.37 »,
  3. Marko Attila Hoare, How Bosnia armed, Saqi Books in association with the Bosnian Institute, (ISBN 978-0-86356-367-6, lire en ligne)
  4. Charles W. Ingrao et Thomas A. Emmert, Confronting the Yugoslav Controversies: A Scholars' Initiative, Purdue University Press, , 125– p. (ISBN 978-1-55753-617-4, lire en ligne)
  5. John Oppenheim, Willem-Jan van der Wolf et Global Law Association, Global war crimes tribunal collection, Global Law Association, (lire en ligne)
  6. « ICTY, Affaire N° IT-95-11, Milan Martic »
  7. « TPIY, Mićo Stanišić et Stojan Župljanin IT-08-91, Jugement , Tome 2, p.90-93 »
  8. Nina Caspersen, Contested Nationalism: Serb Elite Rivalry in Croatia and Bosnia in the 1990s, Berghahn Books, , 82– p. (ISBN 978-1-84545-791-4, lire en ligne)
  9. Paul Garde, Vie et mort de la Yougoslavie, Edition Fayard, (ISBN 2-213-02914-8), p.336, 337, 338, 367
  10. « TPIY, Mićo Stanišić et Stojan Župljanin IT-08-91, Jugement , Tome 2, p.85-92; p.212-227 »
  11. « Dragomir Milosević, Jugement, Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, p.6 »

Voir aussiModifier