Régiment de cuirassiers de la Garde

Régiment de cuirassiers de la Garde
Histoire
Fondation
Dissolution
Successeur
Cadre
Type
Siège
Pays
Organisation
Organisation mère

Le régiment de cuirassiers de la Garde est une unité de cavalerie de l'armée prussienne.

Cuirassier de la Garde vers 1830 (à gauche)
Plaque commémorative au 68 Haus Columbiadamm, à Berlin-Tempelhof
Cuirassier de la Garde à la parade
Cuirassier de la Garde dans une tunique bleu foncé

Histoire modifier

Le 21 février 1815, le roi Frédéric-Guillaume III ordonne la formation du régiment d'uhlans de la Garde à partir de l'escadron de cosaques de la Garde et de deux escadrons du régiment national de cavalerie de Silésie. L'unité est réorganisée en cuirassiers en 1821 et est nommée régiment de cuirassiers de la Garde. Le régiment est stationné à Berlin. En 1838, sa caserne se trouve au 39 Feldstrasse (aujourd'hui Alexandrinenstrasse, au coin de Gitschiner Strasse, Berlin-Kreuzberg). Jusqu'au début de la Première Guerre mondiale, il fait avec le régiment des Gardes du Corps, la 1re brigade de cavalerie de la Garde.

Révolution de Mars modifier

En 1848, le régiment est utilisé à l'occasion des troubles révolutionnaires dans les combats de rue à Berlin.

Guerre des Duchés modifier

Dans la campagne contre le Danemark de 1864, il n'y a aucune mobilisation pour le régiment.

Guerre austro-prussienne modifier

Dans la guerre austro-prussienne en 1866, le régiment se déplace en Bohême. Il a son premier contact avec l'ennemi lors de la bataille de Skalitz et participa plus tard à la bataille de Schweinschädel et à la bataille de Sadowa. En septembre, le régiment retourne à Berlin.

Guerre franco-prussienne modifier

Dans la guerre contre la France en 1870/71, les cuirassiers de la garde sont en réserve à la bataille de Saint-Privat. Cela est suivi de batailles dans la région de Sedan, puis de participation à la bataille de Sedan le 1er septembre 1870. L'hiver suivant, le régiment est affecté à la force de siège autour de Paris et retourne à sa garnison en juin 1871.

Première Guerre mondiale modifier

Après la mobilisation, le régiment est parti le 4 août 1914 à travers le Luxembourg et la Belgique jusqu'au nord de la France. Après avoir participé à la bataille de la Marne, il se retire et, jusqu'en décembre 1914, fait la guerre des tranchées sur l'Aisne.

De décembre 1914 à juillet 1915, il est déployé dans les gardes-frontières à la frontière belgo-néerlandaise. À partir d'août 1915, il est transféré sur le front de l'Est et participe aux combats offensifs en Pologne et en Galicie russes. D'octobre 1915 à février 1918, batailles de position à Pinsk et Kovel. Il est ensuite transféré en Silésie, où le régiment perd finalement son statut de cavalerie et est converti en régiment de fusiliers de cavalerie dans la division de fusiliers de cavalerie de la Garde (de). Une fois la formation d'infanterie terminée, les anciens cuirassiers sont utilisés dans les batailles défensives sur le front ouest jusqu'à la fin de la guerre. Le 10 novembre 1918 déjà, la marche du retour a commencé.

Après-guerre modifier

Le 10 décembre 1918, le régiment entre à Berlin par la porte de Brandebourg, où la démobilisation commence alors. Pour réprimer les troubles à Berlin, trois escadrons de volontaires sont formés à partir des restes de l'unité. L'un d'eux (escadron Bredow) est monté et combat contre les insurgés polonais dans les États baltes, les deux autres sont utilisés dans les combats de rue à l'occasion du soulèvement spartakiste à Berlin.

En septembre 1919, les restes des cuirassiers de la Garde sont formés dans l'escadron de cuirassiers de la Garde de Brandebourg, et le 1er novembre 1919, il est incorporé au 3e régiment de cavalerie de la Reichswehr.

La tradition est reprise dans la Reichswehr par décret du 24 août 1921 du chef du commandement de l'armée général de l'infanterie Hans von Seeckt, par le 2e escadron du 4e régiment de cavalerie (prussienne) à Perleberg.

Commandants modifier

Grade Nom Date
Major/Oberstleutnant/Oberst August von Krafft (de) 21 février 1815 au 23 septembre 1830
Major/Oberstleutnant/Oberst Hans von Sydow (de) 30 mars 1832 au 7 février 1840
Oberst Auguste de Wurtemberg 8 février 1840 au 30 mars 1844
Oberstleutnant/Oberst Ferdinand von Bischoffwerder (de) 30 mars 1844 au 14 octobre 1848
Major/Oberstleutnant/Oberst Adolf Lauer von Münchhofen (de) 14 octobre 1848 au 19 juillet 1854
Oberst Wilhelm Messerschmidt von Arnim (de) 20 juillet 1854 au 21 octobre 1856
Major Julius von der Schulenburg (de) 22 octobre 1856 au 18 février 1857 (chargé de la direction)
Major/Oberstleutnant Julius von der Schulenburg 19 février 1857 au 24 mars 1858
Major Albert von Rheinbaben 25 mars 1858 au 28 janvier 1863
Major Ludwig von Stenglin 29 janvier au 22 avril 1863
Major Hermann von Lüderitz 23 avril au 21 septembre 1863 (chargé de la direction)
Oberstleutnant/Oberst Hermann von Lüderitz 22 septembre 1863 au 17 juin 1869
Georg von Brandenstein 18 juin 1869 au 11 juillet 1873
Oberstleutnant/Oberst Theodor von Locquenghien (de) 12 juillet 1873 au 8 novembre 1880
Georg von Arnim 9 novembre 1880 au 2 novembre 1881
Major Ludwig von Ostau 3 novembre 1881 au 12 mars 1884
Oberstleutnant/Oberst Clemens von Fürstenberg-Borbeck (de) 13 mars 1884 au 18 février 1889
Édouard de Salm-Horstmar 19 février 1889 au 13. Mai 1890
Jaroslaw von Rothkirch und Panthen 14. Mai 1890 au 6 février 1893
Arthur von Klinckowström (de) 7 février 1893 au 16 juin 1897
Wilhelm von Hohenau 17 juin 1897 au 9 juin 1899
Hans von Kramsta 10 juin 1899 au 13 septembre 1900
Bruno von Schwerin 14 septembre 1900 au 21 avril 1902
Paul von Seeler 22 avril 1902 au 19 novembre 1903
Oberstleutnant/Oberst Albert de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg 20 novembre 1903 au 26 janvier 1909
August von Cramon (de) 27 janvier 1909 au 26 janvier 1912
Oberstleutnant Heribert von Spee 27 janvier 1912 au 19 septembre 1916

Uniforme modifier

Jusqu'en 1912, un rollerball blanc et un pantalon de botte blanc sont également portés sur le terrain. Les officiers sont avec des épaulettes, des sous-officiers et des hommes enrôlés avec des épaulettes équipées. Il y a aussi des bottes de cuirassier noires (appelées bottes de canon) et le casque de cuirassier en tombak avec des insignes en maillechort et une cartouchière blanche avec une cartouche noire. Lors des défilés, une cuirasse en métal blanc en deux parties est également mise. L'étoile de la garde est sur le devant du casque. (Les musiciens ont utilisé un buisson de crin rouge au lieu de la pointe). Pour le service normal, les cuirassiers portent une tunique bleu foncé. En tant qu'uniforme de la société, il est équipé d'épaulettes et de franges pour les officiers. Cela comprend une casquette à visière blanche avec une bordure bleue.

La couleur de l'insigne sur les revers suédois et le col est bleu, les champs d'épaulettes sont blancs, les boutons et les garnitures sont argentés.

Une tunique rouge ponceau est portée lors du gala.

Selon le décret AOK du 14 février 1907, l'uniforme gris de campagne M 1910 est introduit pour le service sur le terrain à partir de 1909/10. Dans cet uniforme, les sangles et les bottes sont de couleur marron naturel, le casque est recouvert d'une housse couleur roseau. La cartouchière et la cartouche ne sont plus portées.

Bibliographie modifier

  • Alt: Das Königlich Preußische Stehende Heer. Band 2: Geschichte der Königl. Preußischen Kürassiere und Dragoner seit 1619 resp. 1631–1870. Schropp, Berlin 1870 S. 58 f.

Liens externes modifier

Références modifier