Réformes de Pierre le Grand

Les réformes de Pierre le Grand (1696-1725) font partie des événements historiques les plus importants et les plus significatifs de l'histoire de la Russie[réf. nécessaire].

Le , un arrêté royal a été publié pour une nouvelle traduction faisant autorité de la Bible en église slave. Il a été publié le 18 décembre 1751 et est toujours utilisé aujourd'hui.

Les réformes de Pierre le Grand ont été poursuivies par sa fille Élisabeth Ire.

RéformesModifier

AdministrationModifier

Organisation territorialeModifier

Les réformes territoriales peuvent être divisées en trois phases :

  • La première phase, commencée avec la réforme urbaine de 1699, est mise en place pour limiter les abus de pouvoir des voïvodes. Pierre Ier instaure des mairies pour les villes par oukaze du . Les maires nommés par les commerçants sont censés prendre en charge toutes les questions fiscales et juridiques des commerçants afin d'assurer la sécurité juridique des commerçants, mais aussi de garantir des rentrées fiscales stables pour l'État.
  • La deuxième phase est la création des gouvernements de 1708-09 : le territoire de l'État est divisé en huit gouvernements, dont les recettes fiscales sont utilisées pour fournir des troupes aux commandants respectifs. Cette décentralisation permet de garantir qu'en cas de guerre, comme c'était le cas, certaines parties du pays restent défendables de façon indépendante.
  • La dernière phase a lieu avec la réforme des gouvernements le  : le gouverneur est privé de certains droits et le voïvode transmet les impôts directement à Pétersbourg. Les onze gouverneurs conservent essentiellement leurs pouvoirs militaires. Le nombre de provinces dirigées par des voïvodes est porté à 50. Finalement, Pétersbourg met en place un grand nombre de nouvelles fonctions dans l'administration locale afin d'établir la séparation des pouvoirs.

SénatModifier

Le Sénat, plus haute autorité centrale depuis 1711, est au centre des efforts de réforme. Le Sénat regroupe des hauts dignitaires du pays et a une fonction consultative. Par oukaze du , neuf sénateurs sont désignés et chargés de diriger le système judiciaire et tout le domaine de la politique intérieure. La douma des boïards est abolie. Le Sénat est composé de personnes choisies sur la base de leurs compétences. Les ministères de l'armée et des affaires étrangères ont une position éminente, ils sont en contact étroit avec l'empereur. Le Sénat a existé avec seulement quelques changements jusqu'en 1917.

CollègesModifier

Déplacement de la capitaleModifier

ArméeModifier

ÉconomieModifier

ÉgliseModifier

Les relations entre le tsar et l'église sont tendues depuis l'accession de Pierre au trône. Le tsar voit l'influence du clergé derrière la révolte des streltsy. Il soupçonne également les moines de conspiration dans les monastères. Le clergé officiel et les vieux-croyants s'opposent aux innovations de Pierre et avaient un grand soutien au sein du peuple. Le tsar doit intégrer l'église dans ses réformes et profite de la mort du patriarche Adrien (1628-1700) le . Il empêche l'élection d'un nouveau patriarche et nomme à sa place un administrateur patriarcal qui, contrairement au patriarche, n'incarnait pas la dignité de l'infaillibilité des orthodoxes russes. Ce n'est qu'après la Grande guerre du Nord que le tsar Pierre Ier commence à réformer l'Église orthodoxe russe.

Le le très Saint-Synode dirigeant, un temps appelé Collège ecclésiastique, est créé à la place du Patriarcat. Les membres prêtent serment au tsar, l'institution est donc inféodée au tsar. Le tsar Pierre Ier a ainsi créé un ministère pour les affaires de l'Église et, en même temps, supprimé l'autonomie de l'Église. La juridiction ecclésiastique est restreinte, ainsi que les propriétés des monastères, dont le nombre de moines est réduit.

SociétéModifier

ÉducationModifier

CalendrierModifier

Le marque dans le calendrier byzantin le début de l'année 7208 mais les célébrations de nouvel an sont reportées par oukaze au et marquent l'adoption du calendrier julien en Russie. Ce calendrier reste en vigueur jusqu'en 1918.

ImpôtsModifier

NoblesseModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier