Référendum danois de 2022

référendum sur la fin de l'option de retrait du pays de la politique de sécurité et de défense commune de l'Union européenne

Référendum danois de 2022
Corps électoral et résultats
Inscrits 4 260 944
Votants 2 802 517
65,77 %
Votes blancs et nuls 38 558
Fin de l'option de retrait sur la défense européenne
Pour
66,87 %
Contre
33,13 %

Le référendum danois de 2022 a lieu le afin de permettre à la population du Danemark de se prononcer sur la fin de l'option de retrait du pays de la politique de sécurité et de défense commune de l'Union européenne.

L'organisation du scrutin découle directement de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le , qui amène les pays européens à revoir leur politique de défense.

Le projet est approuvé à une large majorité de plus des deux tiers des suffrages exprimés, entrainant sa mise en application le 1er juillet suivant.

ContexteModifier

Créée en 2007, la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) inclut l'ensemble des pays membres de l'Union européenne (UE) à l'exception du Danemark, qui bénéficie d'une option de retrait (en anglais : opt-out). Déjà membre de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), le Danemark avait explicitement exprimé sa volonté de ne pas adhérer à la PSDC dès le sommet d’Édimbourg, en décembre 1992[1]. Le rejet par la population du traité de Maastricht lors d'un référendum organisé en juin 1992 avait conduit les gouvernements de l'époque à négocier des options de retraits dans plusieurs domaines régaliens, dont l'euro et la PSDC, aboutissant au succès d'un second référendum en mai 1993[2].

 
Membres de l'UE, dont en bleu les pays participant à la PSDC et en rouge le Danemark.

Partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) de l'UE, la PSDC vise à la mise en place à terme d'une politique de défense commune. L'UE devrait ainsi se voir dotée d'une capacité opérationnelle, s’appuyant sur des moyens civils et militaires susceptibles d'être déployés en dehors de l’Union afin d’assurer le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale, conformément aux principes de la charte des Nations unies et de la déclaration de Petersberg. La PSDC vise à renforcer le rôle de l'UE en matière de gestion internationale des crises, de manière complémentaire et coordonnée avec l'OTAN[3].

Le , les préoccupations liées à la défense des pays européens sont portées au premier plan par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Le 6 mars, la Première ministre Mette Frederiksen annonce vouloir porter de 1,5 à 2 % la part du PIB consacré à la défense, lancer un programme de près d’un milliard d’euros de dépenses militaires sur deux ans, et sevrer à terme le pays vis a vis du gaz russe. Déclarant que « Les périodes historiques appellent des décisions historiques », Frederiksen réagit directement à la situation en Ukraine en parlant d'une « Europe d'avant » et d'une « Europe d'après le 24 février », avant d'annoncer la tenue d'un référendum sur la levée de l'option de retrait danoise sur la PESD[4].

Cet ensemble de mesures — dont la fin de l'option de retrait — est inclus dans un accord de défense signé par Mette Frederiksen, Jakob Ellemann-Jensen, Pia Olsen Dyhr, Morten Østergaard et Søren Pape Poulsen, respectivement à la tête de Social-démocratie, Venstre, du Parti populaire socialiste, du Parti social-libéral et du Parti populaire conservateur. L'ensemble de ces partis appellent en conséquence leur électeurs à voter « oui » au référendum[5],[6]. Bien que n'étant pas parties prenantes de l'accord, l'Alliance libérale, les Chrétiens démocrates et les Verts indépendants se prononcent également en faveur de l'abrogation de l'option de retrait et appellent à voter « oui »[7].

Le Parti populaire danois, La Nouvelle Droite et la Liste de l'unité s'opposent au contraire à cette abrogation et appellent à voter « non ». Ils critiquent par ailleurs le choix de la question, qui ne mentionne pas explicitement l'option de retrait ni même l'Union européenne[7],[8]. Devant ces critiques, le ministre des Affaires étrangères Jeppe Kofod défend initialement la question, avant d'accepter le 7 avril de la changer pour inclure la mention de l'option de retrait[9],[10].

ConditionsModifier

 
Bulletin de vote utilisé

Comme lors des référendums de septembre 2000 et décembre 2015, le scrutin porte sur une modification d'un traité international, un sujet pour lequel la constitution danoise impose un vote à la majorité qualifiée des cinq sixièmes des membres du Folketing pour passer outre la tenue d'un référendum[11]. À la tête d'un gouvernement minoritaire, Frederiksen choisit d'emblée la voie référendaire, cette dernière ayant toujours été utilisée au Danemark sur le sujet des options de retrait.

La question posée est « Êtes vous pour ou contre la participation du Danemark à la coopération de sécurité et de défense européenne en abolissant l'option de retrait sur la défense de l'Union Européenne ? ». En danois Stemmer du ja eller nej til, at Danmark kan deltage i det europæiske samarbejde om sikkerhed og forsvar ved at afskaffe EU-forsvarsforbeholdet?[9],[12].

Avant la modification effectuée le 7 avril, la question était initialement « Êtes vous pour ou contre la participation du Danemark à la coopération de sécurité et de défense européenne ? ». En danois, Stemmer du ja eller nej til, at Danmark kan deltage i det europæiske samarbejde om sikkerhed og forsvar?[8].

Pour qu'un résultat rejetant la proposition soit officiellement valide, les voix contre doivent atteindre la majorité absolue des suffrages exprimées, ainsi qu'au moins 30 % du total des électeurs inscrits sur les listes électorales[13],[11].

Le vote n'est pas organisé aux Îles Féroé ni au Groenland. Bien qu'étant des pays constitutifs du royaume du Danemark au même titre que le Danemark métropolitain, ces deux entités disposent d'une large autonomie et ne font pas partie de l'Union européenne[14].

RésultatsModifier

Résultats nationaux[15],[16]
Choix Votants Inscrits
Voix % % Quorum
Pour 1 848 242 66,87 43,38
Contre 915 717 33,13 21,49   30 %
Votes valides 2 763 959 98,62 64,87
Votes blancs 32 739 1,17 0,77
Votes invalides 5 819 0,21 0,14
Total des votants 2 802 517 100,00 65,77
Abstentions 1 458 427 34,23
Inscrits 4 260 944 100,00

Analyse et conséquencesModifier

L'intégration à la politique de défense de l'Union européenne est approuvée par plus des deux tiers des votes exprimés, un résultat dont se félicite Mette Frederiksen au soir du scrutin, déclarant que le Danemark a « envoyé un signal important » à ses alliés de l'Europe et de l'OTAN : « Nous montrons que, quand Poutine envahit un pays libre et menace la stabilité en Europe, nous autres nous nous rassemblons »[14],[17].

Le résultat est aussitôt salué par le dirigeant du principal parti d'opposition, Soren Pape, ainsi que par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel, qui le qualifie de « vote historique »[17]. Sa mise en application est prévue pour le 1er juillet[18].

RéférencesModifier

  1. « Traité sur l'Union européenne (version consolidée Nice) - Protocole (n°22) sur la position du Danemark - Doc. 12008E/PRO/22 », sur EUR-Lex.
  2. Camille Bas-Wohlert, « Référendum au Danemark pour rejoindre la politique de défense de l’UE »  , sur La Presse, .
  3. (no) Martin Borre, « Historisk aftale om dansk sikkerhedspolitik på plads: Milliarder til Forsvaret og ny EU-afstemning », sur Berlingske.dk, (consulté le ).
  4. Agence France-Presse, « Le Danemark va organiser un référendum pour rejoindre la politique de défense de l’UE », sur Le Devoir (consulté le ).
  5. Texte de l'accord de défense
  6. (da) « Forsvarsforbeholdet skal til folkeafstemning 1. juni, og Forsvaret skal styrkes », sur DR, (consulté le ).
  7. a et b (da) « Her er de stærkeste argumenter for og imod forsvarsforbeholdet - TV 2 », sur nyheder.tv2.dk, (consulté le ).
  8. a et b (da) « Formulering på stemmeseddel ved folkeafstemning minder om direkte snyderi, mener Enhedslisten - TV 2 », sur nyheder.tv2.dk, (consulté le ).
  9. a et b (da) « Ordlyden på stemmesedlen om forsvarsforbeholdet ændres - TV 2 », sur nyheder.tv2.dk, (consulté le ).
  10. (no) « Nationalt kompromis om dansk sikkerhedspolitik », sur Regeringen.dk (consulté le ).
  11. a et b (de) « Dänemark, 3. Dezember 2015 : Aufhebung der Ausnahmebestimmungen zur Justiz- und Polizeizusammenarbeit mit der Europäischen Union ».
  12. (da) « Folkeafstemning om afskaffelse af forsvarsforbeholdet 2022 », sur valg.im.dk (consulté le ).
  13. Jean-Pierre Maury, « Constitution 1953, Danemark, MJP », sur mjp.univ-perp.fr (consulté le ).
  14. a et b « Les Danois aux urnes pour décider de leur entrée dans la défense de l’UE », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  15. (da) « Forside - Folkeafstemning onsdag 1. juni 2022 - Danmarks Statistik », sur dst.dk (consulté le ).
  16. « Dänemark, 1. Juni 2022 : Aufhebung der Ausnahmebestimmungen zur Sicherheits- und Verteidigungspolitik mit der Europäischen Union ».
  17. a et b Le Point, magazine, « Le Danemark va rejoindre la défense européenne », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  18. https://via.ritzau.dk/pressemeddelelse/danes-vote-yes-to-abolish-eu-defence-opt-out-here-are-the-next-steps?publisherId=13560888&releaseId=13652552&lang=da