Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Référence:Jardins au désert (Vincent Battesti)

ÉditionsModifier

  • Titre : Jardins au désert. Évolution des pratiques et savoirs oasiens. Jérid tunisien
  • Auteur : Vincent Battesti
  • Édition : 1re édition
  • Langue : Français
  • Éditeur : IRD
  • Collection : À travers champs
  • Lieu : Paris
  • Publication : juin 2005
  • Format : Broché
  • Dimensions : 24 cm
  • Pages : 440
  • ISBN : 2-7099-1564-2
  • Vincent Battesti, Jardins au désert. Évolution des pratiques et savoirs oasiens. Jérid tunisien, IRD, coll. « À travers champs », Paris, juin 2005 (1re édition), Broché, 24 cm (ISBN 2-7099-1564-2)
@Book{
Author = {Vincent Battesti},
Title = {Jardins au désert. Évolution des pratiques et savoirs oasiens. Jérid tunisien},
Language = {Français},
Publisher = {IRD},
Year = {2005},
ISBN = {2-7099-1564-2},
}
  • Jardins au désert. Évolution des pratiques et savoirs oasiens. Jérid tunisien / Vincent Battesti. – Paris : IRD, juin 2005. – 24 cm. – (À travers champs.) – Français. – ISBN 2-7099-1564-2 (Broché)
  • Battesti Vincent, Jardins au désert. Évolution des pratiques et savoirs oasiens. Jérid tunisien, Paris, IRD, À travers champs, juin 2005, Broché, 24 cm, ISBN 2-7099-1564-2

RésuméModifier

La présence d’oasis dans le Sahara peut sembler une aberration écologique. Les palmeraies et les jardins qu’elles abritent sont en fait le fruit d’une conquête millénaire qui se poursuit encore aujourd’hui. Ces paysages artificiels, terroirs soigneusement façonnés et entretenus, sont l’archétype des systèmes naturels anthropisés.

Cet ouvrage a été réalisé à partir d’enquêtes de terrain menées dans le Jérid tunisien, mais aussi dans le Tassili n'Ajjer (Djanet, Algérie) et l’oued Drâa (Zagora, Maroc). Si cette perspective comparative révèle la diversité des pratiques et savoirs oasiens et des relations à l’environnement, elle met aussi en valeur les dynamiques locales qui se déploient au-delà de l’habituel dualisme entre tradition et modernité. Par ailleurs, plusieurs échelles d’étude, de la planche de culture au jardin et du parcellaire à la palmeraie, permettent de souligner la variété des articulations entre facteurs écologiques, économiques et sociaux.

Le Sahara cultivé n’offre pas une mais des natures oasiennes en constante évolution, construites à partir de cette richesse anthropologique.

Liens externesModifier