Ouvrir le menu principal
Quodvultdeus de Carthage
Quodvultdeus mosaic portrait, 5th century (San Gennaro catacombs, Naples).jpg
Fonction
Évêque
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Religion
Étape de canonisation

Quodvultdeus (du latin Quod Vult Deus, « ce que Dieu veut ») est un évêque de Carthage et père de l'Église nord-africain du Ve siècle, fêté le 19 février[1].

Sommaire

La vie de QuodvultdeusModifier

Les dates de naissance et de mort de saint Quodvultdeus ne sont pas connues avec précision. Il est né en Afrique, a été jeune homme à Carthage vers 407/408, puis diacre dans cette même ville vers 421. À cette date, il écrit à saint Augustin pour lui demander de rédiger un ouvrage sur les hérésies. Ce sera le De Haeresibus, qui est dédicacé à Quodvultdeus (Corpus Christianorum, Series latina, t. 46, col 283-351).

Entre 429 et 439 (peut-être en 437), il succède à Capréole au siège épiscopal de Carthage. Mais en 439, lorsque le roi vandale Genséric s'empare de la ville, il est exilé avec le reste du clergé et débarque à Naples. Il y rédige le Livre des promesses et des prédictions de Dieu entre 445 et 451. Il y prend aussi part à la lutte contre le pélagianisme, appuyant l'action de l'évêque saint Nostrien.

Il meurt avant le 24 octobre 454, date d'ordination de son successeur Deogratias. Il est probablement enterré à Naples, dans les catacombes de Saint Janvier (en).

L'œuvre de QuodvultdeusModifier

Jusqu'à très récemment son œuvre a été éditée sous les noms d'Augustin et de Prosper d'Aquitaine.

Quodvultdeus rédige entre 437 et 439 le Tractatus adversus quinque haereses ; ce Traité contre cinq hérésies, selon Irène Caiazzo, « circule sous le nom d'Augustin au Moyen Âge, il proclame la compatibilité et l'accord entre les doctrines chrétiennes et l'enseignement d'Hermès exposé dans l’Asclépius, ce qui favorisa l'entrée d'Hermès, en tant que prophète païen de la révélation chrétienne, dans les bibliothèques médiévales, malgré la sévère condamnation de l’Asclépius lancée par Augustin dans le De civitate Dei[2]. »

Il est l'auteur d'un Liber promissionum et praedictorum Dei, longtemps attribué à Prosper d'Aquitaine et d'un groupe de sermons attribués à Augustin. Dans le Livre des promesses et des prédictions de Dieu, il présente un recueil de « testimonia » scriptuaires concernant les promesses et prophéties de Dieu, de l’origine jusqu’à la fin des temps.

Dans son œuvre, écrite dans le contexte de la lutte contre l'arianisme des envahisseurs vandales, il adopte les principes de l'exégèse allégorique ou typologique, qui doit beaucoup à La Cité de Dieu de saint Augustin.

ÉditionModifier

  • Livre des promesses et prédictions de Dieu. Introduction, texte latin, traduction et notes René Braun, Sources Chrétiennes 101-102, Éditions du Cerf (1964).

Notes et référencesModifier