Quintus Minucius Esquilinus Augurinus

consul romain

Quintus Minucius Esquilinus Augurinus est un homme politique romain du Ve siècle av. J.-C., consul en 457 av. J.-C.

Quintus Minucius Esquilinus Augurinus
Fonctions
Sénateur romain
Consul
Biographie
Naissance
Décès
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
République romaine archaïque (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Mère
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Gens
Statut

FamilleModifier

Il est membre des Minucii Augurini, branche de la gens des Minucii. Il est le fils d'un Publius Minucius et le petit-fils de Marcus Minucius Augurinus. Son nom complet est Quintus Minucius P.f. M.n. Esquilinus Augurinus[1]. Son frère, Lucius Minucius Esquilinus Augurinus, est consul en 458 av. J.-C.

BiographieModifier

En 457 av. J.-C., il est consul avec Caius Horatius Pulvillus[2]. Selon Diodore de Sicile, les deux consuls de cette année 457 av. J.-C. seraient Marcus Fabius Vibulanus et Lucius Quinctius Cincinnatus, qu'il insère entre les deux consuls cités plus haut et les deux consuls de l'année 456 av. J.-C.[a 1]

Leurs mandats se déroulent durant une période de tension politique entre la plèbe et les patriciens. Les tribuns de la plèbe réclament la mise par écrit des droits des consuls avec le projet de la Lex Terentilia auquel les patriciens s'opposent. Alors que la situation politique interne est tendue, les Èques puis les Sabins pillent le territoire romain, ce qui fait passer au second plan les conflits internes. Des troupes sont levées, Pulvillus part affronter les Èques et Minucius se lance à la poursuite des pillards sabins mais ne parvient pas à les rattraper[a 2],[2].

À Rome, les tribuns de la plèbe Aulus Verginius et Marcus Volscius Fictor font voter une loi faisant passer le nombre de tribuns à dix, avec peut-être le soutien du consul Caius Horatius Pulvillus[2].

Notes et référencesModifier

  • Sources modernes :
  1. Broughton 1951, p. 46.
  2. a b et c Broughton 1951, p. 41.
  • Sources antiques :
  1. Diodore de Sicile, Histoire universelle, XII, 2
  2. Tite-Live, Histoire romaine, III, 31

BibliographieModifier

Auteurs antiquesModifier

Auteurs modernesModifier

  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, The American Philological Association, coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.

Voir aussiModifier