Ouvrir le menu principal

Quintus Fabius Maximus Rullianus

consul romain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabius Maximus.
Quintus Fabius Maximus Rullianus
Fonctions
Sénateur romain
Édile
Consul de la République romaine
Censeur
Dictateur
Consul
Maître de cavalerie
Biographie
Décès
Époque
Early Roman Republic (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Homme politique, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Marcus Fabius Ambustus (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Statut

Quintus Maximus Rullianus Fabius (v.322/290 av. J.-C.) est un consul, dictateur et général romain.

Maître de cavalerie de Lucius Papirius Cursor en 325 et 324 av. J.-C., il profita du séjour de ce dernier à Rome pour, sans ordres, attaquer et anéantir une armée des Samnites à Imbrinium en 325 av. J.-C. S’ensuivit une forte altercation avec Cursor qui demanda sa mise à mort pour désobéissance. Devant les dissensions de l'armée prenant parti pour Fabius, le Sénat temporisa et évita le pire.

Il devint Dictateur romain en 315 av. J.-C. et fut cinq fois consul, en 322, 310, 308, 297 et 295 av. J.-C., et eut un rôle important dans la deuxième guerre samnite.

En 310 av. J.-C., il battit les Étrusques alliés des Samnites à la bataille du Lac Vadimon.

Quinze ans plus tard, à la bataille de Sentinum (aujourd'hui Sassoferrato, en Italie), Fabius remporta une victoire décisive sur une armée composée de Samnites, de Gaulois, précipitant ainsi la fin à la Troisième guerre samnite. Après sa victoire, il triompha une dernière fois et rendit hommage à son collègue Publius Decius Mus décédé durant la bataille. Il se retira en pleine gloire des affaires.

Ce Romain aurait écrit un récit de miracles concernant les débuts de la République romaine : le récit de l'instauratio (répétition de cérémonies fautives) des Grands Jeux Romains, dédiés à Jupiter. Denys d'Halicarnasse[1] nous mentionne sa source. Ce récit est une illustration de ce que peut être le sentiment de tradition chez les Romains.

Il est le père de Quintus Fabius Maximus Gurges.

Bibliographie moderneModifier

  • Françoise Wycke-Lecocq, « La gens Fabia à l'époque républicaine : de la légende à l'histoire. Recherches sur la représentation littéraire d'une grande famille patricienne romaine » (thèse de Doctorat de 3° cycle, La Sorbonne - Paris IV, 1986, dir. Jean Beaujeu).

NotesModifier

  1. Antiquités romaines, Livre VII