Ouvrir le menu principal

Quentin Skinner

historien et politologue britannique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Skinner.
Quentin Skinner
Nom de naissance Quentin Robert Duthie Skinner
Naissance (78 ans)
Oldham (Lancashire)
Activité principale
Historien
Auteur
Langue d’écriture Anglais

Œuvres principales

Quentin Robert Duthie Skinner (né en 1940 à Oldham dans le Lancashire), est professeur et titulaire de la chaire Barber Beaumont des sciences humaines du College Queen Mary, de l'université de Londres[1].

Skinner occupait auparavant la chaire Regius d'histoire moderne à l'Université de Cambridge[1]. En 2006, il a reçu le Prix Balzan pour son apport dans l'histoire de la pensée politique.

Avec J.G.A. Pocock, il est le chef de file de l'école dite « de Cambridge ». Celle-ci se caractérise notamment par l'attention qu'elle porte au contexte des œuvres philosophiques ainsi qu'à l'intention de l'auteur dans sa participation au débat politique de son temps[2].

Sommaire

PenséeModifier

En 1978, Skinner a publié son premier ouvrage majeur, The Foundations of Modern Political Thought, paru en français en 2001 sous le titre Les Fondements de la pensée politique moderne.

Deux traits caractérisent l'œuvre de Skinner : le contextualisme et le républicanisme.

  1. Le contextualisme renvoie à l'effondrement de l'interprétation Whig de l'histoire, notamment sous les coups de boutoir de Duncan Forbes et de Peter Laslett, mais aussi, plus généralement, à la suite du déclin de l'influence de l'Église anglicane et de la dissolution de l'Empire britannique. Puisque les penseurs politiques ne doivent plus être compris par rapport à une idée Whig du progrès, par rapport à une trajectoire pré-déterminée, il faut qu'ils soient compris par rapport à leurs propres intentions, et dans le contexte spécifique dans lequel ils ont écrit.
  2. Le républicanisme de Skinner, qu'il a développé à partir des années 1980, alors que Margaret Thatcher était au pouvoir, répond également au désarroi dans lequel la fin de l'empire et la fin de l'influence sociale de l'Église anglicane a laissé l'Angleterre. Le républicanisme est une alternative au monde victorien dont le jeune Skinner a vu la fin.

CritiquesModifier

Michael Freeden lui reproche de ne pas assez tenir compte du fait que les idées ne sont pas seulement produites mais consommées et que, donc, il faut tenir compte aussi de comment elles sont perçues. Se focaliser sur les intentions du théoricien lui semble un peu restrictif d'autant que le théoricien n'a pas forcément conscience des implications de sa pensée[3]. Le livre d'Ellen Meiksins Wood intitulé Liberté et propriété constitue une critique majeure des thèses défendues dans Les fondements de la pensée politique moderne.

PublicationsModifier

Œuvres traduite en françaisModifier

Œuvres parues en anglaisModifier

LivresModifier

  • The Foundations of Modern Political Thought: Volume I: The Renaissance (Cambridge University Press, 1978)
  • The Foundations of Modern Political Thought: Volume II: The Age of Reformation (Cambridge University Press, 1978)
  • Machiavelli (Oxford University Press, 1981)
  • Reason and Rhetoric in the Philosophy of Hobbes (Cambridge University Press, 1996)
  • Liberty before Liberalism (Cambridge University Press, 1998)
  • Visions of Politics: Volume I: Regarding Method (Cambridge University Press, 2002)
  • Visions of Politics: Volume II: Renaissance Virtues (Cambridge University Press, 2002)
  • Visions of Politics: Volume III: Hobbes and Civil Science (Cambridge University Press, 2002).
  • Hobbes and Republican Liberty (Cambridge University Press, 2008)

Livres éditésModifier

  • (Corédacteur et collaborateur), Philosophy, Politics and Society: Fourth Series (Basil Blackwell, Oxford, 1972)
  • (Corédacteur et collaborateur), Philosophy in History (Cambridge University Press, 1984)
  • (Corédacteur et collaborateur), The Return of Grand Theory in the Human Sciences (Cambridge University Press, 1985)
  • (Corédacteur et collaborateur), The Cambridge History of Renaissance Philosophy (Cambridge University Press, 1988)
  • (Corédacteur), Machiavelli, The Prince (trans. Russell Price) (Cambridge University Press, 1988)
  • (Corédacteur et collaborateur), Machiavelli and Republicanism (Cambridge University Press, 1990)
  • (Corédacteur et collaborateur), Political Discourse in Early-modern Britain (Cambridge University Press, 1993)
  • (Corédacteur) Milton and Republicanism (Cambridge University Press, 1995)
  • (Corédacteur et collaborateur), Republicanism: A Shared European Heritage, Volume I: Republicanism and Constitutionalism in Early Modern Europe (Cambridge University Press, 2002)
  • (Corédacteur et collaborateur), Republicanism: A Shared European Heritage, Volume II: The Values of Republicanism in Early Modern Europe (Cambridge University Press, 2002)
  • (Corédacteur et collaborateur), States and Citizens: History, Theory, Prospects (Cambridge University Press, 2003)
  • (Corédacteur), Thomas Hobbes: Writings on Common Law and Hereditary Right (The Clarendon Edition of the Works of Thomas Hobbes, Volume XI) (The Clarendon Press, Oxford, 2005)
  • (Corédacteur et collaborateur), Sovereignty in Fragments: The Past, Present and Future of a Contested Concept (Cambridge University Press, 2010)

BibliographieModifier

  • (en) Émile Perreau-Saussine, « Quentin Skinner in context », Review of Politics, vol. 68, no 1,‎ , p. 106-122 (lire en ligne [PDF])
  • (en) Quentin Skinner et Hansong Li, « Ideas in Context: Conversation with Quentin Skinner », Chicago Journal of History, vol. 7,‎ (lire en ligne)

DistinctionsModifier

PrixModifier

Sociétés savantesModifier

Honneurs universitairesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b http://www.history.qmul.ac.uk/staff/skinnerq.html
  2. « Ce que la philosophie veut dire. Entretien avec Quentin Skinner », sur laviedesidees.fr
  3. Michael Freeden, Liberalism divided, Clarendon Press Oxford, 1986, p. 6-7
  4. (en) « The Pilkington Prize Winners », sur université de Cambridge (consulté le 16 mai 2019).
  5. (en) « Professor Quentin Skinner FBA », sur British Academy (consulté le 16 mai 2019).
  6. (en) « Honorary Degrees », sur Université Harvard (consulté le 15 mai 2019).

Liens externesModifier